« La mémoire d’un peuple »: le Bro Gozh en final

Debout pour le dernier morceau, le public a repris en chœur le « Bro Gozh ma zadoù », l’hymne national de la Bretagne

Le Télégramme, 14 juin 2022

À l’invitation de l’Association de sauvegarde de l’église Notre-Dame de Rosporden (ASPNDR 29), le trio Pêr-Vari Kervarec-Tony Dudogonon-Loeïz Mehat, accompagné au biniou par René Gonidec, a interprété, dimanche après-midi, son dernier concert « La mémoire d’un peuple », présenté une première fois à Quimper fin mai.

Inspiré cette fois du Barzaz Breiz, une œuvre du XIX siècle écrite par Théodore Hersart de la Villemarqué, ce concert a permis aux nombreux spectateurs de voyager dans l’histoire de la Bretagne au fil des siècles, d’en saisir les singularités et l’importance aujourd’hui encore d’être vigilant à son identité.

Très applaudi par le public, ce concert s’est terminé par un beau moment de communion avec un vibrant « Bro Gozh ma zadoù », repris en chœur par l’assistance.

Une partie de la recette sera reversée à l’ASPNDR 29 à des fins de restauration de l’édifice, qu’il sera possible de visiter tout au long de l’été grâce aux permanences. L’association recherche par ailleurs des bénévoles.

Sauzon: le Bro Gozh pour la Redadeg

Un joyeux rassemblement à la pointe de Poulains pour soutenir la langue Bretonne

Le Télégramme, le 27 mai 2022

La Redadeg, course pour la langue bretonne, n’est jamais passée par Belle-Île mais des Bellilois en ont organisé une à la Pointe des Poulains, mardi. La course officielle se termine, elle, ce samedi, à Vannes après 2 200 km parcourus.

Pour ceux qui ne la savent pas encore, la Redadeg, c’est une course de relais solidaire festive et populaire, sans compétition, ouverte à tous, qui transporte un message breton à travers toute la Bretagne, sans s’arrêter.

Cet évènement mobilise des milliers de personnes à travers les cinq départements bretons. Particuliers, entreprises et associations achètent des km. L’argent ainsi collecté sert à la création de projets en faveur de l’usage de la langue bretonne au quotidien, dans la vie sociale et familiale.

Une « Redadeg » parallèle

Les bénéfices du fest-noz organisé par l’association « Ar varzhed » le 19 mars avec les groupes bellilois Moeg et Dam oui gast ont permis d’acheter un kilomètre. Olivier Ferrando, à la demande des organisateurs de la Redadeg, a organisé un « Redadeg » parallèle le mardi 24, à Gerveur (Belle-Île). Le parcours officiel ne passe pas par Belle-Île cette année (la course est passée de la presqu’île de Rhuys à Locmariaquer et a continué vers Lorient).

Apprenants et animateurs des cours de breton de l’Université du temps libre, accompagnés par de nombreuses personnes solidaires de la reconnaissance de la langue bretonne, se sont rassemblés à la Pointe des Poulains dans une joyeuse procession qui les a emmenés en dansant, avec le cercle celtique Maen en Dour, sur les traces des nombreux sonneurs présents. Le Bro Gozh, hymne breton, a été chanté et certains participants ont échangé en breton « edan un heol brav » (sous un beau soleil).

Rendez-vous dans deux ans

Olivier Ferrando, en collaboration avec Thibaut Quelard, les deux animateurs des cours de langue bretonne de l’UTL, ont entraîné élèves et sympathisants pour cet évènement festif ; tous ont déjà promis de revivre cette joyeuse balade de relais dans deux ans à l’occasion de la prochaine Redadeg.

Le Bro Gozh pour chaque concert des Mouezh Paotred Breizh

Le Télégramme, 11 mai 2022

Le fameux chœur d’hommes Mouezh Paotred Breizh a élu domicile à Carhaix où l’ensemble répète depuis plusieurs mois. Le groupe représentera désormais Carhaix lors de ses nombreux déplacements.

Depuis quelques mois, le chœur d’hommes de Bretagne, Mouezh Paotred Breizh, a établi domicile à Carhaix, où il répète chaque premier dimanche du mois, dans la salle Karaez Park. Ce n’est pas parce qu’il compte de nombreux Centre-Bretons. Parmi eux, on retrouve certes le sonneur bien connu Yann Goasdoué, qui accompagne l’ensemble à la bombarde ou à la cornemuse. Mais sur un total de 45 choristes issus des cinq départements de la Bretagne historique, on ne recense que deux Carhaisiens et un Poullaouennais. Alors, pourquoi Carhaix ? « Nous avons noué un partenariat avec la ville, explique le président de l’association, Jean-Yves Le Coz. Sa position centrale est bien sûr un atout pour nous, et la ville avait des salles disponibles et assez grandes pour nous permettre de répéter malgré la pandémie ».

(….)

Neuvième album en préparation

Fondé en 1993 par le chef de chœur Jean-Marie Airault pour représenter la Bretagne à un festival de chœurs d’hommes gallois à Atlanta, l’ensemble prépare déjà son neuvième album et célébrera ses 30 ans l’an prochain. Les Mouezh Paotred Breizh, qui chantent en breton et à quatre voix, donnent en moyenne une vingtaine de concerts par an. Ils se produiront ainsi dans la cathédrale de Dol-de-Bretagne, samedi 14 mai. Le chœur, devenu une référence du chant choral en breton, a été sacré champion de Bretagne lors du championnat de Landerneau à six reprises. Leur répertoire est surtout composé de chants sacrés et profanes qui disent la fierté de l’histoire, de la terre et de la langue. « Notre répertoire est principalement breton, mais il nous arrive d’emprunter des chants aux groupes à qui nous rendons visite, par exemple en Italie, en Suisse, en Pologne, souligne Jean-Yves Le Coz. Il nous arrive donc de chanter dans d’autres langues que le breton, notamment en basque, en gallois, voire en latin. Mais chaque concert s’achève toujours par le Bro gozh ma zadou ».

(….)

Le Bro Gozh pour « La Grande Histoire de la Bretagne »

Plus de 200 personnes ont assisté en avant-première à la projection du documentaire consacré à la Bretagne.

Le Télégramme, 2 mai 2022

Samedi soir au Glenmor, plus de 200 personnes ont assisté, en avant-première, à la projection du documentaire « La grande histoire de la Bretagne ».

« Il faut que l’on connaisse notre histoire et ce documentaire traite de l’émancipation du peuple breton, il est puissant et sincère avec des images exceptionnelles. À nous de continuer à écrire cette histoire de la Bretagne. Elle nous appartient, elle vous appartient », a indiqué, en préambule, le maire de Carhaix, Christian Troadec.

Le film égrène les évènements du XIXe et XXe siècle et aborde notamment la présence de la culture en Bretagne et la capacité du sentiment d’appartenance à cette culture et à la région. La productrice Anne Gintzburger, évoquera « ces cultures qui enrichissent les uns et les autres et nourrissent le vivre ensemble et l’importance de défendre nos idées, nos sensibilités », remerciant France Télévision d’avoir contribué à ce projet.

Un grand travail de recherche

Frédéric Brunnquell, auteur et cinéaste du documentaire parle lui « d’une Bretagne qu’on aime, la capacité des Bretons de rester unis et l’évidence de raconter son histoire avec un grand travail de recherche comme ces images les plus anciennes qui datent de 1902-1903 venant des Pays-Bas ». La soirée s’est achevée par l’hymne breton Bro gozh ma zadou interprété par Yann Manac’h, éleveur et figurant du film.

De Mordelles à Pleyber-Christ en passant par Baden, Quéven ou Rennes, on chante le Bro Gozh !

Quelques exemples de ces derniers jours ….

Ouest-France, le 10 mars 2022

Mordelles

L’association Orgue et musique accueillera la chorale Divertiflume le 20 mars. Ce moment musical sera l’occasion de marquer le 20e anniversaire de la chorale et la reprise de ses activités après plus d’un an d’interruption en raison de la situation sanitaire.

Les choristes, issus de différentes communes du territoire, se retrouvent à nouveau, tous les jeudis matin à L’Hermitage, pour préparer un programme concocté par leur chef, Pierre Gauthier.

Accompagnés par l’orchestre à cordes de la Flume dirigé par Marie Stanquic, les chanteurs interpréteront un répertoire éclectique, allant d’hymnes traditionnels comme Sakura ou le Bro Gozh ma zadoù à des airs classiques de Verdi. La chanson française ne sera pas oubliée avec des interprétations de Ferrat ou Aznavour.  Cet intermède musical est une invitation à se retrouver , indiquent les organisateurs.

20 minutes, le 17 mars 2022

Rennes

Le tifo sorti par les ultras du RCK lors du derby breton entre le Stade Rennais et le FC Nantes le 22 août 2021. – C. Allain / 20 Minutes

Stade Rennais-Leicester : Comment le glacial Roazhon Park est devenu chaud bouillant….

(….)

L’ambiance n’a pourtant pas toujours été aussi chaleureuse, route de Lorient. Le public rennais, réputé exigeant et spectateur, n’a pas toujours été enclin à se lever de son siège gris (ou bleu, ou vert). « Le public est à l’image de la Bretagne. Il est fidèle mais pas exubérant. Nous ne sommes pas les plus bruyants, mais nous avons toujours été là, même dans les moments difficiles », assume Gaël, supporter rennais depuis plus de quarante ans. Pour ce fidèle, le changement de nom et le remplacement des sièges en 2015 ont aidé à transformer le Roazhon Park. « C’est plus chaleureux. Avant, je trouvais l’ambiance froide. Maintenant, il a de la gueule, c’est devenu notre jardin ». Un exemple : les tifos extraordinaires du RCK. « Ça fait notre renommée dans le monde entier ! » Speaker du club depuis 2004, Alain Rousseau confirme. « Je pense que c’est une somme de petites choses. La couleur des sièges, le nom mais aussi la sonorisation ou les marqueurs comme le Bro Gozh. Je pense que le public rennais apprécie les joueurs qui s’identifient au club. On a eu Costil, Danzé, André. Aujourd’hui, il y a Bourigeaud, Laborde sans doute aussi ». Côté ambiance, le speaker apprécie particulièrement les jeudis soir, notamment depuis un match de qualification face à Astana. « L’affiche n’était pas folle mais tous ceux qui étaient là s’en souviennent. C’est ce match qui nous permet de voir Séville et Arsenal. Les émotions étaient fortes alors que par le passé, on en était un peu sevré ». (….)

Ouest-France, le 10 mars 2022

Quéven

Aux Arcs, mardi soir, Gérard Le Breton, Pierre Le Gal et Michel Le Coz ont conquis le public. | OUEST-FRANCE

Mardi, devant environ 150 personnes, réunies à la salle des Arcs de Quéven, le conférencier quévenois, Michel Le Coz, a retracé l’histoire de la langue bretonne depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours.

Le public attentif a été conquis par cet exposé intéressant et très séduisant. À la fin de la conférence, le public s’est levé pour chanter en chœur Bro Gozh ma Zadoù.

Il est resté debout par solidarité pour écouter et pour découvrir la vidéo d’un artiste ukrainien qui jouait l’hymne national d’Ukraine pour ses concitoyens réfugiés dans les couloirs du métro pour se protéger des bombes.

Ouest-France, le 23 mars 2022

Baden

L’hymne breton, le Bro gozh ma zadoù, a été interprété par les choristes du Chœur de Baden et joué par le bagad. | OUEST-FRANCE

Dimanche, la municipalité et huit associations ont piloté une fête avec scénographies, chants et danses dans un lieu unique à Pen-Mern : le lavoir et la fontaine Maria, dénommée ainsi sur un aveu de 1644 dans des écrits sur la seigneurie de Bois-Bas.

« Retrouvé grâce à des témoignages d’anciens du secteur, ce site a demandé 170 heures de travail à une équipe de bénévoles de l’association pour le nettoyer », a expliqué Joël Bignon, président du Panier badennois.

Il a, effectivement, fallu de longues fouilles et de difficiles travaux pour dégager le lavoir des pierres et de la terre qui le remplissait ; la fontaine a été plus facile à dégager.

La journée, qui a attiré plus d’une centaine de personnes, a débuté par l’hymne breton, le Bro Gozh ma Zadoù, chanté par les choristes du Chœur de Baden et joué par le bagad. L’après-midi, se sont succédé différentes animations.

Le Télégramme, le 24 mars 2022

Pleyber-Christ

Plus de masque, les choristes ont retrouvé le sourire ici avec la cheffe de choeur Yo Van Bouwel (à gauche)

Après deux mois d’interruption, la chorale Cantaree a repris de façon « normale » les répétitions le mercredi à partir de 19 h 45, sous la direction de Jo Van Bouwel, cheffe de chœur, assistée de Didier Dréau à la guitare. Une trentaine de choristes y sont inscrits. Ils résident pour la majorité à Pleyber-Christ et quelques-uns viennent de l’extérieur (Botmeur, Berrien, Plourin-les-Morlaix, Saint-Thégonnec-Loc-Eguiner, Plounéour-Ménez, Sainte-Sève, Saint-Martin-des-Champs et Morlaix).

Les quatre pupitres sont bien représentés (cinq ténors, cinq basses, sept altos et sept sopranos). Les apprentissages sur les voix et la respiration sont appréciés des participants.

Les choristes travaillent sur une nouvelle version de l’hymne national breton « Bro Gozh ma Zadoù » qui sera chanté à l’occasion de la Fête de la musique. Outre la participation à cet événement, la chorale envisage de se produire à la maison de retraite. Le déplacement à Lostwithiel, en lien avec le comité de jumelage, est toujours d’actualité.

Les personnes intéressées par le chant peuvent intégrer le groupe.

Pratique

Contact : tél. 06 26 92 08 90.