Cathédrale de Quimper: Le Bro Gozh repris en chœur

Les Choristes applaudissent le public qui les ovationne.

Les Choristes applaudissent le public qui les ovationne.

Le Télégramme, 8 septembre 2019

Le Chœur Mouezh Paotred Breizh et le Mousehole Male Voice Choir, venu des Cornouailles anglaises, ont chanté à guichets fermés, samedi soir, à la cathédrale Saint-Corentin. Les deux chœurs ont enthousiasmé le public qui, debout, a manifesté son enthousiasme le concert terminé.

Dirigé depuis 25 ans par Jean-Marie Ayrault, Mouezh Paotred Breizh rassemble 50 choristes. Samedi soir, le chef de chœur va doucement tirer sa révérence après toutes ces années de concerts souvent prestigieux. Cette fois, il dirige, magnifiquement Santel de Schubert et la création de Luskellerez, un chant aux couleurs flamboyantes. Auparavant, la formation a repris le répertoire qui lui est familier : O Keltia de Glenmor, qui célèbre la nation celte, « Kan Evid Santig Du » ou encore « Broiou Ar Mor » de Job An irien et R. Abjean. Uillean pipe, bombarde ou clavier accompagnent le chœur.

Bretons et Cornouaillais, d’une même voix.

Mousehole Male Voice Choir, venu de Mousehole, un port de Cornouailles, est impressionnant. Sans partition, une soixantaine de chanteurs, superbement dirigés par Stephen Lawry (et pour un chant par David Williams), vont littéralement éblouir les auditeurs, par leur sens de la musique, du phrasé. Nul n’oubliera la force, le rythme que le chœur imprime à « Royal Hudson », une dynamique chanson composée en l’honneur d’une locomotive qui traverse le Canada. Lui succède le poétique With Rose qui montre un chœur plein de douceur, de nuances et un brin romantique. On voudrait tout citer de ces chansons, tristes ou joyeuses qui donnent au chœur bien des couleurs et aussi saluer la présentation d’Allison Williams qui manie l’humour à la perfection !


Le Bro Goz repris en chœur


Parfois le temps d’un spiritual, le jazz fait rythmer des voix qui s’unissent, se répondent dans la plus belle des harmonies. Un beau quatuor vocal célèbre, virtuose « La Création du monde ». Et puis, comme ils sont en Bretagne, les Britanniques chantent « Kousk Breizh Izel », la si belle berceuse à laquelle ils restituent toute sa douceur. Pour varier, Maureen Nicholls à la flûte traversière solo, joue, le fameux « Moon River » (Breakfast at Tiffany’s) puis, « Le Cygne » tiré du Carnaval des Animaux de Saint-Saëns.

Dernier bonheur de la soirée, les chanteurs se retrouvent le temps d’un solide Bro Gozh repris en chœur par une foule justement enthousiaste.

Quimper. Bretons et Cornouaillais rassemblés pour le Bro Gozh

Le Mousehole Male Voice Choir, venu de la Cornouailles britannique, se produira à la cathédrale le 7 septembre.

Le Mousehole Male Voice Choir, venu de la Cornouailles britannique, se produira à la cathédrale le 7 septembre. (Ray Sowden)

Le Télégramme, 15 août 2019

Au soir du samedi 7 septembre, les voûtes de la cathédrale Saint-Corentin de Quimper résonneront des voix de deux chœurs d’hommes de réputation internationale.

Le moment va être puissant, à n’en pas douter. Et pour cette raison, mieux vaut anticiper et se munir d’ores et déjà de son billet de concert. À l’issue de leurs prestations du 7 septembre prochain, en la cathédrale Saint-Corentin de Quimper, les voix de cent hommes s’uniront pour interpréter le Bro Gozh Ma Zadoù. En effet, la Bretagne partage son hymne avec la Cornouailles britannique (Bro Goth Agan Tasow) mais aussi avec le pays de Galles (Hen Wlad Fy Nhadau). Les textes sont sensiblement les mêmes, en langue bretonne, cornique et galloise. Le samedi 7 septembre, le chœur des hommes de Mousehole, petit port situé à l’extrémité sud de l’Angleterre, donnera une représentation exceptionnelle. Dans une région qui compte près de trente chœurs d’hommes, le « Mousehole Male Voice Choir » représente sûrement ce qui se fait de mieux. Créé depuis 110 ans, le chœur rassemble, dans une belle dynamique, jeunes et plus anciens, pêcheurs, ouvriers, marins, professeurs, avec un seul objectif : entretenir la tradition du chant choral de haut niveau.

Par le chant, Mouezh Paotred Breizh a la volonté de promouvoir la culture bretonne et de faire fructifier son héritage. (Mouezh Paotred Breizh)

Le cœur des hommes celtes


En mai dernier, lors du Festival de Truro, considéré souvent comme le championnat du monde des chœurs d’hommes, le Mousehole Male Voice Choir a obtenu une belle 3e place et le titre de meilleur chœur de Cornouailles. C’est avec 60 chanteurs, sous la direction de Stephen Lawry, que le chœur donnera un aperçu de son talent lors de son concert à Quimper. En première partie, « Mouezh Paotred Breizh », le chœur d’hommes de Bretagne, mobilisera toute son énergie pour inviter les spectateurs à un voyage singulier à travers la Bretagne et les pays celtes. Un voyage où l’on parle de la terre et de la mer, mais aussi d’histoire, de patrimoine, de croyances et de convictions. Dirigé depuis 26 ans par Jean-Marie Airault, le chœur est devenu, en juillet dernier, pour la sixième fois de son existence et pour la deuxième année consécutive, champion de Bretagne des chorales d’expression bretonne. Pour marquer ce qui rassemble et unit les nations celtes, les deux chœurs, près de 100 chanteurs, se rassembleront, au final, pour interpréter leur hymne commun.

Pratique
Voix Celtes, samedi 7 septembre, à 20 h 30, à la cathédrale de Quimper. Tarif unique (placement libre) : 15 €. Réservations et préventes : billenet.fr ; office de tourisme de Quimper ; Librairie Ravy Quimper ; Coop Breizh Quimper.

Derby breton. Bro Gozh, bagad et Gwenn-ha-Du

14 000 spectateurs étaient réunis, au stade du Moustoir, à l’occasion du derby… (Le Télégramme/Bruno Pérel)

Près de 14 000 spectateurs au Moustoir

Hier après-midi, le stade du Moustoir accueillait le premier et très attendu derby breton de la saison. Une rencontre FCL-EAG qui se jouait presque à guichets fermés. Il aura fallu attendre les dernières minutes de cet unique derby breton de Ligue 2 pour voir les Costarmoricains s’imposer. Après six journées de championnat, Lorient connaît donc sa première défaite de la saison, qui plus est sur des terres et devant 13 753 spectateurs. À l’issue du match, Christophe Pelissier, le coach lorientais se disait déçu : « On n’a pas joué avec nos qualités et notre prestation n’est pas à l’image de ce qu’on doit faire. Il nous a manqué trop de choses sur ce match ».

Côté animations, le déploiement du plus grand drapeau breton du monde sur la pelouse du Moustoir a fait sensation. Tout comme l’hymne breton le Bro Gozh chanté en avant-match, par Morwenn Le Normand

Le déploiement du plus grand drapeau breton du monde sur la pelouse du Moustoir...

Le déploiement du plus grand drapeau breton du monde sur la pelouse du Moustoir a fait sensation. (Le Télégramme/Bruno Pérel)

Prochain rendez-vous au Moustoir lundi 23 septembre contre Rodez. Quant au match retour contre Guingamp il faudra attendre février au stade du Roudourou.

14 000 spectateurs étaient réunis, au stade du Moustoir, à l’occasion du derby...

Le Bro Gozh pour le circuit des chapelles

Petits et grands, avec beaucoup de courage, se sont hissés au sommet du Grand Rocher pour admirer le superbe panorama de la Lieue de grève.

Petits et grands, avec beaucoup de courage, se sont hissés au sommet du Grand Rocher pour admirer le superbe panorama de la Lieue de grève.

Le Télégramme, 8 août 2019

En marge du Circuit des chapelles, la balade contée de mercredi a rassemblé un grand nombre de randonneurs. Ils étaient 80, petits et grands, à emboîter le pas des animateurs de cette escapade, Anne Quiguer, Jocelyne Moreau, Jean-Yves Gallou et Maurice Le Coq.

La première halte était Coz Ilis, un ancien temple gallo-romain, un bâtiment carré de 12 m de côté. Selon la tradition orale, la première église de Plestin-les-Grèves se serait trouvée à Coz Iliz (vieille église en breton). Les vestiges, mis à jour à cet endroit, sont ceux d’un sanctuaire gallo-romain, utilisé entre le Ier et le IIIe siècle de notre ère.

Puis, après avoir emprunté un sentier escarpé entre les arbres, le groupe a pu accéder au Grand-Rocher. Depuis son sommet, à 83 m d’altitude, leurs regards ont balayé le superbe panorama de la Lieue de Grève. Ce fut l’occasion d’écouter quelques légendes et chants évoquant ce lieu mythique par Maurice Le Coq. Enfin, au retour, le rituel « Bro gozh va zadoù » a été entonné, tout en levant un verre de cidre.

(….)

Le Bro Gozh avec Mouezh Paotred Breizh

Le groupe était composé de 45 choristes.

Le groupe était composé de 45 choristes.

Le Télégramme, 1er août 2019

C’est un pur moment de bonheur et d’émotion qu’ont ressenti, mardi 30 juillet, les 250 personnes présentes à l’église de Guimiliau pour le concert donné par la chorale Mouezh Paotred Breizh. La manifestation rentrait dans le cadre des Enclos en musique.

Les dix premières chansons interprétées par le groupe étaient de consonances religieuses, avec du Glenmor et l’appel aux nations celtes, l’hymne gallois et un « De Profondis » contemporain du compositeur estonien Arvo Pärt. Pour la partie profane, « Broiou ar Mor », connu également sous le nom d’« Amazing Grace », revu sous d’innombrables interprétations, a donné le La de la suite, chargé de plaisir et d’émotion : « Battle Hymn », le célèbre « Glory Allleluia » américain, la chanson du cidre nouveau, un andro du pays vannetais plein de gaieté ont précédé un « Bro gozh ma zadou » repris par les spectateurs debout. C’est avec un grand plaisir qu’ils ont répondu à plusieurs rappels.

Le groupe arrivait précédé d’une solide réputation parfaitement justifiée et est une référence parmi les groupes bretons.

Oiartzun: le Bro Gozh chanté en basque …..

Durant les Vieilles Charrues, les Basques sont venus à Carhaix chercher la sculpture symbolisant 25 années d’échanges avec Carhaix. Jeudi dernier a eu lieu au pays Basque son inauguration en présence de la délégation carhaisienne.

Durant les Vieilles Charrues, les Basques sont venus à Carhaix chercher la sculpture symbolisant 25 années d’échanges avec Carhaix. Jeudi dernier a eu lieu au pays Basque son inauguration en présence de la délégation carhaisienne.

Le Télégramme, 7 août 2019

Une délégation carhaisienne s’est rendue du 31 juillet au 5 août au pays basque espagnol pour fêter les 25 ans du jumelage de la Capitale du Poher avec Oiartzun.

Du 31 juillet au 5 août, une délégation carhaisienne s’est rendue au Pays basque afin de participer aux célébrations du 25e anniversaire du comité de jumelage Carhaix-Oiartzun.

Pour l’occasion, Gwenn ha Du et Ikurrina – le drapeau basque – flottaient ensemble aux balcons de la ville.

Coïncidant avec le lancement des fêtes patronales locales de la Saint Esteban, ce séjour, placé sous le signe du partage et de l’amitié, a été riche en échanges culturels, excursions et découvertes gastronomiques.


Réception en mairie


Il a été ponctué par plusieurs cérémonies officielles marquantes. Jeudi en fin de journée, c’est en mairie que les Carhaisiens ont été conviés. Se succédant au micro les différents maires de la ville suivi par Christian Troadec, Vincent Abaziou, Daniel Cotten (signataire officiel du jumelage) mais aussi de réfugiés basques accueillis à Carhaix dans les années 80*, ont rappelé l’histoire commune des deux peuples. « Nous avons une dette intemporelle à votre égard » a lancé Jesus Leonet maire actuel d’Oiartzun. « La terreur s’était abattue sur des hommes et femmes traqués […] un élan de solidarité s’est mis en place pour les accueillir, simplement pour leur permettre de ne pas être assassiné », a rappelé quant à lui le maire de Carhaix.


Inauguration
d’une pierre commémorative


Le lendemain vendredi midi, l’inauguration d’une sculpture réalisée par le sculpteur breton Patrick Gueho a donné lieu à une émouvante cérémonie. Représentant un Triskell et un Lauburu** se faisant face, la pierre a été symboliquement érigée en direction de Carhaix dans le jardin arboré d’une propriété dont les occupants furent expropriés puis fusillés par les franquistes.

Lors de cette cérémonie, le Bro Gozh ma zadoù – l’hymne Breton – a été entonné en basque par la chorale locale. Les Carhaisiens en écho ont ensuite repris en breton « Hegoak », un chant basque symbolisant la Résistance au fascisme. Dans la soirée, la délégation a également participé au lancement officiel des fêtes patronales de la Saint Esteban.

Des expressions de luttes, d’amitié, d’espoir et de paix ont ensuite été prononcées en basque et en breton avant que ne soit envoyées haut dans le ciel des fusées marquant le début des festivités tandis que flottaient les drapeaux basques et breton au balcon de la mairie.

(….)

Quand le Bro Gozh ma Zadoù réunit Bretons et Gallois

Les chœurs gallois The Cardigan Rugby Club Choir, dirigés par Rhian-Medi Jones.

Les chœurs gallois The Cardigan Rugby Club Choir, dirigés par Rhian-Medi Jones.

Le Télégramme, 6 août 2019

La nef de l’église Saint-Émilion a accueilli plus d’une centaine de spectateurs lors du concert du chœur gallois, aussi appelé le Côr Meibion Clwb Rygbi Aberteifi. Cette chorale est composée surtout d’hommes mais aussi de quelques femmes, et en particulier de deux très jeunes filles. Leurs chants ont résonné sous la voûte de l’église donnant parfois la chair de poule, notamment quand une jeune chanteuse a chanté a cappella.

Le final a réuni Bretons et Gallois lors de l’interprétation de l’hymne breton, le « Bro Gozh ma Zadoù », pour moitié en breton et pour moitié en gallois. Une même musique, une même ferveur pour un chant qui parlait à l’ensemble de l’auditoire et repris avec une émotion partagée.

Une première pour l’association Ti an Arzourien que ce concert gallois qui pourrait peut-être se renouveler d’ici un an ou deux au vu des difficiles séparations après la « troisième mi-temps » et des promesses échangées.