Dernier Bro Gozh pour Patrick Malrieu

Les membres de la famille, les amis, les militants, les collecteurs de Dastum, et au moins deux membres du Conseil Régional, ont entonné un dernier Bro Gozh ma Zadoù sur le parvis. Photo ABP.

ABP, 12 janvier 2019

La petite église de Landévennec n’a pas pu contenir les 350 personnes venues des quatre coins de la Bretagne rendre un dernier hommage à Patrick Malrieu. Une bonne moitié à dû rester debout dans le cœur ou dehors sous le crachin. Son fils, sa fille et sa petite fille ont témoigné ainsi qu’un de ses amis les plus proches. Après la cérémonie religieuse qui s’est tenue en breton, le trio Annie Ebrel – Nolùen Le Buhé -Mathe Vassalio a chanté à capella un émouvant cantique en breton.

Les membres de la famille, les amis, les militants, les collecteurs de Dastum, et au moins deux membres du Conseil régional, ont entonné un dernier Bro Gozh ma Zadoù sur le parvis. À noter que le Ministre de l’Europe et des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, avait fait parvenir une couronne de fleur.

Reportage: Philippe Argouarc’h pour ABP.

 

 

Le Bro Gozh pour Kendalc’h

La confédération Kendalc’h tenait son assemblée générale dimanche dernier à locoal-Mendon près d’Auray. Et c’est bien évidemment par le Bro Gozh que s’est achevé ce moment fort de la vie de cette importante association. A noter le souci pédagogique avec la projection des paroles. Un exemple à suivre !

 

Ploemeur: le Bro Gozh avec Alan Stivell

C’est devant une salle comble à l’Océanis de Ploemeur qu’Alan Stivell a présenté un concert de grande qualité à l’occasion de la sortie de son nouveau CD « Human Kelt » qui s’est conclu par l’hymne national breton, le Bro Gozh.

Quand des Sarthois chantent le Bro Gozh …..

Une centaine  de choristes sarthois ont accompagné Tri Yann sur scène pour ces deux concerts au Mans

Une centaine de choristes sarthois ont accompagné Tri Yann sur scène pour ces deux concerts au Mans © Radio France – Morgane Heuclin-Reffait

France Bleu Maine, 21 octobre 2018

Une centaine de choristes sarthois sont montés sur scène ce week-end au Palais des Congrès du Mans, aux côtés du groupe Tri Yann. Les deux concerts étaient organisés au profit de la création d’une école inclusive.

Ils ont chanté pendant trois heures, samedi et dimanche, avec les membres du groupe Tri Yann au Palais des Congrès du Mans : une centaine de choristes sarthois ont participé à ces deux concerts exceptionnels devant 2.400 personnes au total. Des représentations organisées afin de récolter des fonds pour ouvrir en septembre 2019 une école inclusive intégrant des élèves handicapés, à La Fontaine Saint Martin, entre Le Mans et La Flèche. Le groupe Tri Yann est devenu ambassadeur du projet.

Une seule répétition avant le Jour J

Pour préparer au mieux ces concerts, il a fallu travailler séparément. Le groupe Tri Yann était en tournée dans toute la France ces derniers mois. « Les choristes ont beaucoup répété de leur côté, à partir des éléments qu’on leur a fourni, explique l’un des membres du groupe, Jean Chocun, invité de France Bleu Maine vendredi dernier. « C’était assez au point car lorsqu’on s’est retrouvés pour une matinée un peu prolongée de répétition, ils avaient vachement bossé !« .

Les quatre chorales réunies le temps des concerts sous l’égide de la cheffe de chœur, Marie-Thérèse Brebion, ont réussi à s’articuler dans un même ensemble : « on s’est bien entendus, c’est un an de travail qui a payé, c’était super ! », s’enthousiasme Paul.

Chanter en breton, un challenge

Pour ces sarthois qui n’ont jamais parlé breton, le chanter était un défi. « C’est ce qui a de plus difficile, c’est sûr ! reconnait Evelyne. Au fil des répétitions, ça a fini par rentrer ». « On a eu droit à des antisèches, glisse Paul, on avait les textes pour pouvoir les lire à défaut de les comprendre ».

Pas sûr que tous les choristes soient prêts à retenter l’expérience relativise Marie-Thérèse Brebion : « je pense que c’était la première et dernière fois, sinon ils m’en voudront ! », plaisante-t-elle. Ça ne les a pas empêché d’entonner le Bro Gozh ma zadoù, l’hymne breton, sans faute. Car comme l’a lancé sur scène Jean-Louis Jossic, l’un des membres de Tri Yann, « être breton, c’est l’être dans le cœur ».

Morgane Heuclin-Reffait

Les Prix Bro Gozh 2018 à Lorient, en images

Dans le cadre du Festival Interceltique de Lorient, le lundi 6 août 2018, dans les salon d’honneur de l’hôtel de ville.

Festival interceltique. Pays de Galles et Bretagne à l’unisson autour du Bro Gozh

Trophée offert par Léna Louarn, vice-présidente du Conseil régional, au Premier ministre gallois, cette œuvre de verre inspirée d’un bouclier britton du second siècle avant J.-C. | PIERRE WADOUX

Ouest-France, 6 août 2018

Les deux pays ont célébré, ensemble, leur langue, leur tradition orale et culturelle à l’occasion des trophées Bro Gozh ce lundi au 48e festival interceltique de Lorient.

Pays de Galles et Bretagne… Une vieille histoire d’amour, des liens séculaires, qui se perpétuent plus que jamais aujourd’hui. Invité d’honneur de la 48e édition du festival interceltique qui se joue jusqu’au 12 août à Lorient, le Pays de Galles, via Carwyn Jones, son Premier ministre, a été honoré hier soir du trophée Bro Gozh.

Autre trophée en bronze, facture de l’atelier Toulhouat de Quimper, ofert au patron de l’orchestre symphonique de Bretagne (l’OSB), Grant Llewellyn. Un Gallois. | PIERRE WADOUX

En un c(h)oeur unanime

Le Bro Gozh ? L’hymne breton par excellence. Qui résonne très fort Outre-Manche, puisque l’air et les paroles y sont là-bas quasi les mêmes. Ce soir à Lorient, entre vieilles mélodies jouées par un quatuor de harpistes gallois, et chant gallois par Nolwenn Korbell, plusieurs trophées ont été décernés par le comité Bro Gozh à celles et ceux qui font vivre ce lien qui unit les deux nations celtes.

Cliquez ici pour voir le reportage video de Ouest-France.

Pierre Wadoux