Vannes. 27 écoliers vont chanter le Bro Gozh à La Rabine ce vendredi

photo Le Télégramme

Le Télégramme, 5 avril 2018

Ils se préparent depuis des mois. 27 élèves vont de CE2, CM1 et CM2 de la filière bilingue français-breton de l’école Saint-Guen vont chanter le « Bro Gozh », ce vendredi, au stade de La Rabine, juste avant le coup d’envoi du dernier match de la saison à domicile pour le Rugby-club de Vannes (RCV), à 20 h, contre Narbonne. »Le projet existe depuis longtemps, mais il a mis un peu de temps à se concrétiser », explique, soulagé, le directeur de l’école Saint-Guen Jérôme Larcher-Rouland.Les 27 élèves et leurs parents avaient rendez-vous ce jeudi au stade de La Rabine, pour une ultime répétition en situation réelle, avec Philippe Le Ray, le chanteur attitré du club.

Cliquer sur la photo ci-dessous pour voir le reportage.

(Photo Mathieu Pélicart)

Le Bro Gozh mis à l’honneur au Festival Interceltique 2018

Ce mardi 3 avril au soir, le Grand Théâtre de Lorient accueillait des centaines d’invités pour la présentation de la programmation de l’édition 2018 du Festival Interceltique qui se tiendra du 3 au 12 août.

Consacré cette année au pays de Galles, le directeur du FIL, Lisardo Lombardia, a annoncé que l’hymne national commun aux Gallois et aux Bretons, le Hen Wlad ou Bro Gozh, serait mis en valeur tout au long du festival notamment lors des 5 nuits interceltiques qui se dérouleront au stade du Moustoir: à chaque soirée, le chœur gallois présent interprètera la version en gallois et la version en breton de notre hymne national commun.

D’autres soirées comprendront très certainement l’interprétation du Hen Wlad / Bro Gozh notamment  la soirée d’ouverture et celles avec l’Orchestre Symphonique de Bretagne.

A noter dans vos agendas !

Le Bro Gozh au congrès du Lions Club à Vannes

Les 30 et 31 mars derniers était organisé à Vannes le congrès de printemps des Lions Clubs européens.

Lors de la cérémonie protocolaire au Palais des Arts , les hymnes des différents pays représentés furent interprétés dont le Bro Gozh pour la Bretagne à la demande de la Ville de Vannes avec la participation de deux sonneurs des Melinerion, le bagad de Vannes.

Un Bro Gozh sri-lankais pour l’Interceltique 2018

Ce n’est pas tous les jours que ça arrive : le Comité Bro Gozh a reçu ce jour un envoi en provenance du Sri-Lanka, une peinture réalisée par Padrig Morin que nous avions présenté ici en décembre dernier.

Une œuvre en l’honneur du Bro Gozh fusionnant les traditions celtiques et hindouistes.

Celle-ci participera à un évènement organisé par le Comité Bro Gozh le lundi 6 août 2018 lors du Festival Interceltique et qui mettra à l’honneur les relations entre le Pays de Galles et la Bretagne, nos hymnes nationaux respectifs et plusieurs acteurs de ces liens séculaires entre nos deux pays. Nous y reviendrons dans quelques semaines mais d’ores et déjà, notez-le dans vos agendas .

Le Bro Bozh pour les 40 ans de la catastrophe de l’Amoco Cadiz

Photo Yannig Bigouin

Ce dimanche 11 mars, à Ploudalmezeau, les spectateurs chantent le Bro Gozh avant le spectacle de Strollad Ar Vro Bagan, Ar Bonedoù Ruz, en hommage à la mobilisation des Bretons suite au naufrage de l’Amoco Cadiz sur leur côte, il y a 40 ans.

Le Bro Gozh à New York

Le Télégramme, 26 février 2018

Bretons d’Amérique. Gangs de New York

New York a attiré des milliers de Bretons. Entre les « vieux » de l’émigration bretonne qui fuyaient la misère et les émigrés récents venus pour le business, la philosophie change. Les réseaux restent.

La pâte glisse avec élégance sur la crêpière. Le beurre crépite pour donner une belle teinte dorée aux galettes destinées à trois membres de l’association BZH New York. « Aux crêpes », rectifie le Finistérien Philippe Fallait, gérant et chef du Café Triskell. Même à 5.000 km, la guerre de la crêpe et de la galette subsiste entre les Bretons de l’ouest et les autres.

C’est à Astoria, dans le borough new-yorkais du Queens, que ce natif de Concarneau a décidé d’installer sa crêperie 100 % bretonne en 2006. Pas un hasard. Le quartier est le fief historique des Bretons de la « big apple ». Une bonne partie des « anciens » de la communauté bretonne de New York se sont installés dans ce secteur. Presque tous sont originaires du canton de Gourin (Morbihan), un gros bourg de 4.000 habitants en centre-Bretagne.

(….)

Il y a quelques années, le lunch s’est déroulé à Manhattan, mais les seniors bretons ne sont pas venus. Trop grand. Trop clinquant. Trop speed. Pour ne pas trop les dépayser, cette fois, les organisateurs ont choisi la salle des fêtes de Riccardo’s up the bridge, au coeur du quartier breton à Astoria. Sur le mur, un drapeau breton défie un drapeau américain dont les étoiles ont été remplacées par des hermines.

Bro gozh, danses celtiques et Matmatah

Le coup d’envoi du lunch est lancé par l’hymne breton. Debout, une soixantaine de personnes entonnent solennellement le Bro gozh ma zadoù. L’un des rares moments de communion entre jeunes et anciens. La suite du repas se poursuit autour de danses celtiques, de musette et de valses où les couples les plus âgés se lancent des blagues potaches. Quelques jeunes osent investir la piste lorsque résonnent les accords de Matmatah ou de Tri Yann. Bernard Le Bris, ancien dirigeant du Stade breton, est originaire de Concarneau (Finistère). Arrivé à New York il y a 42 ans, il analyse le décalage : « Les Gourinois, on ne les voit que pour le lunch de Noël. Ils adorent leur Bretagne mais n’ont plus grand-chose à voir avec les nouveaux arrivants. Eux fuyaient la misère, les nouveaux sont des businessmen. Il faut que les jeunes prennent la relève ». Des jeunes Bretons, il y en a à New York. Mais ils ne se comptent pas du côté des « ancêtres ». La descendance de ces derniers, leurs enfants et petits-enfants, n’ont, pour la plupart, plus de lien avec la Bretagne. Leurs parents ont quitté la région à l’époque où l’on enseignait aux enfants de « ne pas cracher par terre et de ne pas parler breton ».

Retour au pays

Des exceptions existent cependant, comme Charles Kergaravat. Né à New York en 1976, lui a fait le chemin inverse. Il vient de débarquer à Rennes pour travailler chez Klaxoon. « Mes parents revenaient trois mois par an en Bretagne », confie-t-il.

(….)

Rugby Club de Vannes, Bro Gozh, Priz ar Brezhoneg, quelques images ..

Le Prix Bro Gozh 2018 et le Priz ar Brezhoneg en bonne place dans la vitrine des trophées du RCV

Prix Bro Gozh, Priz ar Brezhoneg, année faste en récompenses pour le Rugby Club de Vannes.

Quelques images prises lors de la conférence de presse du lundi 26 février au siège du club.

Les deux prix au premier plan devant M. Berthe, ancien président du RCV durant la conférence de presse.

 

Le Prix Bro Gozh  dans l’album 2017-2018 du Rugby Club de Vannes.