Rennes: le Bro Gozh sifflé par les supporters du PSG

Ouest-France, 3 octobre 2021

La joie et la rage de Meling et Laborde | THOMAS BRÉGARDIS / OUEST-FRANCE

On s’attendait à un jeu de massacre dans un stade sans ambiance en raison de l’absence du RCK et de ses meneurs, décidée après le vol de leur bâche totem et de l’agression de leur membre. On a vécu un exploit majuscule du Stade Rennais dans un Roazhon Park bouillant, qui a poussé fort durant toute la deuxième mi-temps, certes bien aidé par le scénario d’un match fou.

Les tribunes debout ont tremblé lors du « Qui ne saute pas n’est pas Rennais ». Et quand le but de Mbappé a été refusé, c’est une explosion de joie qui a accompagné la décision de la VAR. À noter aussi la magnifique ovation pour Flavien Tait quand il est sorti.

(….)

Aucun incident n’a été à déplorer dans le stade malgré les provocations des Ultras parisiens, en première mi-temps, chantant « Elle est où ta bâche, RCK », en référence au vol de la bâche totem du groupe de supporters rennais la semaine passée. Regrettable aussi, les sifflets durant le Bro Gozh, l’hymne breton chanté avant le coup d’envoi.

(….)

Le Bro Gozh pour le Kenavo Tour des Tri Yann

Les trois Jean de Nantes, ou Tri Yann en Breton, mettent fin à leur carrière après cinquante ans de scène. Ici entourés de leurs musiciens à la fin du concert. | MARC ROGER

Ouest-France, 12 septembre 2021

Par Michel Troadec

À Nantes, l’émouvant adieu de Tri Yann à la scène après plus de cinquante ans de concerts

Tri Yann a terminé son « Kenavo tour », samedi 11 septembre 2021 à Nantes (Loire-Atlantique), devant un public de feu, marquant la fin de quelque 1 700 concerts proposés en un peu plus de cinquante ans.

Le concert se termine, à Nantes , samedi 11 septembre 2021 soir. Bouillant, le public est debout depuis déjà plusieurs chansons. Sur scène, Jean-Louis Jossic prend les deux autres Jean par les épaules et leur glisse malicieusement : « On pourra dire qu’on y était ! » Une boutade de plus dans une carrière qui n’en a pas manqué…

Tout au long d’un spectacle de trois heures quinze, le charismatique chanteur, entravé aujourd’hui par des problèmes physiques, a multiplié, entre deux titres, les histoires et anecdotes fantaisistes qui ont aussi fait le sel de la carrière du plus grand groupe breton de tous les temps (ben oui !), plus ancien groupe français en activité après cinquante ans et neuf mois.

(….)

Sur scène, Bleunwenn a remercié le groupe « pour les graines que vous avez semées et que nous avons tant aimées ». Des graines qui, samedi, ont une dernière fois poussé dans le cœur des fans, entre chants à danser et splendides ballades : Tri Martolod, Dans les prisons de Nantes, Les filles des forges, La jument de Michao

Et puis Les rives du Loch Lomond portée par la voix chaude et profonde de Jean-Paul Corbineau et sublimée par un bagad, Le soleil est noir (la préférée de Jean-Paul et de Jean Chocun), l’entraînant Divent an Dour ou encore le Bro Gozh Ma Zadoù, l’hymne breton que Jean-Louis Jossic a fait chanter par le public.

(….)

//www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01259353/src/qqzs3xf/zone/1/showtitle/1/

Pont-l’Abbé: le Bro Gozh pour Ya d’ar Brezhoneg

Erwan Ar C’hoadig a remis le label 1 de la charte à Nora Mei, petite bretonnante, et à Christian Loussouarn, sous le regard attentif d’André Hamon, conseiller municipal référent à la langue bretonne. | OUEST-FRANCE

Ouest-France, 13 septembre 2021

100 élus, représentants du milieu associatif culturel breton et de l’école Notre Dame La Clarté ont participé, à l’espace Saint Joseph, à la remise du label 1 de la charte à la municipalité.

Cette cérémonie, présidée par Christian Loussouarn, maire, et Erwan Ar C’hoadig, chargé de développement à l’Office public de la langue bretonne, a été ponctuée par plusieurs temps forts. André Hamon, conseiller référent, a d’abord rappelé qu’elle « valide les engagements entrepris par les municipalités successives. La défense de la langue, a-t-il poursuivi, reste un élément clé de notre identité, car une langue qui se perd, c’est une civilisation qui se perd. Une langue retrace l’histoire et la culture d’un territoire et réveille des émotions… À ce titre l’école a un rôle essentiel à jouer. Elle doit prendre le relais. »

Aujourd’hui, la municipalité a inscrit dans son programme la volonté d’aller vers la certification du niveau 2 de la charte qui privilégie la transmission et la pratique de la langue et en créant un groupe de travail spécifique.

Ouvrir une filière à Combrit

Le maire a ensuite énuméré les actions menées pour obtenir ce label. Après avoir remercié le personnel communal pour le travail mené pour la mise en œuvre de ces actions, il a souligné la présence de « la culture dans la commune, avec le bagad et le cercle où la reine, Joséphine, a été élue reine de Cornouaille. Sans oublier l’association Mein ha dour pour les actions qu’elle effectue, à longueur d’année, pour la valorisation patrimoniale ».

Erwan ar C’hoadig, avant de remettre le label à Nora Mei, petite bretonnante, et au maire, a ensuite invité la municipalité à « concrétiser dans un avenir proche l’ouverture d’une filière à Combrit car, a-t-il martelé, la dynamique en faveur de la langue est très forte dans l’enseignement. Sa transmission est la pierre angulaire de sa politique linguistique pour laquelle l’Office public œuvre en mettant en place de nouvelles filières ».

La cérémonie s’est ensuite prolongée par une prestation de chants et de danses assurée par les élèves de Grande section sections et CP de l’école Notre-Dame de la Clarté (où une initiation est donnée à la culture régionale par Brigitte Le Gall et Gaëlle Plouzennec, professeures des écoles) avant de s’achever par quelques morceaux de la création Nevezadur des Kanerien Sant Meryn, venus en voisins et, bien entendu, par le Bro gozh ma zadou, repris par toute l’assistance.

Vannes, Brest, Rennes…le Bro Gozh à travers la Bretagne

Ce week-end, le Bro Gozh a été chanté tant à Vannes qu’à Brest et demain à Rennes.

Pour la rencontre du Stade Brestois contre le PSG, c’est Clarisse Lavanant qui a ouvert la rencontre vendredi par le Bro Gozh . Le Stade Brestois va-t-il suivre les exemples du Stade Rennais et du FC Lorient en ouvrant chacun de ses matches à domicile par le Bro Gozh ? Ce serait une excellent initiative.

Pendant ce temps-là, du côté du stade de la Rabine, le Rugby Club de Vannes rencontrait ses homologues de Jersey et retrouvait un stade plein avec Philippe Leray pour ouvrir la rencontre avec le Bro Gozh .

Enfin, ce dimanche , derby breton au Roazhon Park avec la rencontre entre le Stade Rennais et le FC Nantes avec en ouverture le Bro Gozh .

Le sport breton s’est emparé du Bro Gozh !

Jugon: le Bro Gozh pour l’orgue de l’église

Le Télégramme, 23 juillet 2021

C’est dimanche matin que Mgr Denis Moutel a béni l’orgue de l’église de Jugon-les-Lacs, devant une nombreuse assistance, avant un concert remarqué.

Monseigneur Denis Moutel a béni l’orgue au cours d’une messe célébrée pour l’inauguration de l’instrument.

L’histoire n’est pas banale car cet orgue du XIXe siècle, en acajou, arrive de l’hôpital de Chichester (Sussex), après un démontage par une équipe de bénévoles et une traversée de la Manche avant le Brexit. Puis ce fut le temps du remontage dans l’église (738 tuyaux !), compliqué par les différents confinements.

L’évêque Denis Moutel a souligné, dimanche, lors de la messe de bénédiction, le travail accompli et remercié les élus qui, sous la mandature de Roger Aubrée, ont facilité ce projet, porté par l’EAP.

Une nouvelle perspective

Éric Moisan, le maire, a retracé l’épopée menée par Yann Drezet, Jean-Luc Le Lionnais, Marie-France Halna Du Fretay et de nombreux bénévoles. Il souligne aussi que l’instrument vient « embellir le patrimoine remarquable de la commune » et espère qu’il sera proposé à l’enseignement par l’école de musique communautaire. Yann Drezet, organiste, a reçu officiellement la clé de l’orgue et saura faire vivre l’instrument.

L’après-midi, après l’intervention d’Arnaud Heurtebise, facteur d’orgue, des concerts ont été donnés. Le maire remarque : « C’est une nouvelle perspective culturelle qui s’ouvre à nous et s’ajoute aux autres programmations ».

Le Bro Gozh debout

Hélène Cavallier Le Borgne, organiste à l’église Saint-Malo de Dinan et à la cathédrale de Dol-de-Bretagne, Jean Massard, organiste à la cathédrale de Saint-Brieuc, Pierre Ouilhon, organiste à la cathédrale d’Oloron-Sainte-Marie (64), en vacances à Jugon-les-Lacs, et Yann Drezet ont fait sonner l’instrument. Jean Massart a également expliqué le fonctionnement de l’orgue. Les spectateurs se souviendront d’un grand moment de cette journée, lorsque Thibaut Marin et sa cornemuse se sont joints à l’orgue pour jouer Bro Gozh Ma Zadoù, l’hymne breton, avec l’assemblée qui chantait debout.