Où l’on parle incidemment du Bro Gozh à Nantes …..

ABP, 27 janvier 2017

par Didier Lefebvère

La première plaque de rue bilingue franco-bretonne à Nantes

Ce n’est pas encore la Réunification, mais…
Ce n’est pas encore des Gwenn ha Du sur tous les bâtiments publics, mais…
Ce n’est pas encore le Bro Gozh ma Zadoù lors de chaque cérémonie, mais…

Qu’il va être bon se promener dans les rues du Nantes historique (dans la surface délimitée par les cours Saint-Pierre à l’est et 50 Otages à l’ouest, en passant par le quai Ceineray au nord (Préfecture, Conseil Départemental, et la ligne de tramway n°1 au sud. Ajoutons aussi la proximité de l’ensemble des écoles bilingues de la ville.
A l’occasion d’une vaste vague de remplacement de plaques usagées, grâce au travail opiniâtre de Pierre-Emmanuel Marais, élu UDB au Conseil municipal, grâce à une pression forte de différentes associations, dont l’Agence culturelle bretonne, la municipalité a fait ce geste, tant symbolique pour notre langue. La pose de plaques bilingues.
En bonne et due forme, non pas en catimini, avec invitation et accueil presse, la plaque a été dévoilée par quatre élus, Olivier Château, adjoint en charge du Patrimoine, Catherine Choquet en charge de la restauration scolaire, Pierre Emmanuel Marais, conseiller municipal en charge de la Diversité linguistique et Sonia Meziane, en charge de l’Égalité hommes-femmes.

Straed ar C’hastell – Rue du Château

A deux pas de la statue de la duchesse Anne de Bretagne, réalisée par Jean-Fréour, face à l’entrée principale du Château des ducs de Bretagne, la rue du Château. Ou plutôt, nous pourrons dire dorénavant et officiellement, Straed ar C’hastell. Amis bretons, regardez cette plaque. D’autres vont suivre.
Le dévoilement fut bref, et suivi d’une cérémonie plus officielle et néanmoins amicale, dans la Tour du Fer à Cheval, dans le Château des ducs voisin.

(….)

Prix Bro Gozh 2016: Jean-Yves Le Drian félicite les lauréats.

Comme à chaque édition du Prix Bro Gozh, le président Le Drian a félicité les lauréats.

jean-yves-le-drian-copyright-emmanuel-pain-region-bretagne

Jean-Yves Le Drian, président du Conseil régional de Bretagne. Photo Emmanuel Pain.

Depuis 2010, le prix Bro Gozh récompense celles ou ceux qui, au cours de l’année précédente, se sont fait les meilleurs ambassadeurs·drices de l’hymne national breton et ont activement contribué à sa promotion. Au titre de l’année 2016, ce sont la fédération Kanomp Breizh et le Comité d’organisation du Championnat d’Europe de luttes inter-celtiques qui se voient récompensés pour leurs actions ,

Les paroles de cet hymne, dont nous partageons la musique avec nos ami·es du Pays de Galles, rendent un hommage à la fois fort et simple à la Bretagne et à ses habitant·es. Qu’elle soit faite par un ensemble choral ou par une seule grande voix, son interprétation est à chaque fois un moment de réelle émotion, un moment fédérateur et très apprécié de toutes et tous.

Je remercie vivement le Comité Bro Gozh pour son action et apporte mes chaleureuses félicitations à la fédération Kanomp Breizh et au Cocelic pour ces prix.

Jean-Yves Le Drian

Président du Conseil régional de Bretagne

Le Bro Gozh pour Martial Ménard

Ouest-France, 12 septembre 2016

Un dernier « Kenavo » à Martial Ménard, figure de la langue bretonne

martial-menard

Martial Ménard

Le linguiste, lexicographe, éditeur et journaliste breton, chroniqueur dans le Dimanche Ouest-France, a été inhumé, ce lundi, à Lanrelas, d’où il était originaire.
Proches, collègues de travail, confrères, personnalités politiques… L’église de la petite commune de Lanrelas n’était pas assez grande pour accueillir tous les amis de Martial Ménard, ce lundi, venus lui dire un ultime « Kenavo ».

Décédé jeudi dernier, à l’âge de 65 ans, à l’hôpital de Quimper, il incarnait une figure de la langue bretonne, militant d’une Bretagne réunifiée, éminent linguiste, lexicographe… Mais également chroniqueur dans le Dimanche Ouest-France. (….)

« Prenez soin de la Bretagne, c’est le plus beau sceau d’amour que vous rendrez à Martial. »

Après avoir chanté, à la fin de la cérémonie religieuse, « Sainte-Anne, ô bonne mère », qui bénit « ses Bretons », les centaines de personnes présentes devant l’église ont entonné le Bro Gozh Ma Zadoù (Vieux pays de mes pères). Un hymne de la Bretagne qu’emporte avec lui Martial Ménard, dans son cercueil drapé du Gwenn ha Du.

martial-menard-ne-sera-pas-ferme

Cliquer sur la photo pour voir la vidéo.

Jean-Yves Le Drian chante le Bro Gozh aux Dîners Celtiques.

logo-diners-celtiques

Le Télégramme, 17 avril 2016

Visite surprise en début de semaine du ministre de la Défense en Irak. Jean-Yves Le Drian y a rencontré les plus hautes autorités pour parler évidemment de Daesh.

Jeudi, c’est à Paris avec sa casquette de Président de région qu’il a fait la surprise de débarquer au dixième anniversaire des Dîners Celtiques. Au menu, des langoustines certes mais surtout la Bretagne: attractivité, périphécité et cybersécurité ont nourri son discours, rapporte l’un des invités de ces nocturnales agapes celtes.

Les sonneurs du Bagad de Vannes ont fait danser la salle sur un andro endiablé. Alan Stivell était là pour donner de la voix. A capella, il a attaqué sur un très bel air en gaélique. Il a conclu sur le Bro Gozh. Toute l’assistance a repris en chœur, Jean-Yves Le Drian en tête ! Cela n’était jamais arrivé sous les lambris du  sélect Cercle interallié.

 

Quand Jean-Jacques Urvoas citait le Bro Gozh .

Urvoas

Nice-Matin, le 27 janvier 2016

Dix tweets pour mieux connaître Jean-Jacques Urvoas, le nouveau ministre de la Justice

Jean-Jacques Urvoas remplace Christiane Taubira au poste de garde des Sceaux. Mais qui est-il? Réponses en tweets, mais pas seulement…

En plus d’être, depuis ce mercredi, ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas est aussi président de la Commission des Lois à l’Assemblée nationale et député de la première circonscription du Finistère.

1. Il est Breton

Oui, le nouveau garde des Sceaux est breton, et fier. Âgé de 56 ans, il est né à Brest et amoureux de sa région:

@JJUrvoas

Jamais le dernier vers du Bro Gozh ne fut aussi juste : Dihunet out bremañ, ma Breizh ! Tu es réveillée maintenant ma Bretagne !

Le Bro Gozh pour une Bretagne réunie

BretagneReunie2016ABP, 18 janvier 2016

Forte de ses plus de 1 600 adhérents, tout en étant consciente que le mouvement breton a subi deux revers, d’abord lors de la réforme territoriale puis lors des élections régionales, fière de sa réussite dans la communication et de la conscientisation par le plus grand nombre de la chose bretonne, l’association Bretagne Réunie a tenu ce samedi son Assemblée générale bisannuelle à Amzer Nevez en Ploemeur.

(….)

 La société civile doit se réapproprier le débat

Notons aussi une intervention remarquée sur la réappropriation du débat par la société civile. Comment faire pour qu’elle reprenne son destin en mains face aux décision parisiennes ? Le débat, ce n’est pas que la Réunification, c’est aussi le dynamisme latent trop bridé par le pouvoir jacobin. Des manifestations, oui, il faut en faire, mais il faut faire plus, il faut «bousculer la forteresse jacobine».

Tous à la manifestation le samedi 24 septembre à Nantes

Avant le Bro Gozh final, chanté toujours aussi brillamment par Michel Chauvin, des tracts pour large diffusion sont distribués. C’est un appel à la manifestation destinée à devenir un événement annuel le dernier samedi de septembre à Nantes. Une communication importante va être déployée.

(….)

Bro Gozh ma zadoù, l’hymne de la Bretagne, sert-il encore à quelque chose ?

bgmzguipavas.jpg

Lleuwen Steffan, Alan Stivell, Nolwenn Leroy et Goulvena an Henaff chantant le Bro Gozh à Guipavas en 2012.

Diviz ar Yaou : Bro Gozh ma Zadoù, ur c’han broadel evit petra ?

Par Nolwenn Quioc, France Bleu Breizh Izel, le jeudi 14 janvier 2016

Bro Gozh ma zadoù, l’hymne de la Bretagne, sert-il encore à quelque chose ? On l’entend parfois lors de matchs de foot ou de manifestations officielles, mais est-il vraiment connu des bretons ? Appelez-nous pour nous donner votre avis dans le débat du jeudi en breton : 02 98 53 65 65.

Tost an holl, e Bro C’hall, a anavez ar Marseillaise, kan broadel Frañs. D’an nebeutañ an ton pe ul lodenn anezhi. Met piv a oar kanañ Bro Gozh ma Zadoù ? Memes an diskan n’eo ket anavezet mat ar pozioù.

Pa vez ur c’hrogad melldroad etre div skipailh eus Breizh e vez kanet a-wechoù Bro Gozh ma zadoù. Graet eo bet disadorn evit an « derby » etre Roazhon hag an Oriant, ha soñj hon eus eus tro diwezhañ Kib Bro C’hall 2014 pa oa bet kanet gant Nolwenn Leroy e Stad Frañs. Kanet e oa bet Bro Gozh just a-raok ar Marseillaise, evit ar c’hrogad foball etre Gwengamp ha Roazhon.

Estreget er sport ne vez ket klevet alies ar ganaouenn. Un arouez eo nemetken ? Ha petra a soñj dezho ar c’hallaouegerien ? kanet e vez ganto imn Breizh e brezhoneg ?

An dud pedet

Evit respont d’an holl goulennoù-se e vo 2 zen ganeomp adalek 7e10 :
•Padrig Malrieux, ezel eus Poellgor Bro gozh ma Zadoù, a ro ur priz bep bloaz d’un den a ra traoù evit difenn kan broadel Breizh
•Herve ar Bihan, kelenner e Skol-Veur Roazhon

Klevet e vo ivez ali un nebeut tud diwar-benn kan broadel Breizh, hag un nebeut « Broioù kozh » a vo skignet.

Hag evel just, pellgomzit deomp evit lavarout o soñj pe kanañ deomp ul lodenn ho p/Bro Gozh. 02 98 53 65 65