Le Bro Gozh de Clarisse Lavanant

Le Télégramme, 4 février 2019

Clarisse Lavanant était il y a quelques jours l’invitée du nouveau rendez-vous musical que propose Le Télégramme. Dans un espace douillet du siège de la rédaction à Morlaix (Finistère), la chanteuse a interprété des extraits de son dernier album, « Kantikoù Breizh ». Un moment de grâce.

Le guitariste-compositeur Jean-Charles Guichen avait inauguré la formule en novembre. Mardi dernier, c’est Clarisse Lavanant qui s’est prêtée au jeu du concert privé au Télégramme, pour les personnes présentes en cette fin de matinée au siège du journal à Morlaix (Finistère). Philippe Guevel l’accompagnait au clavier sur des morceaux qu’il connaît parfaitement. L’album « Kantikoù Breizh », dont ils sont extraits, a été réalisé dans son studio de Kersaudy, à Plourin-lès-Morlaix. De sa voix superbe, claire, caressante ou puissante, Clarisse Lavanant a commencé par deux titres célèbres adaptés en breton. Pour « Amazing grace » (« Incroyable grâce »), cantique emblématique du monde anglophone, elle a choisi la version de Roger Abjean, « Mont davedoc’h ».

« L’envie d’aimer » en breton

« Ar c’hoant da garout », avec lequel elle a enchaîné, sonne familier bien au-delà du cercle des fidèles. Il s’agit en effet de la traduction de « L’envie d’aimer », tube de la comédie musicale d’Elie Chouraqui et Pascal Obispo, « Les Dix Commandements ». « J’ai fait partie de la troupe des ‘’Dix Commandements’’ pendant plusieurs années, où nous avons donné des représentations dans les plus grandes salles d’Europe et d’Asie, explique Clarisse Lavanant. Ce morceau avait été traduit dans de nombreuses langues, mais pas encore en breton. Voilà, c’est désormais chose faite ! ». Le mini-concert s’est poursuivi par « Da feiz hon tadoù kozh », incontournable dans le Léon, avant de s’achever comme il se doit par l’hymne breton, « Bro Gozh ma zadoù ».

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ces cantiques sont joyeux

Sorti fin novembre, « Kantikoù Breizh » (Musiris) est le dixième album de Clarisse Lavanant, en 18 ans de carrière. « Il marque l’anniversaire des dix ans de La Ronde des Chapelles, indique la Morlaisienne. Au cours de ces tournées, j’ai rencontré de nombreuses personnes qui m’ont appris des cantiques en breton liés à leur propre chapelle. Mon disque est une sorte de best-of des plus connus. Ces airs accompagnent les grands moments de la vie, du baptême à l’enterrement. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ils sont joyeux : j’ai régulièrement des commentaires d’auditeurs dans ce sens ! ». « Le fait d’interpréter ces morceaux avec une instrumentation moderne, et notamment beaucoup de piano, leur donne un côté chanson », souligne Philippe Guevel.

Sorti en 2018 et possédant un lien évident avec la Bretagne, « Kantikoù Breizh » avait toute sa place dans la sélection des 24 albums actuellement en compétition pour le Grand Prix du Disque du Télégramme. Il en a été écarté pour la simple raison que Clarisse Lavanant fait cette année partie des professionnels qui attribueront le prix du jury, et qu’il était impossible d’être à la fois juge et partie. La chanteuse demeure la seule artiste à avoir remporté deux fois le Grand Prix : en 2014 pour son album de chanson française « L’encre à rêver », et l’an dernier avec « Harmonie », en duo avec Dan Ar Braz, élu prix du public par les internautes. C’est en tant que dernière lauréate qu’elle a intégré le jury.

Actrice dans « Noz »

En « trêve hivernale » de concerts, Clarisse Lavanant en profite pour exercer ses talents d’actrice. Elle va tourner ces prochaines semaines en Loire-Atlantique et dans le pays de Brest dans « Noz », long-métrage en breton de la réalisatrice Soazig Daniellou. Sortie au printemps 2020. Quant à Philippe Guevel, il présentera en fin d’année un album instrumental de ses compositions et publiera dès le mois de juin un CD à dominante jazz, « Collage », avec le grand saxophoniste américain Tony Pagano.

Frédéric Jambon

 

Tréboul: le Bro Gozh avec Mouezh Port-Rhu

La main sur le cœoeur, les chanteurs et les musiciens de Mouez Port-Rhu ont repris l’hymne breton qu’ils avaient interprété en 2009, lors de la finale de la Coupe de France de football devant 80.000 spectateurs.

Le Télégramme, 25 janvier 2019

Avant le vide-greniers, salle Jules-Verne et un hypothétique fest-noz dans l’enclos de la chapelle Saint-Jean, l’association Bon vent à Tréboul organisait, mercredi, une galette des Rois. Les cinquante pensionnaires de la résidence du Golven se sont laissés embarquer par Mouez Port-Rhu et son répertoire de chants de marins.

« De nombreux résidents sont issus de familles de marins. Cette galette en chansons, c’est notre façon de montrer à nos anciens qu’on ne les oublie pas », défend Thierry Celton, le président de l’association de quartier. « Cette animation était attendue avec impatience par nos résidents », confirme Orléane Brouillet, l’animatrice du foyer. Joël Perrot et son joyeux équipage ont entonné des chants de marins, mais pas seulement. Mouez Port-Rhu a aussi interprété des titres repris en chœur par les pensionnaires comme « Les Amants de Saint-Jean ». La prestation du chœur douarneniste s’est terminée par l’hymne breton le Bro Gozh ma Zadoù. La date du fest-noz organisé par l’association est arrêtée au mercredi 31 juillet. Reste à savoir si Bon vent à Tréboul pourra occuper le placître de la chapelle Saint-Jean. À l’assemblée générale, le maire François Cadic avait fait savoir qu’il n’y était pas favorable. L’association trébouliste doit être reçue en mairie en février. « J’ai le soutien des adhérents et de nombreuses associations. Pas question d’organiser la fête sur l’esplanade du Rheun ! », confie Thierry Celton qui espère bien voir le maire revenir sur sa décision.

37e Breizh A Gan. Le Bro Gozh Ma Zadou en clôture

Sarah Coent, à la harpe, avec l’ensemble instrumental (bombarde, flûte, orgue, basse) pour accompagner Jean-Marie Airault.

Le Télégramme, 6 décembre 2018

e Bro Gozh Ma Zadou (Vieux pays de mes pères) a retenti, dimanche 2 décembre, à la basilique Notre-Dame de Délivrance, porté a cappella par les 250 spectateurs au concert exceptionnel donné lors de la 37e édition du Breizh A Gan. Un moment émouvant pour clôturer ce festival du chant choral breton ouvert par les chorales Kanomp ar Vro Sant Brieg, dirigé par Jean Oriac, de Kanerien ar Goëlo, dirigé par Louise Izem et le chœur Mouezh Paiotred Breizh, champion de Bretagne 2018. Puis, l’ensemble choral a pris place, 120 chanteurs issus de seize chorales membres de Kanomp Breizh et composé par sept chefs de chœur de la fédération Kanomp Breizh ont interprété la cantate écrite par Patrick Corlay « An aval hag ar C’halis » (La pomme et le cidre) sous la direction de Jean-Marc Airault.

La porte-parole de Kanomp Breizh, Armelle le Guillou a apprécié cette 37e édition : « La reprise par l’assistance qui s’est levée pour entonner le Bro Gozh a été un moment impressionnant. Les chorales ont assuré, c’est un succès quant à la qualité mais on n’a pas eu l’affluence habituelle qui approche les 500 personnes pour ce rendez-vous. Beaucoup avaient réservé mais ne sont pas venus, les gilets jaunes nous ont joué un mauvais tour ». Jean-Marie Airault, chef de chœur a reconnu « Beaucoup de travail fait. C’est sans fin. La perfection n’est pas de ce monde », a ajouté le mélomane.

Saint-Tugdual et le Bro Gozh

Le Télégramme, 26 novembre 2018

À l’occasion de la fête de Saint-Tugdual, patron de la paroisse de Grand-Champ, les Amis de Saint-Tugdual ont proposé un concert à l’église, dimanche 25 novembre. Le public et les fidèles ont répondu en nombre à l’invitation : plus de 100 auditeurs étaient présents. La chorale Trouz ha Didrouz, de Plouhinec, s’est produite, avec un répertoire de chants en breton vannetais. Au pramme, « Me zo ganet », « Kenavo », « Bro gozh ma zadoù » une quinzaine de titres au total, pour plus d’une heure de chants, avec un refrain à reprendre en chœur. La participation était libre. L’association des Amis de Saint-Tugdual se mobilise trois fois dans l’année, pour un loto, un repas et un concert.

Ploemeur: le Bro Gozh avec Alan Stivell

C’est devant une salle comble à l’Océanis de Ploemeur qu’Alan Stivell a présenté un concert de grande qualité à l’occasion de la sortie de son nouveau CD « Human Kelt » qui s’est conclu par l’hymne national breton, le Bro Gozh.

Quand des Sarthois chantent le Bro Gozh …..

Une centaine  de choristes sarthois ont accompagné Tri Yann sur scène pour ces deux concerts au Mans

Une centaine de choristes sarthois ont accompagné Tri Yann sur scène pour ces deux concerts au Mans © Radio France – Morgane Heuclin-Reffait

France Bleu Maine, 21 octobre 2018

Une centaine de choristes sarthois sont montés sur scène ce week-end au Palais des Congrès du Mans, aux côtés du groupe Tri Yann. Les deux concerts étaient organisés au profit de la création d’une école inclusive.

Ils ont chanté pendant trois heures, samedi et dimanche, avec les membres du groupe Tri Yann au Palais des Congrès du Mans : une centaine de choristes sarthois ont participé à ces deux concerts exceptionnels devant 2.400 personnes au total. Des représentations organisées afin de récolter des fonds pour ouvrir en septembre 2019 une école inclusive intégrant des élèves handicapés, à La Fontaine Saint Martin, entre Le Mans et La Flèche. Le groupe Tri Yann est devenu ambassadeur du projet.

Une seule répétition avant le Jour J

Pour préparer au mieux ces concerts, il a fallu travailler séparément. Le groupe Tri Yann était en tournée dans toute la France ces derniers mois. « Les choristes ont beaucoup répété de leur côté, à partir des éléments qu’on leur a fourni, explique l’un des membres du groupe, Jean Chocun, invité de France Bleu Maine vendredi dernier. « C’était assez au point car lorsqu’on s’est retrouvés pour une matinée un peu prolongée de répétition, ils avaient vachement bossé !« .

Les quatre chorales réunies le temps des concerts sous l’égide de la cheffe de chœur, Marie-Thérèse Brebion, ont réussi à s’articuler dans un même ensemble : « on s’est bien entendus, c’est un an de travail qui a payé, c’était super ! », s’enthousiasme Paul.

Chanter en breton, un challenge

Pour ces sarthois qui n’ont jamais parlé breton, le chanter était un défi. « C’est ce qui a de plus difficile, c’est sûr ! reconnait Evelyne. Au fil des répétitions, ça a fini par rentrer ». « On a eu droit à des antisèches, glisse Paul, on avait les textes pour pouvoir les lire à défaut de les comprendre ».

Pas sûr que tous les choristes soient prêts à retenter l’expérience relativise Marie-Thérèse Brebion : « je pense que c’était la première et dernière fois, sinon ils m’en voudront ! », plaisante-t-elle. Ça ne les a pas empêché d’entonner le Bro Gozh ma zadoù, l’hymne breton, sans faute. Car comme l’a lancé sur scène Jean-Louis Jossic, l’un des membres de Tri Yann, « être breton, c’est l’être dans le cœur ».

Morgane Heuclin-Reffait

Clarisse Lavanant. Un nouveau CD avec le Bro Gozh

Clarisse Lavanant a présenté son nouveau CD sur les cantiques de Bretagne

Clarisse Lavanant a présenté son nouveau CD sur les cantiques de Bretagne

Le Télégramme, 29 septembre 2018

Depuis dix ans, Clarisse Lavanant fait sa Ronde des chapelles, magnifiant ces petits confettis du patrimoine avec sa voix. Elle a tenu à rendre hommage à ces lieux chargés d’histoire, recherchés par les amateurs de belles architectures, dont certains vitraux et de délicates statues accrochent le regard et perpétuent le talent de bien des artistes dont la plupart sont méconnus.

Sortie officielle du CD en novembre


Ainsi est né « Kantikoù Breizh », les cantiques de Bretagne, son nouveau CD, qui regroupe onze chansons, auxquelles s’ajoute son interprétation du « Bro gozh va zadoù ». Vendredi, accompagnée au clavier par Jean-Marc Amis, elle a présenté cette nouvelle galette à l’Auberge du pont avant sa sortie officielle en novembre. Les gens du pays retrouveront avec plaisir le « Patronez dous ar Folgoad », écrit par l’abbé Guillou, sur une musique de sœur Anne de Mesmeur en 1865. Clarisse est accompagnée par Philippe Guével, compositeur de musiques de films et arrangeur.

Grand prix du disque du Télégramme 2018


Partie pour une petite pause vacances en Corse, ce samedi, elle fêtera à son retour les 60 ans de scène des frères Morvan, le 13 octobre, à Guidel. Grand prix du disque du Télégramme 2018 avec Dan Ar Braz pour leur CD Harmonies, elle participera également au concert du quinzième anniversaire du grand prix, le 27 octobre, à la Carène à Brest.