1er Juillet 1945: les Sénans chantent le Bro Gozh

Fin juin, début juillet 1945, la BBC réalise une série de reportages dans divers endroits symboliques de la seconde guerre mondiale. La Radiodiffusion Française envoie Lise Elina couvrir la visite de la chaine britannique à l’Ile de Sein.

Durant ce reportage de 11 minutes, on entend les Sénans chanter le Bro Gozh vers la 9ème minute.

Pour écouter cette émission et entendre le Bro Gozh des Sénans, cliquer ici.

France Culture, 8 septembre 2020

1945 |Reportage à l’Île de Sein par Lise Elina pour la Radiodiffusion française (enregistré le 01/07/1945 Programme parisien).

L’Île de Sein, au large de la baie de Douarnenez, 1200 habitants, un puits, deux menhirs et un dolmen.. elle sera faite médaille de la résistance française en août 1946. Mais avant cela, en juillet 1945, la journaliste Lise Elina était sur place pour un reportage qui donnait à entendre des témoignages d’habitants sur la guerre toute récente encore.

Ni gaz, ni électricité, ni eau courante, un horizon qui se borne à la mer, à la pêche, l’Île de Sein propose un paysage grandiose mais un peu sinistre parfois. Le 18 juin 1940 les habitants entendirent l’appel du général de Gaulle. La vie durant la guerre fut difficile sans la plupart des hommes partis combattre.

On entendait dans ce reportage les habitants de l’Île de Sein chanter des airs traditionnels et témoigner de leur vie insulaire durant la guerre, qui venait à peine de s’achever.

  • Par Lise Elina
  • Reportage à l’Île de Sein : Diffusion sur la Radiodiffusion française (Enregistré le 01/07/1945  Programme parisien)
  • Indexation web : Documentation sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France

Ambroisine Bré, une mezzo-soprano de La Trinité-sur-mer, qui apprend le Bro Gozh

Ambroisine Bré à La Trinité sur mer.

ArMen, septembre-octobre 2020

Ambroisine Bré, dans les chemins de traverse de la mezzo-soprano

Ambroisine Bré, mezzo-soprano, est l’une des étoiles montantes de la scène lyrique française. Originaire de La Trinité-sur-mer, elle a dessiné son parcours à l’encre d’une détermination bien trempée, héritée de ses parents, mais aussi de ses aïeules, des Bretonnes qui ont toujours su mener leur barque et tenu bon la cap.

(….)

Si Ambroisine a du tracer sa voie autrement , par défaut de perspectives en Bretagne, gageons que désormais l’art lyrique trouvera une brillante égérie pour marquer son ancrage en Bretagne. De son côté, la jeune artiste confie qu’elle a demandé à un professeur de Sainte-Anne-d’Auray de lui apprendre le Bro Gozh ma Zadoù avec la bonne prononciation. « Si je veux vraiment me sentir bretonne, je dois m’emparer de ce chant. Quand j’entends un bagad, j’ai l’impression que c’est toute la terre de mes ancêtres qui vibre ! Cet héritage très fort fait partie de mon histoire. Je me dois aussi de le transmettre ».

(….)

Plouigneau: le Bro Gozh pour les 100 ans des Ets Le Guern

Les organisateurs des courses cyclistes du 26 septembre : François-Marie Le Guern, Émile Prigent et Francis Le Guern (de gauche à droite).

Les organisateurs des courses cyclistes du 26 septembre : François-Marie Le Guern, Émile Prigent et Francis Le Guern (de gauche à droite).

Le Télégramme, 11 septembre 2020

Des courses cyclistes organisées le samedi 26 septembre

Afin de fêter les 100 ans des Ets Le Guern et de relancer la tradition des courses cyclistes à Plouigneau, Francis Le Guern, président de l’US Plouigneau, son frère, François-Marie Le Guern, et Émile Prigent, vice-président de l’Entente cycliste de Plestin-Pays du Trégor (ECPPT), organisent, le samedi 26 septembre, un événement sportif autour de la petite reine pour les minimes, cadets, première, deuxième, troisième catégories et juniors.

Le départ des minimes sera donné dès 13 h. Ils effectueront un circuit de sept fois 4,300 km entre le quartier de la gare et l’entreprise, soit 30 km. Le départ des cadets se fera à 14 h (même circuit douze fois, soit 51,600 km). De nombreux lots matériels sont à gagner pour ces deux épreuves. Les première, deuxième et troisième catégories et juniors partiront à 16 h. Ils devront effectuer 26 tours, soit 112 km. Au centième kilomètre, les dix premiers se répartiront une prime spéciale de 700 €.

150 coureurs attendus

Clarisse Lavanant chantera l’hymne breton « Bro Gozh Ma Zadoù » avant le top départ et le speaker Éric Le Balc’h commentera cette course, dotée de 2 000 € de primes. Une centaine d’inscriptions a déjà été enregistrée et l’on attend près de 150 coureurs, venant de Bretagne, Normandie, Vendée…. On notera la présence de Jean Bourlès, 90 ans, qui a gagné le premier Critérium de Plouigneau en 1950.

Derbys bretons: clubs et partenaires prêts pour la seconde édition

De gauche à droite: Arnaud Toudic (Kalon, En Avant de Guingamp), Malo Bouessel du Bourg (Produit en Bretagne), Romain Danzé (Stade Rennais), Jean-Michel Le Boulanger (Vice-président Conseil régional), Leslie Le Gal (Sonerion), Jacques-Yves Le Touze (Comité Bro Gozh), Grégory Pelleau (Stade Brestois), Pierre Pouliquen (Vice-président Conseil régional), Samuel Lothoré (FC Lorient), Jean Nezou (La Nuit des Etoiles), Goulven Julien (La Nuit des Etoiles. Excusés: Julien Boucher (Stade Rennais), Baptiste Huriez (FC Nantes) .

Jeudi dernier au Conseil régional de Bretagne à Rennes se réunissaient représentants des clubs de football professionnels de Bretagne et des partenaires de l’Opération Derbys bretons.

Forts du succès de la première édition lancée le 30 août 2019 au stade du Moustoir par une rencontre entre Lorient et Guingamp ( mais malheureusement interrompue en mars 2020 du fait de la pandémie de Covid 19), les clubs professionnels bretons, le Conseil régional de Bretagne, Produit en Bretagne, La nuit des Etoiles, Sonerion et le Comité Bro Gozh ont préparé la seconde édition des Derbys bretons tout en tenant compte des règles imposées par la situation sanitaire.

Bro Gozh, bagad, grand drapeau breton, gwenn-ha-du offerts, tous ces éléments qui ont fait la réussite de la première édition seront présents avec cependant quelques évolutions pour tenir compte de la situation.

Les dates des derbys bretons :

Brest – Lorient, 20/09/2020
Nantes – Brest, 18/10/20
Rennes-Brest, 01/11/2020
Lorient – Nantes, 08/11/20
Lorient – Rennes, 20/12/20
Nantes – Rennes, 06/01/20
Brest – Rennes, 20/01/21
Rennes – Lorient, 03/02/21
Nantes – Lorient, 21/03/21
Lorient – Brest, 04/04/21
Rennes – Nantes, 11/04/21
Brest – Nantes, 02/05/21

Et ne pas oublier d’utiliser sur les réseaux sociaux #DerbyBreton  #DerbiBreizh !

Vannes. Les supporters du RCV retrouvent le Bro Gozh !

Ouest-France, 4 septembre 2020

La Rabine a retrouvé sa fièvre du vendredi soir avec la reprise du championnat de Pro D2 même si le Covid et l’avancée de l’heure des matchs à 19 h l’ont privé de faire le plein. L’ambiance y était !

Le penn soner du bagad de Vannes Étienne Chouzier a chauffé l’ambiance avant le Bro gozh repris par les supporters en tribune. | OUEST-FRANCE

« On va faire comme si nous étions 8 000 ! » S’ils n’étaient qu’un peu moins de 5 000 à retrouver les tribunes de la Rabine pour le premier match à domicile de la saison de Pro D2, les supporters du Rugby-club de Vannes ont réussi à se faire entendre malgré le filtre du masque obligatoire. « Enfin ! », souffle Gérard Dubreuil qui brandit son drapeau bleu et blanc depuis deux ans dans la tribune Nord.

« Ni Breizhiz a galon karomp hor gwir vro… » A 19 h, le Bro gozh ma zadoù raisonne enfin dans la Rabine. Les supporters cherchent sur la pelouse son chanteur Philippe Leray, mais il est resté en tribune. Une des nombreuses mesures imposées par le nouveau protocole « Covid ». Qu’importe, l’émotion est la même et à l’oreille, difficile de percevoir les 3 000 voix manquantes. C’est que les supporters n’ont pas vu jouer les hommes de Jean-Noël Spitzer depuis le 28 février dernier en compétition. « Nous étions 2 000 la semaine pour le match amical contre Angoulême, ça nous a permis de retrouver l’ambiance », apprécie un supporter.

Dans la tribune d’honneur, la direction note que cette première rencontre a aussi permis de mettre en musique ce premier match du championnat à domicile. Et comme les percussionnistes de l’Erming glas, le club des supporters du RCV, ou du penn sonneur Étienne Chouzier venu chauffer l’ambiance avec sa cornemuse, les supporters se sont mis au diapason. « Il y avait 5 000 personnes, mais en ressenti, on était bien à 8 000 ! », s’amuse un amateur de prévisions météo qui prévoit encore une belle saison pour le RCV. Les joueurs ont confirmé avec une première victoire à domicile.