Le Bro Gozh pour le Kenavo Tour des Tri Yann

Les trois Jean de Nantes, ou Tri Yann en Breton, mettent fin à leur carrière après cinquante ans de scène. Ici entourés de leurs musiciens à la fin du concert. | MARC ROGER

Ouest-France, 12 septembre 2021

Par Michel Troadec

À Nantes, l’émouvant adieu de Tri Yann à la scène après plus de cinquante ans de concerts

Tri Yann a terminé son « Kenavo tour », samedi 11 septembre 2021 à Nantes (Loire-Atlantique), devant un public de feu, marquant la fin de quelque 1 700 concerts proposés en un peu plus de cinquante ans.

Le concert se termine, à Nantes , samedi 11 septembre 2021 soir. Bouillant, le public est debout depuis déjà plusieurs chansons. Sur scène, Jean-Louis Jossic prend les deux autres Jean par les épaules et leur glisse malicieusement : « On pourra dire qu’on y était ! » Une boutade de plus dans une carrière qui n’en a pas manqué…

Tout au long d’un spectacle de trois heures quinze, le charismatique chanteur, entravé aujourd’hui par des problèmes physiques, a multiplié, entre deux titres, les histoires et anecdotes fantaisistes qui ont aussi fait le sel de la carrière du plus grand groupe breton de tous les temps (ben oui !), plus ancien groupe français en activité après cinquante ans et neuf mois.

(….)

Sur scène, Bleunwenn a remercié le groupe « pour les graines que vous avez semées et que nous avons tant aimées ». Des graines qui, samedi, ont une dernière fois poussé dans le cœur des fans, entre chants à danser et splendides ballades : Tri Martolod, Dans les prisons de Nantes, Les filles des forges, La jument de Michao

Et puis Les rives du Loch Lomond portée par la voix chaude et profonde de Jean-Paul Corbineau et sublimée par un bagad, Le soleil est noir (la préférée de Jean-Paul et de Jean Chocun), l’entraînant Divent an Dour ou encore le Bro Gozh Ma Zadoù, l’hymne breton que Jean-Louis Jossic a fait chanter par le public.

(….)

//www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01259353/src/qqzs3xf/zone/1/showtitle/1/

Jugon: le Bro Gozh pour l’orgue de l’église

Le Télégramme, 23 juillet 2021

C’est dimanche matin que Mgr Denis Moutel a béni l’orgue de l’église de Jugon-les-Lacs, devant une nombreuse assistance, avant un concert remarqué.

Monseigneur Denis Moutel a béni l’orgue au cours d’une messe célébrée pour l’inauguration de l’instrument.

L’histoire n’est pas banale car cet orgue du XIXe siècle, en acajou, arrive de l’hôpital de Chichester (Sussex), après un démontage par une équipe de bénévoles et une traversée de la Manche avant le Brexit. Puis ce fut le temps du remontage dans l’église (738 tuyaux !), compliqué par les différents confinements.

L’évêque Denis Moutel a souligné, dimanche, lors de la messe de bénédiction, le travail accompli et remercié les élus qui, sous la mandature de Roger Aubrée, ont facilité ce projet, porté par l’EAP.

Une nouvelle perspective

Éric Moisan, le maire, a retracé l’épopée menée par Yann Drezet, Jean-Luc Le Lionnais, Marie-France Halna Du Fretay et de nombreux bénévoles. Il souligne aussi que l’instrument vient « embellir le patrimoine remarquable de la commune » et espère qu’il sera proposé à l’enseignement par l’école de musique communautaire. Yann Drezet, organiste, a reçu officiellement la clé de l’orgue et saura faire vivre l’instrument.

L’après-midi, après l’intervention d’Arnaud Heurtebise, facteur d’orgue, des concerts ont été donnés. Le maire remarque : « C’est une nouvelle perspective culturelle qui s’ouvre à nous et s’ajoute aux autres programmations ».

Le Bro Gozh debout

Hélène Cavallier Le Borgne, organiste à l’église Saint-Malo de Dinan et à la cathédrale de Dol-de-Bretagne, Jean Massard, organiste à la cathédrale de Saint-Brieuc, Pierre Ouilhon, organiste à la cathédrale d’Oloron-Sainte-Marie (64), en vacances à Jugon-les-Lacs, et Yann Drezet ont fait sonner l’instrument. Jean Massart a également expliqué le fonctionnement de l’orgue. Les spectateurs se souviendront d’un grand moment de cette journée, lorsque Thibaut Marin et sa cornemuse se sont joints à l’orgue pour jouer Bro Gozh Ma Zadoù, l’hymne breton, avec l’assemblée qui chantait debout.

#interceltique21, le Bro Gozh d’Alan Stivell et de l’Orchestre National de Bretagne

Ce mercredi 11 août 2021, près de 2500 personnes se pressaient pour trouver une bonne place à l’Espace Marine du Festival interceltique de Lorient pour le concert Lid / Célébration d’Alan Stivell accompagné de l’orchestre National de Bretagne.

Cette soirée restera dans les mémoires tellement fut intense la performance des artistes au point enthousiasmer la foule totalement déchainée à certains moments.

Le spectacle se termina ( avant les multiples rappels ) par le Bro Gozh interprété par Alan Stivell et les musiciens de l’ONB ( désolé pour la qualité de l’image et du son…)

Jean-Charles Guichen: « transformer le Bro Gozh en valse celtique »

Ouest-France, 10 décembre 2020

Ça sonnait fort, ça sonnait rock, mercredi 9 décembre 2020 matin, au théâtre Max-Jacob de Quimper (Finistère) mis à la disposition de la nouvelle « bande Braz » de Jean-Charles Guichen pour trois jours de résidence. « C’est une aubaine, un luxe de se retrouver dans ce théâtre magique, à l’acoustique feutrée. Nous retrouver après un an sans jouer ensemble, c’est du pur bonheur ! » déclare le Guitar Hero de la gavotte, Jean-Charles Guichen.

Juste avant le premier confinement, avec quatre musiciens professionnels de renom – Claire Mocquard (Violon-chant), Stéphane Rama (Basse), Thomas Kerbrat (Batterie) et Malo Carvou (Flûtes) – il a entrepris de revisiter les titres de son dernier album Braz Live, enregistré au Festival Interceltique de Lorient (FIL) en 2019 et paru le 6 mars 2020. La tournée aurait dû démarrer au printemps 2020 et se poursuivre jusqu’en 2021.

 

« J’ai transformé l’hymne solennel breton en une valse celtique »

Guitariste hors pair, Jean-Charles Guichen, 50 ans, est né à Quimper et vit dans les Côtes-d’Armor. « J’ai commencé, à l’âge de 6 ans a joué de la guitare classique, puis je suis tombé dans le bouillon de la culture bretonne, plus particulièrement de la musique à danser dans les festoù-noz » explique l’artiste, qui, dans un style bien à lui, conjugue les musiques envoûtantes et les rythmes entraînants où s’invite le rock.

 

Depuis des années, avec le groupe avec Ar Re Yaouank, dont il est le cofondateur, en duo avec son frère Fred, ou en solo, il enflamme les scènes bretonnes, nationales et internationales (Kazakhstan, Tahiti, Pologne). « Notre vie, c’est la scène ! » Il a son actif, plus de 2 000 concerts et a enregistré 5 albums en solo et de nombreux autres avec le groupe Ar Re Yaouank. Braz Live, son dernier album, enregistré au FIL est un album solo sauf pour un titre, le Bro Gozh ma zadoù, où Claire Moquard chante. « J’ai transformé l’hymne solennel breton en une valse celtique que je souhaite intégrer au répertoire de fest-noz. » ajoute Jean-Charles Guichen. Heureux de se retrouver, les cinq musiciens préparaient, hier, avec beaucoup de « startijenn » le cyber fest-noz qui sera enregistré, sans public, au Pavillon de Penvillers et retransmis dans le monde entier, le 19 décembre 2020.

8 août : le Bro Gozh pour la Fête des Cornemuses à Lorient

Un concert unique à Lorient !

La 50e édition du Festival Interceltique qui devait commencer ce vendredi, a été reportée à 2021 (du 6 au 15 août). L’édition sera consacrée à la Bretagne comme nation à l’honneur.

Le Festival Interceltique de Lorient  propose, en accord avec les autorités, l’accompagnement de la municipalité et la coopération chaleureuse de Sonerion – la fédération des sonneurs bretons – un grand concert de bagadoù au stade du Moustoir le 8 Août à partir de 18 heures.

A l’affiche 4 bagad de haut niveau : le bagad Kemper( Quimper), le plus titré de Bretagne, Cap Caval(Plomeur) le bagad qui a remporté la plupart des championnats depuis une dizaine d’années, le bagad Roñsed-Mor ( LocoalMendon) et le bagad Sonerien An Oriant (Lorient),Pendant plus de 3 heures, nous proposons une carte blanche pour une grande fête, et un rappel à nos origines, l’arrivée du championnat des bagadoùà Lorient en 1971, d’où le titre du concert: «La Fête des Cornemuses 2020».

Morwenn Le Normand interprétant le Bro Gozh avec l’harmonie des Pompiers du Morbihan au stade du Moustoir en août 2019 lors de la rencontre FC Lorient – En Avant de Guingamp.

Pour démarrer ce concert exceptionnel, le Bro gozh, l’hymne national breton sera interprété par Morwenn Le Normand, accompagnée par Ronan Pinc au violoncelle. Au même moment, un immense drapeau breton de 300 m2 sera déployé sur la pelouse, avec la collaboration des trois cercles de danse lorientais : Armor-Argoat, Brizeux et Bugaléan Oriant. Yvon Etienne sera l’animateur au micro de la soirée.

Modalités:

Tarif unique 16 € ( dont 1 € de frais de gestion) – Gratuit pour les enfants de – 7 ans.
Ouverture des portes à 16h30. Début du concert à 18h00.
Billets en vente via la billetterie en ligne du FIL et le jour du concert à partir de 15h à la billetterie située sous la tribune sud du Stade du Moustoir.

Chaque groupe de personnes (dans la limite de 10 personnes max) sera séparé par un siège dans le stade. La distanciation d’un mètre sera effective dans les files d’attente avant l’entrée au stade. Le port du masque est obligatoire pour toutes les personnes de plus de 11 ans, dans tous les espaces de déambulation, y compris aux entrées du stade et sur le parvis. Le port du masque est fortement recommandé lors du concert. Du gel hydroalcoolique sera à disposition et obligatoire à l’entrée du stade, ainsi que dans les
espaces commerciaux ( bars, boutique, …) . Nous comptons sur la responsabilité de chacun pour appliquer les mesures sanitaires mises en place. Un contrôle visuel des sacs sera effectué à l’entrée du stade.