Un Bro Gozh sri-lankais pour l’Interceltique 2018

Ce n’est pas tous les jours que ça arrive : le Comité Bro Gozh a reçu ce jour un envoi en provenance du Sri-Lanka, une peinture réalisée par Padrig Morin que nous avions présenté ici en décembre dernier.

Une œuvre en l’honneur du Bro Gozh fusionnant les traditions celtiques et hindouistes.

Celle-ci participera à un évènement organisé par le Comité Bro Gozh le lundi 6 août 2018 lors du Festival Interceltique et qui mettra à l’honneur les relations entre le Pays de Galles et la Bretagne, nos hymnes nationaux respectifs et plusieurs acteurs de ces liens séculaires entre nos deux pays. Nous y reviendrons dans quelques semaines mais d’ores et déjà, notez-le dans vos agendas .

Brest : un Bro Gozh du tonnerre pour la fête des langues

7seizh, 8 juin 2017

Quand Perynn Bleunven revisite le Bro Gozh ….

L’émission Arvest Kafe animée par Loeiza Beauvir a reçu ce dimanche une personnalité hors-norme, Perynn Bleunven, jeune artiste originaire de Plabennec débordant d’énergie. Mais quel talent peut-il bien lui manquer ? Chanteuse, comédienne et youtubeuse, elle relie de manière naturelle vidéo et musique dans ses créations. Cette émission est l’occasion de faire la connaissance d’un phénomène en pleine éclosion qui fait et fera parler d’elle.

En fin d’émission, vers la 23ème minute, Perynn Bleunven nous propose sa version du Bro Gozh . Décoiffant ! Bravo . Le Bro Gozh doit vivre ainsi au gré des envies et des humeurs.

Pour voir l’émission, cliquer sur la photo ci-dessous.

Perynn Bleunven à gauche .

 

 

Le Bro Gozh en single et en clip avec Stivell, Servat, Tri Yann, Capart, Soldat Louis, Gwennyn, Lavanant, etc…

Comme nous l’avions déjà indiqué , Sony va éditer en juin prochain un CD dédié à la Bretagne « Breizh eo ma Bro » avec la participation de nombreux artistes bretons et amis de la Bretagne, CD qui se clôture par le Bro Gozh avec la participation d’Alan Stivell, Tri Yann, Gwennyn, Rozenn Talec, Cécile Corbel, Gilles Servat, Soldat Louis, Louis Capart, Clarisse Lavanant, Renaud Detressan.

C’est cette version qui sort actuellement sous la forme d’un clip et d’un single. Bravo aux initiateurs et aux artistes pour cette belle version de l’hymne national breton.

Cliquer sur l’image pour accéder au clip video.

Disponible en téléchargement ici: iTunes, Spotify , Deezer , Google Play .

 

Ouest-France, 11 mars 2017

En juin prochain, sortira une compilation de chansons liées à la Bretagne, interprétée par des artistes bretons ou d’ailleurs. Un premier clip, que nous avons publié en exclusivité, vient de sortir. Il s’agit de l’hymne breton interprété par une dizaine d’artistes d’ici.

C’est le fameux ‘Bro gozh ma zadoù », l’hyme breton. C’est en collégiale qu’il a été repris par Alan Stivell, les Tri Yann, Cécile Corbel, Gwennyn, Gilles Servat, Soldat Louis, Louis Capart, Renaud Detressan, Clarisse Lavanant, Rozenn Talec.Le clip montre tous ces chanteurs réunis et de belles images de la Bretagne, de Saint-Malo au château de Suscinio.

Prévu en juin, l’album réunit ces mêmes artistes mais aussi Raphael, Laurent Vouzy, Miossec, Jane Birkin, Boulevard des airs, Renan Luce ou encore Dan Ar Braz. C’est le navigateur-explorateur Olivier de Kersauson qui a été appelé pour jouer le fil conducteur entre les chansons.

Le Télégramme, 10 mars 2017

Sony Music réunit un équipage transgénérationnel pour rendre hommage à la Bretagne à travers une petite quinzaine de chansons, mêlant traditionnels et reprises contemporaines. Baptisé « Breizh eo ma bro » (« La Bretagne est mon pays »), l’album, attendu fin juin,  sera interprété en duo, trio et plus. Jane Birkin et Christophe Miossec y offriront une nouvelle version de « Brest », Dan Ar Braz revisitera « Borders of Salt » accompagné d’un orchestre symphonique, Clarisse Lavanant et Renan Luce mêleront leurs voix sur « La mémoire et la mer » de Léo Ferré, Alan Stivell reprendra son « Brian Boru » avec des invités prestigieux…

Un premier titre est désormais disponible. Pas n’importe lequel puisqu’il s’agit du « Bro gozh ma zadoù », considéré comme l’hymne breton. Pour libérer toute la puissance de son émotion, une dizaine de grandes voix de Bretagne se sont unies : Alan Stivell, Gilles Servat, Louis Capart, Tri Yann, Soldat Louis, Renaud Detressan, Cécile Corbel, Gwennyn, Clarisse Lavanant et Rozenn Talec.

L’extrait suivant verra Boulevard des Airs interpréter « Le bagad de Lann Bihoué » en compagnie des héros de la chanson de Souchon

De grands noms chantent la Bretagne et… le Bro Gozh !

Ouest-France, 26 janvier 2017

par Michel Troadec

Une compilation de chansons liées à la Bretagne sortira en juin, mélangeant artistes bretons et d’ailleurs.

En 2015, un album de reprises de chansons corses, initié par Patrick Fiori sous le nom de Corsu Mezu Mezu, a connu un large succès avec 250 000 albums vendus. Une surprise… Il réunissait des artistes corses et d’ailleurs.

 Afficher l'image d'origine

C’est sur ce principe que le même label (Sony) a décidé d’enregistrer un album de reprises de chansons de Bretagne ou celtes. Avec l’idée d’en faire un succès commercial…

La dernière fois qu’un(e) artiste a repris des grands titres du répertoire breton, son disque s’est vendu à 1 million d’exemplaires. C’était Nolwenn Leroy avec Bretonne, fin 2010.

Avec les grands vétérans

Pour ce nouveau projet, le navigateur-explorateur brestois Olivier de Kersauson a été appelé afin d’être le fil rouge de l’aventure, par la lecture de courts textes. On l’entend ainsi égrener quelques commentaires entre les chansons : « Port Coton, c’est une complainte faite pour voix éraillée, corps cassés, fatigue de l’aube, désespoir du soir, nuit sans lune », raconte-t-il afin de présenter la chanson du même nom, interprétée de belle manière sur cet album, et en breton, par… Raphael et Gwennyn. Port Coton, comme ce lieu de Belle-Ile, a été écrite par Raphael pour le premier album de Zaz, en version française.

Les grands vétérans bretons sont au rendez-vous. Alan Stivell interprète son Brian Boru avec Laurent Voulzy. Dan Ar Braz chante Borders of Salt, accompagné par l’Orchestre de Bretagne. Les Tri Yann sont en duo avec Louis Capart sur Sein 1940, et avec Gwennyn pour Son ar Chistr. Et Gilles Servat apparaît dans Ar Soudarded zo Gwisket e Ruz, avec Rozenn Talec.

Miossec s’offre son Brest, en duo avec Jane Birkin. « Le tonnerre de Brest, c’est pas seulement le juron du Capitaine Haddock, mais ce canon que l’on tirait lorsqu’un bagnard s’était évadé […]. Tous les chasseurs de primes se mettaient alors en route », rappelle Olivier de Kersauson.

Cécile Corbel reprend le Marie-Jeanne Gabrielle de Louis Capart. C’est une jolie interprétation de La mémoire et la mer que se partagent Renan Luce et Clarisse Lavanant au chant très aérien. La surprise, c’est Boulevard des Airs, impeccables dans Le bagad de Lann Bihoué avec… le bagad de Lann Bihoué.

C’est en « collégiale bretonne » qu’est repris le Bro Gozh ma Zadoù, titre qui devrait clôturer un album appelé Breizh eo ma Bro, soit « La Bretagne est mon pays ».

D’ici à la sortie de ce disque, en juin, d’autres chansons et interprètes pourraient s’ajouter aux quatorze titres et aux dix-neuf artistes et groupes déjà embarqués.

Plouguerneau : le trophée Bro Gozh ma Zadoù remis au Cocelic .

img_4324

Trophée Bro Gozh 2016 réalisé en bronze par les Ateliers Toulhoat (Quimper)

7seizh, 7 décembre 2016

Plouguerneau, dimanche 4 décembre 2016, c’est à l’occasion du 35è Breizh a Gan que le comité Bro Gozh a remis le trophée Bro Gozh ma Zadou 2016 à  Jacques Guermont , président du Comité d’organisation du Championnat européen des Luttes Celtiques :  Une récompense pour la magnifique interprétation de l’hymne breton par Clarisse Lavanant lors des cérémonies d’ouverture à la mairie de Brest puis de clôture à la Brest Arena ( les 20 et 23 avril 2016).

Devant le succès rencontré par ce premier championnat, une édition 2018  serait à l’étude, à suivre donc…

Le prix Bro Gozh ma Zadou a, quant à lui, été décerné à Kanomp Breizh,  fédération des chorales d’expression bretonne, membre de la confédération Kendalc’h.

Jacques-Yves Le Touze, président du comité Bro Gozh ma Zadou concluait cette journée :

 

“C’est dans une église de Plouguerneau pleine et devant des centaines de personnes que les Prix Bro Gozh 2016 ont été décernés au cours du Breizh a Gan ce dimanche 4 décembre.

Lors de cette après-midi dédiée au chant choral de langue bretonne, 5 chœurs ont présenté un répertoire très divers, traditionnel et contemporain, dans des styles différents reflétant la richesse actuelle de l’expression chorale brittophone.

L’occasion aussi en interprétant la cantate Ar Marc’h Dall de rendre hommage à René Abjean, originaire de Plouguerneau, compositeur, musicien, ancien président de Kanomp Breizh, hommage salué par une « standing ovation » des 700 personnes présentes.

Après une introduction du président du Comité Bro Gozh, le maire de Plouguerneau, Yannig Robin, a salué le travail des chœurs d’expression bretonne, l’importance de la symbolique du Bro Gozh et les réalisations du COCELIC en remettant le Trophée Bro Gozh 2016 à Jacques Guermont , président du Comité d’organisation du Championnat européen des Luttes Celtiques. Dans sa réponse, M. Guermont a souligné la nécessité des liens entre culture et sport et a annoncé l’organisation en septembre 2018 d’un nouveau rendez-vous autour des luttes celtiques.

Ce fut ensuite au tour de Lena Louarn, vice-présidente du Conseil régional de Bretagne, de prendre la parole et d’insister sur la richesse des liens entre la Bretagne et le Pays de Galles,   la langue bretonne qui nécessite un engagement global de tous les acteurs à travers la Bretagne pour assurer son avenir et enfin le travail réalisé par Kanomp Breizh, lauréat 2016 du Prix Bro Gozh. Dans sa réponse, Yann Ber Thomin, président de Kanomp Breizh, a souligné l’importance du symbole du Bro Gozh pour la renaissance culturelle bretonne et la place centrale du chant choral d’expression bretonne dans ce renouveau depuis un siècle.”

Miss Blue, la DJ qui remixe l’hymne breton.

MissBlue

Miss Blue, de son vrai nom Bleunienn Jégou-Loarn, mixe les chants bretons. © Xavier Dubois

Ouest-France, 24 juillet 2016

À peine rentrée d’une tournée au Vietnam, Miss Blue joue à Quimper, ce soir, pour le concert de clôture du festival de Cornouaille. La DJ a dernièrement revisité le Bro gozh ma Zadoù.

Miss Blue, alias Bleunienn Jégou-Loarn, a créé le Breizh’n Bass il y a 15 ans. Cette recette mixe la musique traditionnelle bretonne et le drum and bass. Aujourd’hui, la DJ de 37 ans vit à Rennes, où elle a grandi. « J’ai également vécu à Brest pour ma maîtrise d’anthropologie, à Nantes, à Guidel, à Quimper et à Dinard », énumère-t-elle.

Le Breton, langue du coeur

Née dans une famille bretonnante et militante, elle a étudié le breton à l’école et le parle toujours. « Pour la première fois depuis 20 ans, j’ai suivi une semaine de stage d’immersion en breton (Keav) à Châteaulin. C’était génial ! Chaque langue a son caractère, et je trouve le breton plein d’humour et imagé, avec de nombreux jeux de mots. Je me sens légère quand je parle cette langue, car elle est liée à mon environnement », raconte-t-elle avec passion.

Dans sa chambre d’ado, elle n’écoutait pourtant pas de musique celtique. « J’ai fait beaucoup de danse en tout genre et j’ai écouté du reggae, de la pop anglaise et aussi du hip-hop. À 14-15 ans, j’ai découvert les concerts, et puis j’ai commencé à aller aux soirées électro. » Mais elle connaissait déjà un peu le monde du spectacle. Ainsi, la petite fille Jégou rendait régulièrement visite à ses grands-parents, propriétaires de la boîte de nuit Le Saphir, à Plomelin. Sa cousine, la chanteuse Gwennyn, s’est aussi dirigée vers le mélange des genres, entre folk breton et musique celtique.

En 2001, Bleunienn a commencé à s’intéresser aux platines, alors qu’elle étudiait à Toulouse. En rentrant en Bretagne, elle a fouillé parmi les vinyles de sa mère. Elle y a trouvé un disque des soeurs Goadec et l’a posé sur sa platine, avec un vinyle de drum and bass. Et la magie a opéré. « C’était une gavotte, je n’avais pas de difficulté à coller les deux ensemble », se rappelle-t-elle.

Alors qu’elle jouait un peu partout en Bretagne, elle s’est fait remarquer sur le site My Space, ancêtre de Facebook. Grâce à un design soigné et des créations pointues, elle est rentrée rapidement en contact avec des tourneurs internationaux. Elle a ainsi réalisé deux tournées en Chine, des concerts en Allemagne, en Tunisie, et aux États-Unis où elle a intégré le réseau de femmes DJ, Geishaz.

En 2012, Miss Blue sort son premier album intitulé Breizh’n bass, pour protéger son invention. « J’ai été reconnue, les gens pouvaient réécouter mon CD, mes titres passaient à la radio, mais on m’a étiquetée musique bretonne, alors que j’ai toujours fait de l’éclectique. » En effet, elle aime l’electro-swing, la funk ou encore la deep house, mais rejette les titres trop commerciaux.

Depuis la sortie de l’album, elle n’arrête pas. Elle a notamment remixé le Bro gozh ma zadoù, l’hymne breton, qui est cette année la chanson de la Redadeg, course en faveur de la langue bretonne. Le 21 avril dernier, elle était invitée par les Bretons du Vietnam pour la fête de la Saint-Yves, avec le duo Krismenn et Alem, et le Celtic social club. La DJ en a profité pour y faire quelques dates. « J’ai encore plein de projets en cours », conclut-elle.

Mais, pour l’heure, ce qui lui importe, c’est de faire danser le Cornouaille ! Ce soir, elle joue pour la seconde fois à Quimper. Un concert de clôture, qui promet : « Je vais jouer du breiz’n bass, en gardant parfois le tempo du kan an diskan, pour que les gens puissent danser en cercle, mais aussi d’autres morceaux pour une ambiance de dancefloor ». Derrière ses billigs, Miss Blue se tient prête.

 Pauline PHOUTHONNESY.