Rennes: le Bro Gozh sifflé par les supporters du PSG

Ouest-France, 3 octobre 2021

La joie et la rage de Meling et Laborde | THOMAS BRÉGARDIS / OUEST-FRANCE

On s’attendait à un jeu de massacre dans un stade sans ambiance en raison de l’absence du RCK et de ses meneurs, décidée après le vol de leur bâche totem et de l’agression de leur membre. On a vécu un exploit majuscule du Stade Rennais dans un Roazhon Park bouillant, qui a poussé fort durant toute la deuxième mi-temps, certes bien aidé par le scénario d’un match fou.

Les tribunes debout ont tremblé lors du « Qui ne saute pas n’est pas Rennais ». Et quand le but de Mbappé a été refusé, c’est une explosion de joie qui a accompagné la décision de la VAR. À noter aussi la magnifique ovation pour Flavien Tait quand il est sorti.

(….)

Aucun incident n’a été à déplorer dans le stade malgré les provocations des Ultras parisiens, en première mi-temps, chantant « Elle est où ta bâche, RCK », en référence au vol de la bâche totem du groupe de supporters rennais la semaine passée. Regrettable aussi, les sifflets durant le Bro Gozh, l’hymne breton chanté avant le coup d’envoi.

(….)

Le Bro Gozh pour le Kenavo Tour des Tri Yann

Les trois Jean de Nantes, ou Tri Yann en Breton, mettent fin à leur carrière après cinquante ans de scène. Ici entourés de leurs musiciens à la fin du concert. | MARC ROGER

Ouest-France, 12 septembre 2021

Par Michel Troadec

À Nantes, l’émouvant adieu de Tri Yann à la scène après plus de cinquante ans de concerts

Tri Yann a terminé son « Kenavo tour », samedi 11 septembre 2021 à Nantes (Loire-Atlantique), devant un public de feu, marquant la fin de quelque 1 700 concerts proposés en un peu plus de cinquante ans.

Le concert se termine, à Nantes , samedi 11 septembre 2021 soir. Bouillant, le public est debout depuis déjà plusieurs chansons. Sur scène, Jean-Louis Jossic prend les deux autres Jean par les épaules et leur glisse malicieusement : « On pourra dire qu’on y était ! » Une boutade de plus dans une carrière qui n’en a pas manqué…

Tout au long d’un spectacle de trois heures quinze, le charismatique chanteur, entravé aujourd’hui par des problèmes physiques, a multiplié, entre deux titres, les histoires et anecdotes fantaisistes qui ont aussi fait le sel de la carrière du plus grand groupe breton de tous les temps (ben oui !), plus ancien groupe français en activité après cinquante ans et neuf mois.

(….)

Sur scène, Bleunwenn a remercié le groupe « pour les graines que vous avez semées et que nous avons tant aimées ». Des graines qui, samedi, ont une dernière fois poussé dans le cœur des fans, entre chants à danser et splendides ballades : Tri Martolod, Dans les prisons de Nantes, Les filles des forges, La jument de Michao

Et puis Les rives du Loch Lomond portée par la voix chaude et profonde de Jean-Paul Corbineau et sublimée par un bagad, Le soleil est noir (la préférée de Jean-Paul et de Jean Chocun), l’entraînant Divent an Dour ou encore le Bro Gozh Ma Zadoù, l’hymne breton que Jean-Louis Jossic a fait chanter par le public.

(….)

//www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01259353/src/qqzs3xf/zone/1/showtitle/1/

Pont-l’Abbé: le Bro Gozh pour Ya d’ar Brezhoneg

Erwan Ar C’hoadig a remis le label 1 de la charte à Nora Mei, petite bretonnante, et à Christian Loussouarn, sous le regard attentif d’André Hamon, conseiller municipal référent à la langue bretonne. | OUEST-FRANCE

Ouest-France, 13 septembre 2021

100 élus, représentants du milieu associatif culturel breton et de l’école Notre Dame La Clarté ont participé, à l’espace Saint Joseph, à la remise du label 1 de la charte à la municipalité.

Cette cérémonie, présidée par Christian Loussouarn, maire, et Erwan Ar C’hoadig, chargé de développement à l’Office public de la langue bretonne, a été ponctuée par plusieurs temps forts. André Hamon, conseiller référent, a d’abord rappelé qu’elle « valide les engagements entrepris par les municipalités successives. La défense de la langue, a-t-il poursuivi, reste un élément clé de notre identité, car une langue qui se perd, c’est une civilisation qui se perd. Une langue retrace l’histoire et la culture d’un territoire et réveille des émotions… À ce titre l’école a un rôle essentiel à jouer. Elle doit prendre le relais. »

Aujourd’hui, la municipalité a inscrit dans son programme la volonté d’aller vers la certification du niveau 2 de la charte qui privilégie la transmission et la pratique de la langue et en créant un groupe de travail spécifique.

Ouvrir une filière à Combrit

Le maire a ensuite énuméré les actions menées pour obtenir ce label. Après avoir remercié le personnel communal pour le travail mené pour la mise en œuvre de ces actions, il a souligné la présence de « la culture dans la commune, avec le bagad et le cercle où la reine, Joséphine, a été élue reine de Cornouaille. Sans oublier l’association Mein ha dour pour les actions qu’elle effectue, à longueur d’année, pour la valorisation patrimoniale ».

Erwan ar C’hoadig, avant de remettre le label à Nora Mei, petite bretonnante, et au maire, a ensuite invité la municipalité à « concrétiser dans un avenir proche l’ouverture d’une filière à Combrit car, a-t-il martelé, la dynamique en faveur de la langue est très forte dans l’enseignement. Sa transmission est la pierre angulaire de sa politique linguistique pour laquelle l’Office public œuvre en mettant en place de nouvelles filières ».

La cérémonie s’est ensuite prolongée par une prestation de chants et de danses assurée par les élèves de Grande section sections et CP de l’école Notre-Dame de la Clarté (où une initiation est donnée à la culture régionale par Brigitte Le Gall et Gaëlle Plouzennec, professeures des écoles) avant de s’achever par quelques morceaux de la création Nevezadur des Kanerien Sant Meryn, venus en voisins et, bien entendu, par le Bro gozh ma zadou, repris par toute l’assistance.

Le Trophée Bro Gozh 2021 pour Lisardo Lombardia, directeur du Festival Interceltique

PHOTO FRANCOIS DESTOC / LE TELEGRAMME LORIENT (56) : Lizardo Lombardia, directeur du Festival Interceltique FIL

Vendredi 13 août dernier, au palais des Congrès de Lorient, au cœur du Festival interceltique, eut lieu une cérémonie d’hommage à Lisardo Lombardia qui, après avoir dirigé le Festival durant 14 ans, prendra sa retraite en octobre prochain.

A cette occasion, le Comité Bro Gozh lui a remis le Trophée Bro Gozh 2021. Un extrait du discours du président du Comité, Jacques-Yves Le Touze:

« Le 5 septembre 1903, sur la place centrale de Lesneven, devant des milliers de personnes, le Bro Gozh ma Zadoù est proclamé hymne national de la Bretagne. Inspiré directement de l’hymne national gallois, c’est un choix délibéré fait à l’époque pour souligner les liens ancestraux, culturels, linguistiques entre le pays de Galles et la Bretagne, une petite pierre sur la longue route de l’interceltisme.

Ce chant, le Bro Gozh , a vécu le siècle qui a suivi avec des hauts et des bas, très populaire à certaines périodes, beaucoup moins à d’autres, et ceci jusqu’au début des années 2000 où il a commencé à retrouver une certaine popularité grâce à des artistes comme Alan Stivell, ou des clubs sportifs comme le Stade rennais ou le Rugby club de Vannes et dernièrement le FCL . Ce travail mené depuis plusieurs années va d’ailleurs aboutir à une initiative importante du Conseil régional de Bretagne dans quelques semaines.

Dans ce renouveau, le Festival interceltique tient une place particulière, c’est le plus grand événement culturel de Bretagne à avoir ces dernières années donné toute sa place au Bro Gozh . Je garde notamment un souvenir exceptionnel de l’Année du pays de Galles en 2018 avec des moments assez mémorables … Ce qui a valu d’ailleurs au FIL de recevoir le Prix Bro Gozh des mains du président de la Région en 2019.

Mais derrière ce choix du FIL , il y a la décision et la volonté d’un homme , Lisardo Lombardia, qui a très bien compris toute la valeur de ce chant pour l’avenir de la Bretagne et de sa culture.

Au nom du Comité Bro Gozh, je suis vraiment très heureux de te remettre ce Trophée Bro Gozh, réalisé par les Ateliers Toulhoat à Quimper.

Tous nos remerciements pour ton travail et toutes nos félicitations !

Et si je peux essayer … Munches gracies, Lisardo! Et à très bientôt je n’en doute pas ! »

Photo ABP
Ouest-France, 14 août 2021

ABP, 14 août 2021

Samedi dernier, les bagadoù avaient rendu un vibrant hommage à celui qui pendant quatorze ans a dirigé le festival interceltique de Lorient en jouant tous ensemble sur les gradins du stade de Lorient un air asturien (voir notre article)

Hier, c’est Jean Peeters, le Président du FIL, qui lui a remis au nom du festival un tableau, puis le maire de Lorient, Fabrice Loher, lui a remis la médaille de la ville, puis Jacky Flippot, le président de l’Institut culturel de Bretagne – Skol Uhel ar Vro (ICB-SUAV) lui a remis la médaille de l’Institut. Jacques-Yves Le Touze, président du comité Bro Goz ma Zadoù lui a remis le trophée du Bro Gozh. Géraldine Marsaudon l’a remercié au nom des bénévoles et lui a remis un passeport breton symbolique. Un des huit délégués représentant l’international est aussi intervenu et lui a remis une cuillère en bois qui autrefois au Pays de Galles scellait l’amitié.

Le galicien Carlos Nuñez a accompagné Lisardo Lombardia (qui est aussi un baryton) pour une chanson en asturien et Gilles Servat et Lisardo ont chanté ensemble « Je vous emporte dans mon coeur ».

.

La Roche-Bernard: le Bro Gozh pour le festival photos

Ouest-France, 6 juillet 2021

Ils étaient nombreux devant l’estacade de la salle Richelieu de La Roche-Bernard, ce samedi 3 juillet 2021, pour le vernissage de la 12e édition du festival photos, intitulé Ar Mor & Ar Goat.

Les adhérents d’Ar’Images, association organisatrice, étaient présents aux côtés de leur président, Yves Desaunay, d’élus et d’acteurs du monde culturel.

132 photos de tous formats

Les invités ont pu découvrir, dans un premier temps, les 61 photos visibles en extérieur, les menant du Port Neuf aux Vieux Quartiers, en passant par le Vieux-Port, la montée au Canon et le chemin du Ruicard.

« Cette déambulation permet d’apprécier cette animation à plusieurs facettes, avec un parcours via les quais et les chemins piétonniers afin de découvrir les 61 grandes photos dont le format va de 80×120 cm à 120×178 cm, images parfois insolites des côtes, des forêts ou des landes bretonnes », a expliqué le président.

Mais l’exposition ne s’arrête pas là. 71 photos de plus petit format sont exposées en intérieur, dans deux commerces rochois, l’Ar Ro’ch Kafé et le C’Zen Coiffure, ainsi que deux établissements pour personnes âgées, le Florilège, de Férel, et la résidence autonomie des Métairies de Nivillac.

Après une visite commentée du parcours en images, le vernissage s’est poursuivi par une vraie fête populaire, jusqu’à la traditionnelle cérémonie et les discours officiels au jardin du Ruicard, où l’hymne breton, le Bro gozh ma zadoù a retenti, repris par la soixantaine de participants et par Paul Molac, député de la circonscription, fervent défenseur des langues régionales. (….)