Lorient: derby breton entre le FCL et le FC Nantes et quelques nouveautés au Moustoir

Ce dimanche nouveau derby breton au stade du Moustoir de Lorient entre le FC Lorient et le FC Nantes. #derbybreton #derbibreizh

Le Bro Gozh sera bien entendu interprété par la chanteuse « maison » Morwenn Le Normand.

A signaler 2 nouveautés : les paroles du Bro Gozh seront désormais diffusées sur les 2 écrans du stade et le décompte avant le lancement du match se fera en breton .

Lorient: Morwenn Le Normand, Bro Gozh, Merlus et Moustoir

Football.Ligue 1.Lorient.Clermont.Morwenn Le Normand

Le Télégramme, 5 septembre 2022

Lorsque le FC Lorient lui a demandé de devenir la speakeuse du club, la Lorientaise Morwenn Le Normand n’y a pas cru. « Je ne m’y attendais pas. Je me suis dit, mais non, je suis chanteuse, ce n’est pas possible ». Pourtant, ce 28 août 2022, c’est bien elle qui a joué ce rôle tenu jusqu’alors par Alain Bossard. Surprise, elle s’est laissé tenter. « J’ai accepté car j’aime bien les challenges, et c’est plutôt chouette que l’on ait demandé cela à une femme ».

« Le vieil hymne des supporters »

La jeune quadragénaire sera à nouveau derrière le micro ce mercredi soir, pour la réception de Lyon. Le Moustoir, Morwenn Le Normand connaît. Elle y chante depuis trois ans. Depuis ce Lorient-Guingamp où elle a interprété le « Bro gozh ma zadoù ». « J’étais accompagnée de l’Orchestre des pompiers du Morbihan. J’ai dû chanter très très haut pour rester dans le ton ». ( Ce fut le premier match où le protocole de la charte des Derbys bretons fut mis en place et le Comité Bro Gozh avait proposé que le Bro Gozh soit interprété par Morwenn Le Normand et l’Orchestre des sapeurs-pompiers du Morbihan)

Depuis, à chaque match à la maison, elle l’interprète suivi de l’hymne des Merlus et, petite nouveauté étrennée fin août, elle donne à entendre « le vieil hymne des supporters », juste avant le coup d’envoi. Une initiative plutôt bien appréciée des supporters lorientais. Pour sa première comme speakeuse, un chouette accueil lui a été réservé. « Le public a été super, il a plutôt bien réagi », sourit celle qui se définit comme une speakeuse-chanteuse.

De Dan Ar Braz au Motocultor

C’est vrai, Morwenn Le Normand est avant toute chose chanteuse. « C’est mon métier premier ». Depuis une dizaine d’années, du Swing du Lundi à la tournée « Celebration » aux côtés de Dan Ar Braz. On la croise sur scène en duo avec Ronan Pinc, lors de spectacles en langue bretonne pour le jeune public en compagnie du guitariste Ronan Conq, sans compter un projet porté par Fred Miossec sur le musette. Il y a quelques jours, elle était même avec Plantec sur la scène du Motocultor Festival.

Une voix – qualifiée de « plus belle voix féminine de l’ouest » par un patron de café lorientais – qu’elle a découverte un peu par hasard. Lorsqu’un jour, joueuse de bombarde au bagad de Lorient après avoir fréquenté les bancs du bagadig, on lui demande de chanter. « Cela a été le déclic ». Elle décide d’arrêter toute affaire sonnante la bombarde. « Je suis plus forte pour le chant. C’est moins violent que la bombarde ».

À Rennes en 2016

Morwenn Le Normand a grandi dans une famille marquée par la culture bretonne. Une famille de sportifs aussi, plutôt basket et volleyball que football. « Les salles de sport c’était soit pour le fest-noz du samedi, soit pour les matchs ». Elle n’a pas oublié que plus jeune, elle a travaillé à la billetterie du FCL. Et se rappelle lorsqu’elle était ado des scores des Merlus que prenaient en note sa grand-mère. Bien décidée à chanter pour le FCL, elle se rapproche du club. Depuis 2016, elle donnait de la voix route de Lorient, à Rennes.

Depuis que Glenn Jégou, alors directeur du festival Yaouank, l’a entraînée dans cette aventure. « Il m’a toujours embarqué dans des trucs un peu fous, c’est le premier que j’ai appelé quand on m’a proposé de devenir speakeuse ». Un mot dont elle aimerait trouver l’équivalence en breton, langue qu’elle a enseignée pendant une dizaine d’années.

Morwenn Le Normand savoure cette nouvelle aventure. Même si cela vient parfois alourdir un emploi du temps déjà bien chargé. Et puis, speakeuse, « cela demande de l’énergie ». Ce premier match derrière le micro, à mettre l’ambiance, à présenter les joueurs, scander le nom des buteurs, elle a l’impression de ne pas l’avoir vécu. « Tout le monde m’attendait au tournant », mais finalement tous ont goûté sa façon toute singulière de mettre l’ambiance.

Du lien avec les supporters

L’entraîneur des Merlus l’a encouragée. « Il m’a dit que c’était très important pour les joueurs, que tout soit bien rythmé, pour que ça les porte ». Elle envisage son rôle dans le partage, l’échange. « Je souhaite mettre du lien avec les supporters ». En apportant sa touche personnelle. Ce mercredi, le décompte de dix à un, avant le coup d’envoi, s’affichera en breton sur les écrans géants. « Ce serait déjà une belle victoire que 500 personnes les reprennent ». Sa manière à elle d’apporter un peu de culture (bretonne) dans le football.

Lorient: la voix du Bro Gozh devient la voix du Moustoir

Au Moustoir en décembre 2021 pour l’officialisation du Bro Gozh comme hymne de la Bretagne. Morwenn Le Normand, Loig Chesnais-Girard, Aziliz Manrow, Gilles Servat.

Ouest-France, 20 août 2022

La chanteuse bretonne Morwenn Le Normand succède à Alain Bossard et devient la nouvelle speakeuse du FC Lorient (Morbihan). Son rôle : animer les matchs et chauffer les supporters. Tout un programme.

Elle est la nouvelle speakeuse du stade du Moustoir à Lorient . Comprenez, la maîtresse de cérémonie, la chauffeuse de stade, l’animatrice. La chanteuse Morwenn Le Normand fait désormais partie de ces rares femmes à prendre le micro pour mettre l’ambiance pendant les rencontres sportives.

Son rôle paraît simple : elle devra annoncer la composition des équipes, les buts, et faire monter la température, côté supporters. « Ça va beaucoup se jouer à la sensation. Il faut avoir la capacité de gérer un micro, le public et porter sa voix dans un stade pour accompagner les supporters, confie la chanteuse. Le stress sera différent par rapport à un concert où les gens viennent pour m’écouter moi… Mais je ne m’inquiète pas, les supporters sont chouettes, j’espère créer du lien. »

La jeune femme est une habituée du Moustoir. Depuis trois ans, elle chante l’hymne du FC Lorient et l’hymne breton, le Bro Gozh ma zadou, à chaque match. « Je sais déjà ce que c’est que d’être dans un stade de 15 000 personnes. Il n’y a pas cette angoisse de la découverte. Maintenant, je vais avoir la possibilité de mettre l’ambiance. »

En juillet 2022, Samuel Lothoré, chargé de communication évènementielle au FCL, remarque ses prestations sur la pelouse et lui propose le poste. « J’étais vraiment surprise, je ne m’y attendais vraiment pas. Je regrette de ne pas avoir plus prêté attention à l’ancien speaker », ajoute rieuse, Morwenn Le Normand. (….)

Le Télégramme, 12 août 2022

Le FC Lorient s’est choisi un nouveau speakeur. Ou plutôt une speakeuse. La chanteuse Morwenn Le Normand sera désormais au micro lors des matchs au Moustoir.

Les habitués des matchs à domicile du FC Lorient vont vivre un petit changement cette saison. Au Moustoir, c’est désormais Morwenn Le Normand qui sera au micro. Et pas seulement pour chanter l’hymne du FCL et le Bro gozh ma zadou. Elle est la nouvelle speakeuse ! Plutôt étonnant pour la chanteuse lorientaise. (….)

Bloavezh mat 2022 ! Meilleurs vœux pour 2022 !

Ni, Breizhiz a galon, karomp hor gwir Vro!

Brudet eo an Arvor dre ar bed tro-dro.

Dispont ‘kreiz ar brezel, hon tadoù ken mat,

A skuilhas eviti o gwad.

O Breizh, ma Bro, me ‘gar ma Bro.

Tra ma vo mor ‘vel mur ‘n he zro.

 Ra vezo digabestr ma Bro !

Hetiñ a ra Poellgor Bro Gozh ma Zadoù ur Bloavezh Mat deoc’h e 2022.

Le Comité Bro Gozh ma Zadoù vous présente ses Meilleurs Vœux pour 2022.

E sportva ar Mouster an Oriant, disul 28 a viz du 2021, da geñver an derby FC an Oriant-Stade Rennais, e voe kanet ar Vro Gozh gant Morwenn an Norman, Aziliz Manrow ha Gilles Servat, a-unan gant Loig Chesnais Girard, prezidant Kuzul Rannvro Breizh. E-se e oa kadarnaet eno anaoudegezh ar Vro Gozh gant Rannvro Breizh evel Kanenn ofisiel Breizh.

Le dimanche 28 novembre 2021, au stade du Moustoir de Lorient, lors du derby FC Lorient-Stade Rennais, le Bro Gozh est interprété par Morwenn Le Normand, Aziliz Manrow et Gilles Servat en présence de Loig Chesnais Girard, président du Conseil régional de Bretagne, marquant ainsi la reconnaissance par la Région Bretagne du Bro Gozh comme hymne officiel de la Bretagne.

Skeudenn/Photo: Michel Thierry.

FC Nantes : le club va-t-il finir par signer la charte des derbys bretons ?

Dimanche 5 décembre 2021 à 3:36 – Par Florian Cazzola, France Bleu Loire Océan

Présent lors des discussions autour de la création d’une charte des derbys bretons en football, le FC Nantes avait finalement été le grand absent au moment de la signature de ce document, en 2019.
© Maxppp – Josselin Clair

Le dossier est très politique. Au contraire du FC Nantes, absent lors de la signature de la charte des derbys bretons, le FC Lorient, prochain adversaire des Canaris, ce dimanche, va à nouveau organiser « une grande fête de la Bretagne » qui devrait bientôt également avoir lieu à la Beaujoire.

Après avoir croisé la route des Brestois puis des Rennais, le FC Nantes va à nouveau se frotter à un club breton, ce dimanche après-midi (05/12/21). Sur le parvis du stade comme dans l’enceinte du Moustoir, à Lorient, Bro Gozh ma Zadoù, bagads et autres animations seront organisés, conformément à la charte des derbys bretons signée par les Merlus, en juillet 2019, aux côtés des Rouge et Noir ainsi que Brest et Guingamp. Annoncés présents, les Jaunes s’étaient faits portés pâles au dernier moment. Un « dossier très politique« , confie-t-on chez des Canaris qui devraient à leur tour mettre sur pied ces animations, lors de la venue des Merlus, en janvier, sans pour autant ratifier cette charte. À condition que la situation sanitaire n’en décide pas autrement. Explications. 

« Des pressions diverses pour que le FC Nantes ne signe pas cette charte »

« C’était l’un des clubs les plus partants sur cette histoire et, quelques jours avant, il y a eu des pressions diverses pour que le FC Nantes ne signe pas cette charte« , se remémore Jacques-Yves Le Touze, président du comité Bro Gozh à l’origine du projet. Selon plusieurs sources, certaines institutions politiques, dont la région des Pays de la Loire, avaient fait part de leur point de vue sur le sujet au club octuple champion de France. Plusieurs dizaines d’internautes en avaient fait de même sur les réseaux sociaux. De manière plus ou moins virulente. « Trop polémique« , pour les Canaris qui avaient finalement rebroussé chemin. 

Ce n’est pas parce-que quelques politiques trouvent à y redire qu’on va abandonner cette idée.

Pour autant, le club des bords de l’Erdre n’a jamais fermé la porte à l’organisation d’évènements lors de la venue des signataires de ce document. Ils souhaitent d’ailleurs en organiser sur la même base que ceux mis en place en Bretagne. Si les évènements ne s’acharnent pas contre les Canaris. « On a essayé de faire un minimum de choses mais à chaque fois on a eu des problèmes, rappelle Jacques-Yves Le Touze. La première fois, c’était à cause du temps qui était absolument abominable et il y avait ensuite eu la mise en place de restrictions car c’était le début de la pandémie. » Une malchance qui s’est poursuivie au retour du public. La programmation de la rencontre face au Stade Brestois par la LFP, en pleine semaine et à l’heure de sortie du travail, avaient cette fois eu raison des animations prévues ce soir-là, parmi lesquelles la venue de bagads.

Une nouvelle réunion prévue en début d’année prochaine

Malgré les embûches, le comité Bro Gozh ne désespère pas de voir, un jour, le FC Nantes apposer sa signature au bas de ce document très symbolique « pour faire de ces rencontres, une grande fête de la Bretagne« , dixit Jacques-Yves Le Touze. Les échanges entre le club et le comité ont d’ailleurs été réguliers. Jusqu’au début de la pandémie. Depuis, les contacts se sont faits plus rares et ils devraient le rester, au moins jusqu’à la nomination d’un successeur de Baptise Huriez, le futur-ex directeur marketing étant jusqu’alors l’interlocuteur privilégié du comité. « Mais on ne désespère pas« , assure son président.

« Ce n’est pas parce-que quelques politiques trouvent à y redire qu’on va abandonner cette idée, lâche-t-il. Il n’y a pas de raison. » Une nouvelle réunion entre clubs signataires est d’ailleurs prévue au début de l’année prochaine dans le but d’évoquer le renouvellement de cette charte – mise en sommeil pendant une saison et demie en raison de l’épidémie de Covid-19 et de ses conséquences dans les stades – qui courait sur trois ans. « Cette charte, c’est du moyen et long terme », explique Jacques-Yves Le Touze. Et il ne fait nul doute que les Jaune et Vert seront à nouveau conviés à ce rendez-vous, aux côtés de leurs voisins bretons.