Le Bro Gozh pour Martial Ménard

Ouest-France, 12 septembre 2016

Un dernier « Kenavo » à Martial Ménard, figure de la langue bretonne

martial-menard

Martial Ménard

Le linguiste, lexicographe, éditeur et journaliste breton, chroniqueur dans le Dimanche Ouest-France, a été inhumé, ce lundi, à Lanrelas, d’où il était originaire.
Proches, collègues de travail, confrères, personnalités politiques… L’église de la petite commune de Lanrelas n’était pas assez grande pour accueillir tous les amis de Martial Ménard, ce lundi, venus lui dire un ultime « Kenavo ».

Décédé jeudi dernier, à l’âge de 65 ans, à l’hôpital de Quimper, il incarnait une figure de la langue bretonne, militant d’une Bretagne réunifiée, éminent linguiste, lexicographe… Mais également chroniqueur dans le Dimanche Ouest-France. (….)

« Prenez soin de la Bretagne, c’est le plus beau sceau d’amour que vous rendrez à Martial. »

Après avoir chanté, à la fin de la cérémonie religieuse, « Sainte-Anne, ô bonne mère », qui bénit « ses Bretons », les centaines de personnes présentes devant l’église ont entonné le Bro Gozh Ma Zadoù (Vieux pays de mes pères). Un hymne de la Bretagne qu’emporte avec lui Martial Ménard, dans son cercueil drapé du Gwenn ha Du.

martial-menard-ne-sera-pas-ferme

Cliquer sur la photo pour voir la vidéo.

Le Bro Gozh avec les enfants de Diwan an Alre.

Le Télégramme, 14 mars 2016

Durant toute la semaine, le breton est à l’honneur. Les festivités ont débuté samedi à la médiathèque de Brec’h avec de la poésie bilingue. Hier, c’est au marché d’Auray qu’on a entendu du breton… Les jeunes pousses alréennes ont en effet poussé la chansonnette. De quoi dépoussiérer une langue qu’on pensait presque éteinte.

Lundi, jour de marché. « Un petit kouign amann, messieurs dames ? », interpelle une vendeuse. Entre les pommes et l’andouille, les produits bretons font bonne figure sur les étals. 10 h 30, les premières notes de binioù bras retentissent. Les gens se massent à l’entrée de la rue du Lait. La cornemuse écossaise laisse s’échapper une mélodie qui met le chaland dans l’ambiance. Devant le magasin de La Trinitaine, Yves Hercelin gonfle les joues. Professeur au bagad de la Kevrenn Alré, il souffle dans son instrument à vent, pendant qu’on distribue des tracts. « C’est la semaine du breton », sourit un membre de l’association Ti Douar Alré. « Vous voulez un petit lexique pour aller acheter vos timbres ou votre tabac en breton ? ».

La chanson de la Redadeg


Le concert dure un petit quart d’heure et c’est ensuite au tour des petits chanteurs de prendre la relève. Treize élèves de CE2, CM1 et CM2, de l’école Diwan d’Auray, font face au public. Leur professeur Jerlad se glisse dans le rôle du chef de choeur. Entre chansons traditions et créations, les jeunes pousses bretonnes sont impressionnés, mais donnent de la voix. « Ils chantent en breton ? », s’étonne un passant. « Ah je n’y comprends rien », s’amuse un autre. Ce n’est pas le cas de tout le monde, puisque certains spectateurs entonnent les paroles en breton. « Ils répètent depuis quinze jours, trois semaines », glisse l’enseignant. Il ajoute même que des chants auraient spécialement été composés et écrits pour ce concert de rue. « Les élèves ont appris la chanson sur la Redadeg, cette course qui promeut la langue bretonne ». Pour leur final, les enfants chantent le Bro gozh ma zadoù, autrement dit l’hymne breton. « C’est facile pour eux d’apprendre le breton, ils sont jeunes », commente un badaud. Et quand on leur demande si l’apprentissage de cette langue est compliqué, Loeiza, 8 ans, répond du tac au tac : « C’est trop simple ».

Des lettres absentes de l’alphabet


Ils ont entre 8 et 10 ans et parlent breton depuis « toujours », « tout-petit », « trois ans ». Les Diwan réfléchissent parfois en breton, mais rêvent en français. Les plus farceurs profitent de la langue pour blaguer, voire même dire quelques gros mots. « Tout le monde ne comprend pas », sourient les élèves. Loeiza préfère s’exprimer en breton, même s’il y a des lettres absentes de l’alphabet comme, le « q », le « c » ou encore le « x ». Suzanne et Keridwenn, ne savent pas vraiment laquelle choisir entre les deux langues. « On les aime toutes les deux. Ce qui est drôle d’ailleurs, c’est que certains mots veulent dire la même chose, comme « rose », la couleur ».
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/morbihan/auray/breton-les-diwan-donnent-de-la-voix-15-03-2016-10993509.php#WYJLVlcQtqFouLQr.99

Le Bro Gozh au programme de l’école St Yves de Perros Guirec

BroGozhPerroz

Le Télégramme, 8 décembre 2015

Chaque année, les enfants de l’école Saint-Yves et la chorale Awel Dreger collaborent pour offrir un concert. Il se déroulera, dimanche, en l’église Saint-Jacques. Tous les enfants de CE1 à CM2 préparent depuis le début de l’année leur passage devant le public. Cinq chants sélectionnés Cette préparation a débuté en classe où chaque enseignant a fait travailler les cinq chants sélectionnés avec le soutien de Gabrielle Brichet (ancienne enseignante à l’école). Lors du concert, les écoliers interpréteront seuls quelques chants dont « Tout va très bien Madame la marquise » avant de chanter notamment l’hymne breton Bro gozh ma Zadou et avec les choristes d’Awel Dreger qui proposeront, par ailleurs, leur répertoire de chants traditionnels bretons. Les bénéfices de ce concert serviront à financer les activités pédagogiques de l’école. Pratique Dimanche, à 16 h, église Saint-Jacques. Entrée : 8 €, adultes (gratuit jusqu’à 16 ans). Billets en vente à l’école Saint-Yves et à l’église le jour du concert. Réservations au 02.96.23.21.60.

© Le Télégramme – Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/perros-guirec/ecole-saint-yves-en-concert-avec-awel-dreger-dimanche-08-12-2015-10879308.php

« Brezhoneg e Plouzane ». L’asso veille sur le breton et avec le Bro Gozh !

l-interpretation-par-anne-louarn-d-une-gwerz-en-solidarite_2634639_437x434p

La prestation d’Anne Louarn, avec un chant breton (gwerz), en solidarité avec les victimes des attentats du 13 novembre, a été fortement applaudie par le public

Le Télégramme, 25 novembre 2015

La veillée bretonne organisée par l’association « Brezhoneg e Plouzane », dimanche, a rencontré un joli succès. Preuve de la vitalité d’une association qui s’attache à faire vivre la langue bretonne par différents biais.

L’association « Brezhoneg e Plouzane » a proposé, dimanche, la quatrième édition de la veillée bretonne. Cette année, l’association avait invité la chorale Kanerien Lanveneg, qui a interprété plusieurs chants de son répertoire traditionnel breton. Des solistes ou duos (Fañch Kerrien, Anne Rioual et sa fille, Roger Guéneuguès et Jo Lareur) ont également proposé de belles interprétations. La prestation d’Anne Louarn, avec un chant breton (gwerz), en solidarité avec les victimes des attentats du 13 novembre, a été fortement applaudie par le public. Alfoñs Raguénès, quant à lui, a ravi le public avec deux histoires qu’il a inventées et mises en scène. Il a également chanté des titres du CD qu’il a sorti cet été, en collaboration avec sa famille et un groupe d’amis, « Douar Nevenoë ».

La pratique du breton pour mission

La centaine de personnes présentes dans le public a apprécié l’ambiance conviviale de l’après-midi, agrémenté d’une pause crêpes qui a permis de se retrouver et d’échanger en breton. La veillée s’est clôturée par une interprétation de « Kenavo » et du « Bro gozh ma zadoù ». L’association Brezhoneg e Plouzané est née, en 2010, de la volonté de pratiquer le breton de façon conviviale et ludique. Parmi les adhérents, on trouve de nombreux bretonnants de naissance, des néo-bretonnants ou encore des parents d’enfants scolarisés en école bilingue. Karine Bardy est la nouvelle présidente de l’association, André Rivoallon est le coprésident et Véronique Caradec, la trésorière. L’association a de nombreux projets. Le cinéma en breton, en partenariat avec la municipalité, sera également au programme dans le cadre de la saison culturelle « Grand nord ». Le film « Pa guzh an heol » sera projeté le samedi 9 janvier, en présence du réalisateur, Ronan Hirrien. Sans oublier les rendez-vous tels que les « Breizh kafe », un samedi matin par mois, au centre social Éric-Tabarly (discussion, rencontre avec un bretonnant, chants…) et l’heure du conte, en breton, pour les plus jeunes.

Sensibilisation des futurs collégiens

L’association de parents d’élèves bilingues, Div Yezh Plouzane, va mener une action de communication à destination des futurs collégiens et de leurs parents, dimanche, de 15 h à 17 h, dans le but d’ouvrir une filière bilingue au collège de Kérallan. « Brezhoneg e Plouzane » s’associe à cette action. Contacts « Brezhoneg e Plouzane », tél. 06.81.91.49.82 ; courriel, brezhoneg.e.plouzane@gmail.com Imprimer Télécharger Envoyer

© Le Télégramme – Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/finistere/plouzane/brezhoneg-e-plouzane-l-asso-veille-sur-le-breton-25-11-2015-10862896.php

Sonadeg bugale e Gourin. 200 écoliers en concert chantent le Bro Gozh.

SonadegGourin

Le Télégramme, 14 mai 2015

Les élèves bilingues (français breton) des écoles primaires, publiques et privées du Centre-Bretagne, donnaient un concert à la salle des fêtes, mercredi soir. Ce Sonadeg Bugale Kreiz-Breizh a connu un grand succès. Près de 800 personnes ont assisté au spectacle qui se déroulait à la salle des fêtes.

Si la salle était pleine, la scène l’était tout autant, puisque s’y produisaient 200 enfants issus de douze établissements scolaires du Centre-Ouest-Bretagne et ses environs, Carhaix, Glomel, Gourin, Langonnet, Le Faouët, Maël-Carhaix, Plouay, Rostrenen et Scaër. Les enfants ont enchaîné des chants en langue bretonne appris tout au long de l’année scolaire, des chants anciens, tels War vor zo dek martolod ou Kanomp ha roulomp atav et d’autres des créations récentes traduites en breton, comme Laouen, « Happy » de Pharrell Williams.

Tous à l’unisson

Malgré leur nombre important, les enfants ont su chanter à l’unisson, grâce aux professeurs qui jouaient le rôle de chefs de choeur et aux musiciens qui battaient la mesure. Sous la direction de Jonathan Dour, au clavier, le groupe composé de guitariste, bassiste, accordéoniste et clarinette formait un petit orchestre, qui donnait de l’entrain aux enfants. Un des moments forts du spectacle a été l’intervention de la chanteuse Kaelig, lauréate du concours France 3 Bro Gozh, qui est venue chanter l’hymne breton avec le choeur d’enfants.

Promouvoir la culture bretonne

Par son succès, ce concert coordonné par l’association Bod Kelenn, a rempli sa mission pédagogique, culturelle et promotionnelle pour les établissements qui enseignent la langue bretonne au pays du Roi Morvan et au-delà. « C’est un événement essentiel pour promouvoir l’enseignement de la langue et de la culture bretonne et aboutir à la mise en place d’une Entente culturelle de pays dans le Centre-Bretagne », dit Gwendal Weber, président de Bod Kelenn, qui va maintenant se consacrer à l’organisation du Kan’n noz, la fête de la langue bretonne chantée, le 23 mai, à Langonnet.
En savoir plus sur http://www.letelegramme.fr/morbihan/gourin/sonadeg-bugale-200-ecoliers-en-concert-15-05-2015-10629683.php#RoEyrlM4EDHYcjVi.99