A Port-Louis, 6 chorales pour le Bro Gozh

Répétition générale pour les six chorales à Port-Louis. Rendez-vous dimanche pour la première édition des Voix Côtières.

Ouest-France, 13 juin 2019

75 chanteurs seront réunis, dimanche 16 juin, autour des chants de mer, pour la première édition des Voix Côtières. Cinq scènes accueilleront les chœurs, avec un final en commun.

Créer un événement pour y rassembler des chorales : l’idée était venue, il y a plus de deux ans, de Stéphane Rio, chanteur des Mat’lots du vent, un chœur d’hommes au répertoire de chants de marins. Bien connus dans le territoire, ils s’y sont produits à plusieurs reprises, dont, dernièrement, le 4 mai, à l’occasion du nouvel événement instauré dans la commune : Port-Louis fête la mer.

« Les chorales sont nombreuses sur la rive gauche [de Port-Louis à Nostang, NDLR]. Le projet de cette rencontre autour de chants iodés dans notre cité maritime est en pleine cohérence avec ce que nous voulons valoriser : la cité avec son histoire, son patrimoine architectural et la richesse d’une vie liée à la mer », souligne Katia Fauchoix, adjointe en charge de la communication. Une municipalité qui a tout de suite souhaité soutenir le projet.

Cinq scènes

Des réunions, un appel aux participants plus tard et c’est déjà un succès : six chorales sont inscrites pour cette édition test des Voix Côtières. Un bel après-midi de chants s’annonce dans le cœur de ville.

Chacun pourra se déplacer de lieu en lieu, suivre et retrouver sa chorale favorite, pour les plus grands fans, ou rester sur un même site, chacune des scènes voyant en effet se succéder les six chorales : Nost’en Zik, Entre Rade et Rio, le Klub en Teadoù fall, les Premiers de Bordée, les Mat’lots du Vent et la Chorale de la Petite Mer.

Un grand final, rassemblant environ 75 choristes, se produira au port de la Pointe, où tout le monde chantera ensemble. « Au café du port, on entonnera le Bro gozh ma Zadoù et Kenavo. Venez chanter avec nous si cela vous dit », proposent les chanteurs. Les paroles ont été écrites sur les flyers de l’événement. Une buvette sera proposée avec l’association An Drouz Vor, au niveau de la glacière.

 

Larmor-Baden. Le Bro Gozh pour Faire face ensemble

La présidente de Faire face ensemble a rappelé les actions réalisées par l’association.

La présidente de Faire face ensemble a rappelé les actions réalisées par l’association. | OUEST-FRANCE

Ouest-France, le 20 mai 2019

La chorale des Bateliers de Célac, de Questembert, était au Cairn vendredi soir pour un concert caritatif au profit de l’association Faire face ensemble, association qui soutient les personnes atteintes du cancer et de leurs proches.

Les Bateliers de Célac ce sont cinquante-neuf choristes et musiciens, trente-trois sont venus gracieusement pour ce concert. (….)

En début de soirée, Marie-Pierre Guillemot présidente de Faire face ensemble qui fête cette année les vingt ans d’existence de l’association, a rappelé leurs différents domaines d’action : l’accueil et l’écoute, les visites dans les centres de soins, les aides administratives, mais aussi des ateliers bien-être, d’expression créative, ou encore de la harpe thérapie et des journées d’évasion.

Les Bateliers de Célac, sous la direction de Benoît de Couesnongle, ont régalé l’assistance avec une vingtaine de chants, repris par certains. Le Bro Gozh ma Zadoù, Vieux pays de mes pères, hymne breton a terminé la soirée.

Rugby à Vannes, Jean-Noël Spitzer, la Bretagne au cœur

Arrivé à la tête de l'équipe première en 2005, Jean-Noël Spitzer porte haut les couleurs bretonnes.

Arrivé à la tête de l’équipe première en 2005, Jean-Noël Spitzer porte haut les couleurs bretonnes. | THIERRY CREUX

Ouest-France, 19 mai 2019

La réussite du Rugby club Vannes est aussi celle de son entraîneur principal, Jean-Noël Spitzer. Technicien reconnu qui a forgé son expérience à force d’heures passées sur le terrain, c’est un homme discret qui fédère autour des valeurs qu’il porte.

Jean-Noël Spitzer est un homme discret. Toujours prêt à parler rugby ou formation, l’entraîneur du RC Vannes est moins causant quand il s’agit de parler de lui.Pour en savoir plus sur le coach à l’immuable casquette rouge, mieux vaut se tourner vers ceux qui le côtoient au quotidien.

« C’est un entraîneur très précis techniquement », livre le centre Kévin Burgaud. « Il analyse tout, anticipe tout, rebondit le demi de mêlée Jules Le Bail. Et quand il a quelque chose à nous dire sur le rugby, il sait quand et comment le faire. »

« Une capacité de travail extraordinaire »

« Jean-Noël, certains le comparent à un gardien de phare, parce qu’il a ce côté taiseux, solitaire, fait valoir Goulven Le Garrec, ancien entraîneur du RCV avec Spitzer, désormais en charge des skills  et de la cellule recrutement. Je pense que c’est une force pour un entraîneur. Il s’est forgé une carapace car il a des décisions très compliquées à prendre chaque jour. »

(….)

L’entraîneur est également salué quand on évoque son rôle de meneur d’hommes. S’il réussit à fédérer un groupe composé aussi bien de Bretons que d’étrangers, c’est qu’il les unit autour d’une terre et d’un drapeau commun, la Bretagne. Esteban Devich, entraîneur de Beauvais (Fédérale 2), raconte: « Quand on arrive à Vannes, on ressent l’amour de Jean-Noël pour sa terre et sa région. C’est quelque chose qui m’avait touché profondément. » « Cette notion, elle est aussi importante pour les joueurs qui ne sont pas Bretons, défend l’entraîneur vannetais. Quand ils voient les gens chanter le Bro Gozh , ou agiter des drapeaux bretons, ça leur parle. » Devich va plus loin: « Tous les joueurs savent qu’ils ont un drapeau commun à défendre. Jean-Noël est l’étendard. »

(….)

Plœmeur. dimanche 19 mai, 17h: « Le dragon et l’hermine », trait d’union breton-gallois

Lors d’une répétition du spectacle « Le dragon et l’hermine », à Plœmeur. La première a lieu ce dimanche à Océanis.

Lors d’une répétition du spectacle « Le dragon et l’hermine », à Plœmeur. La première a lieu ce dimanche à Océanis. | Ouest-France

Ouest-France, 18 mai 2019

L’évènement du week-end. Jusqu’au 26 mai, c’est la Fête de la Bretagne. Dimanche, jour de la St Yves, on célèbre les liens ancestraux entre la Bretagne et le pays de Galles.

Kanomp Breizh, fédération des chorales d’expression bretonne, est au même titre que l’Institut Culturel de Bretagne et la fédération Bretagne – pays de Galles, fondatrice du Comité Bro Gozh.

Ce comité présidé par Jacques-Yves Le Touze a eu l’idée et l’ambition de mettre en relief « les liens ancestraux entre la Bretagne et le pays de Galles. De nombreux chants, que l’on pense traditionnels, ont été collectés au pays de Galles » explique Armelle Le Guillou, coordinatrice de Kanomp Breizh.

L’Ensemble choral de Bretagne travaille depuis un an et demi la cantate An Aval hag ar C’haliz . « Il se trouve que Jacques-Yves Le Touze a entendu l’orchestre des pompiers du Morbihan. Cela sonne comme un ensemble gallois »

Voué à être repris

Ainsi a été bâti la trame du spectacle Le Dragon et l’Hermine . La cantate sera proposée en première partie. L’orchestre et le bagad des pompiers interviennent en second temps, afin de présenter de grands airs classiques comme Green Land, Celtic Crest ou encore le légendaire Amazing Grace.

Point d’orgue, ce grand ensemble d’acteurs mettra ensuite en lumière ces traits d’union culturels ancestraux entre la Bretagne et le pays de Galles. Le Dragon et l’Hermine ne peut que se terminer par le Bro Gozh ma Zadoù, hymne que l’on partage avec les Cornouaillais et les Gallois.

Pour couronner le tout, Aneirin Karadog, barde et élu poète de l’année au pays de Galles ce qui est un titre très honorifique outre-Manche présentera le spectacle dans les trois langues.

« Le Dragon et l’Hermine a vocation à être repris et nous espérons pouvoir le jouer au Festival interceltique lors de l’année de la Bretagne ».

Pourquoi la première à Ploemeur ? La municipalité qui est la plus accueillante en termes d’animations lors de la Fête de la Bretagne, a tout de suite été enthousiasmée par le projet.

Dimanche 19 mai, à 17h, à L’Océanis à Plooemeur. Tarifs: 13€, 10€, 6€, gratuit pour les moins de 8 ans.

 

Fête de la Bretagne à Vannes: 450 enfants pour le Bro Gozh

Ouest-France, 10 mai 2019

Le sens de la fête, cela s’entretient. La Fête de la Bretagne, du 17 au 26 mai, va en donner un bel aperçu. Pour cette 11e édition, 9 000 bénévoles seront sur le pont pour proposer quelque 300 rendez-vous. À l’image des Irlandais qui célèbrent la Saint-Patrick chez eux et partout dans le monde.

Repères

Pour tout le monde et dans le monde

De Penvénan (Côtes-d’Armor) en passant par Douarnenez, au bout du Finistère, Saint-Thurial (Ille-et-Vilaine), Lorient, Nantes ou Paris, la Fête de la Bretagne va diffuser large. Dans les grandes villes et les petites, et même très loin de la Bretagne, là où il y a des Bretons qui veulent faire partager leur culture et leurs singularités. Il y aura donc aussi une Fête de la Bretagne au Brésil (Sao-Paulo), en Irlande (Dublin), Singapour, au Togo ou au Vietnam. Autant d’occasions de mettre en avant ce qui fait l’originalité de la Bretagne dans le vaste monde : sa culture, son histoire, son patrimoine, sa nature, son sens du partage… « Autant de moments pour tous les amoureux de la Bretagne de faire la fête », a résumé hier à Quimper, lors de la présentation du programme, Karim Ghachem, conseiller municipal et aussi conseiller régional.

Les trois coups de la Fête de la Bretagne ont été donnés vendredi à Quimper en présence d’élus et de quelques organisateurs. | OUEST-FRANCE

Une large palette de rendez-vous

De la culture sous toutes ses facettes, celles d’hier et celles d’aujourd’hui, des activités en pleine nature, la redécouverte du patrimoine et de l’histoire, les jeux traditionnels de Bretagne, la gastronomie, des expositions et des spectacles… La Fête de la Bretagne, mise en musique par le conseil régional, multiplie les découvertes. Il est vrai que chaque année, un tiers des organisateurs sont des nouveaux venus dans ce carrousel.

Pour autant, au fil de la programmation, des préoccupations communes émergent. « Dans les rendez-vous proposés apparaissent les préoccupations autour du développement durable, de l’environnement, des circuits courts de distribution des produits agricoles ou encore la mise en valeur du patrimoine », constate Claudie Poirier qui coordonne l’ensemble du programme. Il n’empêche, cette diversité n’empêche pas des critères communs aux quelque 300 rendez-vous : un caractère populaire, des tarifs modérés ou pas de tarifs du tout, et la mobilisation de bénévoles.

Les relais des petites et grandes villes

Si la Région bat la mesure pour la Fête de la Bretagne (elle apporte 700 000 €), elle entend aussi s’appuyer de plus en plus sur les villes, grandes ou petites, qui veulent entrer dans la danse, et enrichir les animations de la Fête de la Bretagne. C’est l’opération territoires en fête. Il y en a sept maintenant : Bruz près de Rennes, la communauté de communes de Ploërmel (Morbihan), Pont-de-Buis lès Quimerc’h et Roscoff (Finistère), la Turballe (Loire-Atlantique) et aussi Quimper et Vannes. Pour les préfectures du Finistère et du Morbihan, c’est une première, accompagnée d’un joli programme. Avec, par exemple, une nouvelle édition à Quimper du Trans Breizh express avec 600 danseurs dans les rues (le 18 mai) et à Vannes un concert des élèves des écoles bilingues de la ville. Ils seront un demi-millier à interpréter le Bro gozh ma Zadoù, l’hymne breton.

Didier GOURIN.

Rennes – Guingamp. Alan Stivell chantera le Bro Gozh pour le Celtico au Roazhon Park ce dimanche

Ouest-France, 10 mai 2019

Le Celtico, c’est ce dimanche 12 mai, à 15 h au Roazhon Park

Ce dimanche 12 mai, à 15 h, Rennes reçoit Guingamp pour la 36e journée de ligue 1. Le Stade Rennais prévoit différentes animations.

Le Stade Rennais reçoit l’En Avant Guingamp, ce dimanche 12 mai. En plus de la rivalité habituelle entre les deux clubs, ce derby breton s’annonce fort en émotion. De nombreux supporters des deux clubs devraient affluer route de Lorient pour voir la rencontre.

Des animations dès 13 h

Les spectateurs pourront arriver deux heures avant la rencontre pour profiter des animations prévues par le Stade Rennais. Au programme : Beer Pong, baby-foot, Foot roulette ou encore lancer de bottes de paille.

Bro Gozh a cappella par Alan Stivell

Pour ce Celtico, l’hymne, jouée dans le Roazhon Park, sera chantée ce dimanche par une pointure. C’est Alan Stivell qui entonnera a cappella le Bro gozh ma zadoù. Le Bagad de Cesson assurera lui l’ambiance musicale en amont de la rencontre.

(….)