Le Bro Gozh d’Hilenn Quartet

Ouest-France, 8 juin 2022

Originaire de Saint-Jean-Brévelay (Morbihan), la fratrie Hervo – composée d’Yvon, Xavier et Jean-Luc – sort un album en collaboration avec Pierre Rouillé à la cornemuse irlandaise. Ces quatre musiciens forment le groupe Hilenn Quartet.

Il y a une dizaine d’années, Xavier Hervo fait la rencontre de Pierre Rouillé. Tous les deux pratiquent de la cornemuse irlandaise. Un instrument rare, plus connu sous le nom de Uilleann-pipes. Le duo Hilenn se produit en concert dans les chapelles, les églises…… Quelques mois plus tard, Yvon (le frère de Xavier) les rejoint. Avec sa guitare, il apporte une note nouvelle au duo qui devient alors le Trio Hilenn. Ces musiciens accélèrent la cadence et se lancent dans l’enregistrement d’un album en 2017.

« On voulait construire quelque chose ensemble »

De son côté, Jean-Luc fait du théâtre et s’adonne au chant marin. À son tour, il rejoint ses frères pour former le Hilenn Quartet. Le répertoire évolue, une nouvelle dynamique s’installe. Le caractère traditionnel de la musique celtique est harmonieusement arrangé. Pendant la période de pandémie, ils construisent Airs de voyage, un album d’une dizaine de morceaux de musique celtique, dont l’hymne breton Bro gozh ma zadou, joué, chanté et arrangé par le quatuor.

​« Je me suis toujours dit que ce serait bien de faire quelque chose ensemble, confie le frère aîné. Les frères Hervo sont nés avec une clef de sol dans le biberon. La musique coule dans leurs veines : Avec nos grands-parents et nos parents, nous avons toujours baigné dans le milieu artistique​.

Dans le groupe Hilenn Quartet, Xavier Hervo, (flûtiste et joueur de bodhrán) et Pierre Rouillé pratiquent de la cornemuse irlandaise, Yvon Hervo de la guitare électro-acoustique, et Jean-Luc de la basse. Les instrumentistes circulent à travers la Bretagne, transportent leurs mélodies celtiques, dans les festivals, les chapelles, les cafés associatifs etc. Le 17 juin 2022, ils se produiront en apéro-concert à Saint-Nicolas des Eaux et le 25 juin à la salle du Séniz, à Baden.

Le Bro Gozh de l’école des Fleurs à Languidic

Ouest-France, 15 mai 2022

Vendredi 13 mai 2022, toute la journée, l’école des Fleurs, à Languidic (Morbihan), a fêté les 20 ans de sa filière bilingue à l’occasion de la Semaine de la Bretagne. Des ateliers jeux bretons, danse, jeux de vocabulaire, chants ont été proposés à l’ensemble des élèves monolingues par les élèves et enseignants bilingues.

Vendredi 13 mai 2022, toute la journée, l’école des Fleurs, à Languidic (Morbihan), a fêté les 20 ans de sa filière bilingue à l’occasion de la Semaine de la Bretagne. Des ateliers de jeux bretons, danse, jeux de vocabulaire et chant ont été proposés à l’ensemble des élèves monolingues par les élèves et enseignants bilingues.

En ouverture du discours de Xavier Moison, chef d’établissement, le bagadig de Languidic, puis le chant breton Bro Gozh ma zadoù interprété par tous les élèves de l’école ont été appréciés du public. Puis d’autres chants ont ponctué le discours, accompagnés par Delphine Duchêne et par l’atelier musique traditionnelle de l’école municipale de musique.

Cinq classes aujourd’hui et près de 110 élèves

La filière a été ouverte en septembre 2001, sous la houlette de Thérèse Ellouët, alors directrice de l’école maternelle, et de Pierre-Yves Le Bourhis, de l’école élémentaire. Vingt-trois élèves de maternelle y étaient inscrits. Une filière qui s’est agrandie grâce aux compétences des enseignants et Asem bilingues, à la collaboration des collègues monolingues, aux soutiens de l’Apel et de l’Ogec, et aussi grâce à l’implication et à la volonté des anciens chefs d’établissement, Christian Padellec et Yannick Julé. Elle a vécu de nombreux temps forts : sons et lumières, séjours nature, théâtre à Tréglonou, spectacles, partenariats, semaine en breton….

Aujourd’hui la filière compte cinq classes qui accueillent 110 élèves, une filière bien intégrée dans l’école.

Cette journée, très appréciée par tous, s’est terminée par une exposition de photos qui a ravivé de nombreux souvenirs et par un verre de l’amitié organisé par l’Apel.

Le Bro Gozh des fanfares de Bretagne à Vitré

Ouest-France, 15 mai 2022

La musique des cuivres et des batteries a résonné dans les rues du centre historique de Vitré qui accueillait, ce dimanche 15 mai, le festival de Bretagne des fanfares. Les musiciens ont offert au public une parade festive… sous des trombes d’eau.

« Ce sera un miracle s’il ne pleut pas ! » En regardant le ciel qui soudain s’assombrit au-dessus de la place de la Gare, ce musicien de Moncontour croise les doigts. Mais rien n’y fait. Les premières gouttes tombent, quelques minutes avant le départ de la parade, temps fort du festival de Bretagne des fanfares, organisé ce dimanche 15 mai à Vitré.

De nombreux spectateurs ont pris place autour du rond-point de la gare, rue de la Borderie, puis rue Notre-Dame et en direction du château. Ils sortent les parapluies ou s’abritent comme ils peuvent devant une porte ou une vitrine.

Les notes des cuivres et des batteries retentissent, et la pluie s’abat encore plus fort sur les costumes et les instruments. La fanfare de Moncontour a ouvert la parade avec plusieurs morceaux entraînants. Suivie de la batterie fanfare du Pays de Fougères qui jouait avec « Roc’Fanfare » de Villamée – Mélé. « On est un groupe de 30 musiciens, de 10 à 87 ans », expliquait un des membres de Roc’Fanfare avant le départ.

Des concours niveau national et fédéral

L’aîné de la formation, c’est Pierre Juillard, qui a commencé à jouer quand il était gamin, « d’abord du clairon puis de la trompette ». Ce qu’il aime dans ce groupe, qui répète une fois par semaine le vendredi, c’est la musique évidemment, et l’amitié, « on est tous de bons copains », assure l’ancien maçon qui fabrique aussi des instruments de musique en bois.

Avant cette parade pour le public et le triomphe devant le château où toutes les formations ont joué quatre morceaux d’ensemble dont l’hymne breton Bro gozh ma zadoù, des concours avaient eu lieu dans la matinée. « Des concours de niveau national et fédéral, explique David Rouillé, coordinateur à la Fédération de Bretagne de batteries et fanfares qui organise ce festival. Certains orchestres venaient simplement pour être auditionnés, et avoir des conseils du jury. Et cet après-midi, on joue dehors pour le public. »

(….)

De Mordelles à Pleyber-Christ en passant par Baden, Quéven ou Rennes, on chante le Bro Gozh !

Quelques exemples de ces derniers jours ….

Ouest-France, le 10 mars 2022

Mordelles

L’association Orgue et musique accueillera la chorale Divertiflume le 20 mars. Ce moment musical sera l’occasion de marquer le 20e anniversaire de la chorale et la reprise de ses activités après plus d’un an d’interruption en raison de la situation sanitaire.

Les choristes, issus de différentes communes du territoire, se retrouvent à nouveau, tous les jeudis matin à L’Hermitage, pour préparer un programme concocté par leur chef, Pierre Gauthier.

Accompagnés par l’orchestre à cordes de la Flume dirigé par Marie Stanquic, les chanteurs interpréteront un répertoire éclectique, allant d’hymnes traditionnels comme Sakura ou le Bro Gozh ma zadoù à des airs classiques de Verdi. La chanson française ne sera pas oubliée avec des interprétations de Ferrat ou Aznavour.  Cet intermède musical est une invitation à se retrouver , indiquent les organisateurs.

20 minutes, le 17 mars 2022

Rennes

Le tifo sorti par les ultras du RCK lors du derby breton entre le Stade Rennais et le FC Nantes le 22 août 2021. – C. Allain / 20 Minutes

Stade Rennais-Leicester : Comment le glacial Roazhon Park est devenu chaud bouillant….

(….)

L’ambiance n’a pourtant pas toujours été aussi chaleureuse, route de Lorient. Le public rennais, réputé exigeant et spectateur, n’a pas toujours été enclin à se lever de son siège gris (ou bleu, ou vert). « Le public est à l’image de la Bretagne. Il est fidèle mais pas exubérant. Nous ne sommes pas les plus bruyants, mais nous avons toujours été là, même dans les moments difficiles », assume Gaël, supporter rennais depuis plus de quarante ans. Pour ce fidèle, le changement de nom et le remplacement des sièges en 2015 ont aidé à transformer le Roazhon Park. « C’est plus chaleureux. Avant, je trouvais l’ambiance froide. Maintenant, il a de la gueule, c’est devenu notre jardin ». Un exemple : les tifos extraordinaires du RCK. « Ça fait notre renommée dans le monde entier ! » Speaker du club depuis 2004, Alain Rousseau confirme. « Je pense que c’est une somme de petites choses. La couleur des sièges, le nom mais aussi la sonorisation ou les marqueurs comme le Bro Gozh. Je pense que le public rennais apprécie les joueurs qui s’identifient au club. On a eu Costil, Danzé, André. Aujourd’hui, il y a Bourigeaud, Laborde sans doute aussi ». Côté ambiance, le speaker apprécie particulièrement les jeudis soir, notamment depuis un match de qualification face à Astana. « L’affiche n’était pas folle mais tous ceux qui étaient là s’en souviennent. C’est ce match qui nous permet de voir Séville et Arsenal. Les émotions étaient fortes alors que par le passé, on en était un peu sevré ». (….)

Ouest-France, le 10 mars 2022

Quéven

Aux Arcs, mardi soir, Gérard Le Breton, Pierre Le Gal et Michel Le Coz ont conquis le public. | OUEST-FRANCE

Mardi, devant environ 150 personnes, réunies à la salle des Arcs de Quéven, le conférencier quévenois, Michel Le Coz, a retracé l’histoire de la langue bretonne depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours.

Le public attentif a été conquis par cet exposé intéressant et très séduisant. À la fin de la conférence, le public s’est levé pour chanter en chœur Bro Gozh ma Zadoù.

Il est resté debout par solidarité pour écouter et pour découvrir la vidéo d’un artiste ukrainien qui jouait l’hymne national d’Ukraine pour ses concitoyens réfugiés dans les couloirs du métro pour se protéger des bombes.

Ouest-France, le 23 mars 2022

Baden

L’hymne breton, le Bro gozh ma zadoù, a été interprété par les choristes du Chœur de Baden et joué par le bagad. | OUEST-FRANCE

Dimanche, la municipalité et huit associations ont piloté une fête avec scénographies, chants et danses dans un lieu unique à Pen-Mern : le lavoir et la fontaine Maria, dénommée ainsi sur un aveu de 1644 dans des écrits sur la seigneurie de Bois-Bas.

« Retrouvé grâce à des témoignages d’anciens du secteur, ce site a demandé 170 heures de travail à une équipe de bénévoles de l’association pour le nettoyer », a expliqué Joël Bignon, président du Panier badennois.

Il a, effectivement, fallu de longues fouilles et de difficiles travaux pour dégager le lavoir des pierres et de la terre qui le remplissait ; la fontaine a été plus facile à dégager.

La journée, qui a attiré plus d’une centaine de personnes, a débuté par l’hymne breton, le Bro Gozh ma Zadoù, chanté par les choristes du Chœur de Baden et joué par le bagad. L’après-midi, se sont succédé différentes animations.

Le Télégramme, le 24 mars 2022

Pleyber-Christ

Plus de masque, les choristes ont retrouvé le sourire ici avec la cheffe de choeur Yo Van Bouwel (à gauche)

Après deux mois d’interruption, la chorale Cantaree a repris de façon « normale » les répétitions le mercredi à partir de 19 h 45, sous la direction de Jo Van Bouwel, cheffe de chœur, assistée de Didier Dréau à la guitare. Une trentaine de choristes y sont inscrits. Ils résident pour la majorité à Pleyber-Christ et quelques-uns viennent de l’extérieur (Botmeur, Berrien, Plourin-les-Morlaix, Saint-Thégonnec-Loc-Eguiner, Plounéour-Ménez, Sainte-Sève, Saint-Martin-des-Champs et Morlaix).

Les quatre pupitres sont bien représentés (cinq ténors, cinq basses, sept altos et sept sopranos). Les apprentissages sur les voix et la respiration sont appréciés des participants.

Les choristes travaillent sur une nouvelle version de l’hymne national breton « Bro Gozh ma Zadoù » qui sera chanté à l’occasion de la Fête de la musique. Outre la participation à cet événement, la chorale envisage de se produire à la maison de retraite. Le déplacement à Lostwithiel, en lien avec le comité de jumelage, est toujours d’actualité.

Les personnes intéressées par le chant peuvent intégrer le groupe.

Pratique

Contact : tél. 06 26 92 08 90.

8 avril 2021: un Bro Gozh qui aura marqué les esprits

Ouest-France, le 28 décembre 2021

12/10/2021: Séance de Questions au Gouvernement Paul Molac dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, le mardi 12 octobre, lors de sa question sur le logement. Ouest-France

Ils ont marqué l’année 2021. Cette année, le député ploërmelais a donné son nom à une loi qui protège et promeut les langues régionales en France. Une cause qui lui était chère et qui lui apporte un nouveau crédit politique, avant les prochaines législatives.

« Avec le recul, oui, c’est une bonne année, parce que c’est un projet que j’avais en tête depuis 2012 et qu’il arrive à son aboutissement. » Ce 21 décembre 2021, dans sa permanence de Ploërmel, chatouillé par un vilain rhume et une question de journaliste, Paul Molac finit par trancher : au crépuscule de cette année 2021 qui l’a vu passer par toutes les émotions, il voit le verre à moitié plein.

Et pour cause : le député du Morbihan est devenu l’un des élus nationaux les plus identifiés parmi les défenseurs des langues régionales. Votée le 8 avril 2021, largement approuvée par l’Assemblée nationale, une loi qui porte son nom officialise leur protection et leur promotion. En transformant l’essai législatif, le natif de Ploërmel, fils d’agriculteurs, enseignant en lycée collège, ambassadeur trilingue du breton et du gallo, en est devenu le nouveau héraut. Ce jour d’avril, il marche sur l’eau, et chante le Bro gozh ma zadoù (l’hymne breton) avec plusieurs députés de la région, devant l’Assemblée nationale. « Cette loi, c’est l’union des minoritaires qui se sont retrouvés majoritaires. Une victoire aussi sur la technocratie.»

(….)