Le Bro Gozh pour le repas du CCAS de Tremel

Le Télégramme, 29 octobre 2018

Samedi, pas moins de 54 personnes ont partagé le repas du CCAS dont les doyens de la commune : Maria Efflam, âgée de 88 ans, résidante désormais à l’Ehpad Le Gall et le doyen François Le Rolland, âgé de 90 ans. C’était aussi l’occasion d’accueillir les nouveaux participants : Maryvonne Le Courriard, Jean-Yves Le Bricquer, Fernand Le Lézec et Bernard Bendin. La joyeuse assemblée a dégusté le repas préparé par Thierry et Marie-Pierre du bourg de Croix- Joncourt à Loguivy-Plougras. Il y a eu beaucoup de convivialité. Des histoires et des chants se sont succédé le temps du repas. Les doyens ont même entonné le Bro gozh ma zadou : l’hymne breton.

Le Bro Gozh au Stade du Moustoir avec le FC Lorient.

Mickaël Landreau, l'entraîneur du FC Lorient

Mickaël Landreau, l’entraîneur du FC Lorient © Radio France – Thomas Lavaud

France Bleu Breizh Izel, 27 octobre 2018

Lors du derby entre Brest et Lorient, le club des merlus avait surpris par un live tweet en breton. Le club compte récidiver pour le match retour mais pas pour les autres rencontres du championnat.

Une trentaine de tweets en breton pour vivre le choc entre Brest et Lorient. Une première mondiale pour un club de Ligue 1. Les internautes ont été bien surpris en les lisant à l’image de Jacques-Yves Le Touze, fervent militant de la culture bretonne à Lorient. « Et voilà que le @FCLorient twitte aussi en breton ! Bravo !« .

Le FC Lorient explique qu’un des membres de l’équipe chargée des réseaux sociaux est bretonnant. Il s’est chargé de créer les visuels et de commenter le match en breton. L’opération avait lieu évidemment à l’occasion du derby. « Il y a eu de bons retours alors on va sans doute le refaire pour le match retour » explique t-on au club. Mais pas pour les autres matchs du championnat.

Cultiver sa « bretonnité »

En plus de ces tweets, le club souligne que depuis le début de l’année, le Bro Gozh Ma Zadoù résonne dans l’enceinte du Moustoir. Le Stade Rennais joue également l’hymne national breton depuis plusieurs années avant chaque match au Roazhon Park, tout comme le Rugby Club de Vannes.

Tudi Crequer

Ploemeur: le Bro Gozh avec Alan Stivell

C’est devant une salle comble à l’Océanis de Ploemeur qu’Alan Stivell a présenté un concert de grande qualité à l’occasion de la sortie de son nouveau CD « Human Kelt » qui s’est conclu par l’hymne national breton, le Bro Gozh.

Quand des Sarthois chantent le Bro Gozh …..

Une centaine  de choristes sarthois ont accompagné Tri Yann sur scène pour ces deux concerts au Mans

Une centaine de choristes sarthois ont accompagné Tri Yann sur scène pour ces deux concerts au Mans © Radio France – Morgane Heuclin-Reffait

France Bleu Maine, 21 octobre 2018

Une centaine de choristes sarthois sont montés sur scène ce week-end au Palais des Congrès du Mans, aux côtés du groupe Tri Yann. Les deux concerts étaient organisés au profit de la création d’une école inclusive.

Ils ont chanté pendant trois heures, samedi et dimanche, avec les membres du groupe Tri Yann au Palais des Congrès du Mans : une centaine de choristes sarthois ont participé à ces deux concerts exceptionnels devant 2.400 personnes au total. Des représentations organisées afin de récolter des fonds pour ouvrir en septembre 2019 une école inclusive intégrant des élèves handicapés, à La Fontaine Saint Martin, entre Le Mans et La Flèche. Le groupe Tri Yann est devenu ambassadeur du projet.

Une seule répétition avant le Jour J

Pour préparer au mieux ces concerts, il a fallu travailler séparément. Le groupe Tri Yann était en tournée dans toute la France ces derniers mois. « Les choristes ont beaucoup répété de leur côté, à partir des éléments qu’on leur a fourni, explique l’un des membres du groupe, Jean Chocun, invité de France Bleu Maine vendredi dernier. « C’était assez au point car lorsqu’on s’est retrouvés pour une matinée un peu prolongée de répétition, ils avaient vachement bossé !« .

Les quatre chorales réunies le temps des concerts sous l’égide de la cheffe de chœur, Marie-Thérèse Brebion, ont réussi à s’articuler dans un même ensemble : « on s’est bien entendus, c’est un an de travail qui a payé, c’était super ! », s’enthousiasme Paul.

Chanter en breton, un challenge

Pour ces sarthois qui n’ont jamais parlé breton, le chanter était un défi. « C’est ce qui a de plus difficile, c’est sûr ! reconnait Evelyne. Au fil des répétitions, ça a fini par rentrer ». « On a eu droit à des antisèches, glisse Paul, on avait les textes pour pouvoir les lire à défaut de les comprendre ».

Pas sûr que tous les choristes soient prêts à retenter l’expérience relativise Marie-Thérèse Brebion : « je pense que c’était la première et dernière fois, sinon ils m’en voudront ! », plaisante-t-elle. Ça ne les a pas empêché d’entonner le Bro Gozh ma zadoù, l’hymne breton, sans faute. Car comme l’a lancé sur scène Jean-Louis Jossic, l’un des membres de Tri Yann, « être breton, c’est l’être dans le cœur ».

Morgane Heuclin-Reffait

Le Bro Gozh pour la Coupe du Monde de Rugby en 2023

 

March 17, 2018. (Photo by CHRISTOPHE SIMON / AFP) / Use in books subject to Welsh Rugby Union (WRU) approval.

Ouest-France , 17 octobre 2018

A l’occasion de sa visite de deux jours en Bretagne, Bernard Laporte, le président de la Fédération française de rugby, a assuré que la Bretagne accueillerait au moins le camp d’une équipe. Dans le cadre des relations privilégiées de la Ligue avec les pays celtes, il y a de fortes chances pour que ce soit le pays de Galles.

« La Bretagne accueillera, c’est une évidence, le camp de base d’une équipe durant la Coupe du monde 2023 », martèle Bernard Laporte, le président de la Fédération française de rugby, en visite à Pontivy pour une rencontre avec les dirigeants de clubs.

Un booster

Il y a de grandes chances pour que ce soit les Diables rouges du pays de Galles qui vienne séjourner dans une ville bretonne qui reste à définir. « Ils sont demandeurs », ajoute le président de la FFR.

La Ligue de Bretagne également. En effet, elle a noué des liens particuliers avec les pays celtes. « Sur le plan du rugby, on voudrait être à la France ce que l’Écosse, l’Irlande ou le pays de Galles sont à l’Angleterre. C’est un axe de développement pour nous », déclare Yvon Colléaux, le président de la Ligue de Bretagne.

La venue pendant six semaines des joueurs gallois serait un booster énorme pour le rugby breton et renforcerait ce lien avec les nations celtes.

Hymne commun

Cet attachement à ces racines et à l’identité bretonne est déjà très fortement exprimé par le Rugby Club Vannes et le REC Rugby Rennes, les deux clubs de haut niveau en Bretagne.

Recevoir des Gallois en Bretagne durant France 2023 serait enfin un juste retour de l’histoire. Le pays de Galles n’est-il pas la terre des ancêtres bretons. « The land of my father », dit l’hymne gallois, « Bro Gozh ma Zadoù », reprend son pendant breton qui est interprété à la Rabine, à Vannes, avant chaque match du RC Vannes.

Laurent Frétigné

Clarisse Lavanant. Un nouveau CD avec le Bro Gozh

Clarisse Lavanant a présenté son nouveau CD sur les cantiques de Bretagne

Clarisse Lavanant a présenté son nouveau CD sur les cantiques de Bretagne

Le Télégramme, 29 septembre 2018

Depuis dix ans, Clarisse Lavanant fait sa Ronde des chapelles, magnifiant ces petits confettis du patrimoine avec sa voix. Elle a tenu à rendre hommage à ces lieux chargés d’histoire, recherchés par les amateurs de belles architectures, dont certains vitraux et de délicates statues accrochent le regard et perpétuent le talent de bien des artistes dont la plupart sont méconnus.

Sortie officielle du CD en novembre


Ainsi est né « Kantikoù Breizh », les cantiques de Bretagne, son nouveau CD, qui regroupe onze chansons, auxquelles s’ajoute son interprétation du « Bro gozh va zadoù ». Vendredi, accompagnée au clavier par Jean-Marc Amis, elle a présenté cette nouvelle galette à l’Auberge du pont avant sa sortie officielle en novembre. Les gens du pays retrouveront avec plaisir le « Patronez dous ar Folgoad », écrit par l’abbé Guillou, sur une musique de sœur Anne de Mesmeur en 1865. Clarisse est accompagnée par Philippe Guével, compositeur de musiques de films et arrangeur.

Grand prix du disque du Télégramme 2018


Partie pour une petite pause vacances en Corse, ce samedi, elle fêtera à son retour les 60 ans de scène des frères Morvan, le 13 octobre, à Guidel. Grand prix du disque du Télégramme 2018 avec Dan Ar Braz pour leur CD Harmonies, elle participera également au concert du quinzième anniversaire du grand prix, le 27 octobre, à la Carène à Brest.

Lesneven…. où l’on parle du Bro Gozh

De gauche à droite : Erwan Lebaud, Yves Abiven et Boris Gwenganton

De gauche à droite : Erwan Lebaud, Yves Abiven et Boris Gwenganton

Le Télégramme, 10 octobre 2018

C’est l’histoire de trois copains, trois musiciens, amateurs et amoureux de cornemuse… Erwan, Boris et Yves. Ensemble et avec le soutien d’autres, ils ont décidé de créer un groupe de musiques traditionnelles celtiques à Lesneven, « Sonnerien an aerouant ruz », ou pour les non-bretonnants, « Les sonneurs du dragon rouge ». Pourquoi ce nom ? « Le dragon rouge est le symbole unitaire des Bretons », expliquent les musiciens. Avec des professeurs pour les différents pupitres, Hervé le Floch à la cornemuse, Ronan Pouliquen à la caisse claire et Steven Bodenès à la bombarde, l’association affiche ses objectifs : « développer, transmettre et pérenniser ». Et le lieu, Lesneven, n’est pas choisi au hasard. Capitale du Léon où a été créé l’hymne breton « Bro gozh ma zadoù », « il nous semblait important qu’il y ait une formation. On aimerait faire des concours d’ici à quelques années. C’est notre but ». En attendant, tous ces objectifs passent par la jeunesse, « nous accueillons les enfants à partir de 7 ans ».

« Un grand rassemblement »


Les élèves se retrouveront à raison de deux heures par semaine pour chaque pupitre. « Nous avons la possibilité de faire des groupes débutants et confirmés ». Chaque instrument jouera les mêmes airs et se retrouvera sur des répétitions générales hebdomadaires, afin de pouvoir présenter en fin d’année un spectacle. Les membres de l’association voient plus loin. « Organiser l’an prochain ou d’ici à deux ans un grand rassemblement de bagadoù à Lesneven, avec un défilé et des représentations en public ». Pour le moment l’association compte une quinzaine de musiciens et espère se développer rapidement.

Pratique

Inscription ce samedi et le samedi 20 octobre, salle Glenmor (derrière l’Atelier), de 9 h à midi et de 13 h 30 à 17 h.