Le Bro Gozh pour Martial Ménard

Ouest-France, 12 septembre 2016

Un dernier « Kenavo » à Martial Ménard, figure de la langue bretonne

martial-menard

Martial Ménard

Le linguiste, lexicographe, éditeur et journaliste breton, chroniqueur dans le Dimanche Ouest-France, a été inhumé, ce lundi, à Lanrelas, d’où il était originaire.
Proches, collègues de travail, confrères, personnalités politiques… L’église de la petite commune de Lanrelas n’était pas assez grande pour accueillir tous les amis de Martial Ménard, ce lundi, venus lui dire un ultime « Kenavo ».

Décédé jeudi dernier, à l’âge de 65 ans, à l’hôpital de Quimper, il incarnait une figure de la langue bretonne, militant d’une Bretagne réunifiée, éminent linguiste, lexicographe… Mais également chroniqueur dans le Dimanche Ouest-France. (….)

« Prenez soin de la Bretagne, c’est le plus beau sceau d’amour que vous rendrez à Martial. »

Après avoir chanté, à la fin de la cérémonie religieuse, « Sainte-Anne, ô bonne mère », qui bénit « ses Bretons », les centaines de personnes présentes devant l’église ont entonné le Bro Gozh Ma Zadoù (Vieux pays de mes pères). Un hymne de la Bretagne qu’emporte avec lui Martial Ménard, dans son cercueil drapé du Gwenn ha Du.

martial-menard-ne-sera-pas-ferme

Cliquer sur la photo pour voir la vidéo.

Publicités

Vient de paraître: La trilogie des symboles bretons

Coop Breizh

Mikael Bodlore-Penalez vient de publier trois nouveaux petits livres chez Coop Breizh. Trois ouvrages à petit prix (5 €) pour tout comprendre au Gwenn-ha-Du, au Bro Gozh et au BZH…

De véritables manuels d’éducation populaire !

Symboles de Bretagne - GHD - couv.indd

En Bretagne, le Gwenn ha Du bénéficie d’un capital sympathie hors du commun pour un drapeau. Il est la force d’un peuple qui lutte pour la reconnaissance de son identité. La trilogie des symboles de Bretagne retrace de manière ludique, et parfois décalée, l’histoire de trois symboles bretons qui ont fait date : le Gwenn ha Du, le drapeau noir et blanc, le Bro Gozh ma Zadoù, l’hymne national et le BZH qui a fait le tour du monde. Dates clés, signification, sources d’inspiration, hommes qui en font la promotion et anecdotes ponctuent ce petit guide bien illustré.

Symboles de Bretagne - BZH - couv.indd

Trois petites lettres qui font le tour du monde. Le BZH, abréviation de Breizh (Bretagne en breton) est brandi tel un étendard, au point de le retrouver l’extension. bzh pour les sites internet bretons. La trilogie des symboles de Bretagne retrace de manière ludique, et parfois décalée, l’histoire de trois symboles bretons qui ont fait date : le Gwenn ha Du, le drapeau noir et blanc, le Bro Gozh ma Zadoù, l’hymne national et le BZH qui a fait le tour du monde. Dates clés, signification, sources d’inspiration, hommes qui en font la promotion et anecdotes ponctuent ce petit guide bien illustré.

 

Symboles de Bretagne - BGMZ - couv.indd

Le Bro Gozh ma Zadoù n’est pas un chant de guerre, mais un chant d’amour pour la Bretagne. Hymne national breton, il fait désormais partie du paysage, entonné lors des festivals ou des principales rencontres sportives. La trilogie des symboles de Bretagne retrace de manière ludique, et parfois décalée, l’histoire de trois symboles bretons qui ont fait date : le Gwenn ha Du, le drapeau noir et blanc, le Bro Gozh ma Zadoù, l’hymne national et le BZH qui a fait le tour du monde. Dates clés, signification, sources d’inspiration, hommes qui en font la promotion et anecdotes ponctuent ce petit guide bien illustré.

 

Bretons n°90: « Le Bro Gozh ma Zadoù, les 110 ans d’un hymne méconnu »

Bretons N°90, août-septembre 2013

Le magazine Bretons consacre 3 pages dans son numéro 90 au Bro Gozh, son histoire et son actualité avec les interviews de Pierrick Massiot, président du Conseil régional de Bretagne, Jérôme Poupard, directeur de la communication du Stade Rennais, l’historien Erwan Chartier et Jacques-Yves Le Touze pour le Comité Bro Gozh.

Double-Bro-Gozh

Choisi en septembre 1903 comme hymne national de la Bretagne, le Bro Gozh ma Zadoù est l’un des symboles de la région depuis 110 ans. Il a pourtant bien plus de mal à s’imposer dans la population que d’autres emblèmes, comme le Gwenn-ha-Du.

C’est le 9 mai 2009 au Stade de France. A Paris les équipes de football de Rennes et Guingamp se disputent la Coupe de France. « C’était la fête de la Bretagne » se rappelle Jérôme Poupard, directeur de la communication du Stade Rennais. Pour la première fois ce soir-là, un chant bien particulier résonne dans l’enceinte sportive où sont réunies 80000 personnes. Alan Stivell se saisit du micro et chante le Bro Gozh ma Zadoù, l’hymne breton.

(….)

Du côté des politiques, le Bro Gozh est aussi en train de conquérir sa place. Lors de la venue en 2011 du Premier Ministre gallois, les membres du Conseil régional, présidé à l’époque par Jean-Yves Le Drian, l’avaient entonné. L’actuel Président, Pierrick Massiot, l’affirme: « Je ne suis pas bretonnant. Néanmoins, je l’ai dans l’oreille même si je suis incapable de vous chanter les paroles. Il a une résonance historique mais aussi affective. Un hymne pour un territoire, c’est toujours une corde qui vibre à travers son histoire (….) Avoir un hymne, le connaître, c’est quelque chose de très fort ».

Alors bien sûr, des esprits chagrins existent toujours. Un hymne national, pour certains, c’est forcément dangereux. « C’est l’hymne de la Bretagne, c’est tout, il n’y a aucun drame à le jouer » balaye Jérôme Poupard. « Ce n’est pas parce qu’on chante un hymne national qu’il va y avoir la guerre ! Notre travail, c’est de rendre les gens relax avec ça » confirme Jacques-Yves Le Touze; (….)  » La Bretagne est ce qu’elle est parce qu’elle a une profondeur historique. Le Bro Gozh est un chant qui a 110 ans, qui a été reconnu comme chant de la Bretagne. C’est le seul qui est représentatif dans les moments intenses. Il est un des symboles du pays. Il peut être chanté par tous ceux qui aiment la Bretagne, tous ceux qui y vivent, s’y reconnaissent, ce chant est pour eux ».

Article de Maiwenn Raynaudon-Kerzerho

COUVS-Bretons-n-¦90-g+®n+®riqu

« Emsav »: à la lettre B, le Bro Gozh ma Zadoù

Dictionnaire critique, historique et biographique, par Georges Cadiou.

Dictionnaire critique, historique et biographique, par Georges Cadiou.

Vient de paraître aux Editions Coop Breizh, un livre du Quimpérois Georges Cadiou, Emsav, un dictionnaire très personnel consacré au mouvement breton.

A la lettre B, l’on trouve bien entendu le Bro Gozh ma Zadoù, présent par ailleurs dans de nombreux autres articles du livre.

Bro gozh ma Zadoù

L’hymne national breton. Il signifie en langue bretonne, « le vieux pays de mes ancêtres ». Il a été adapté par Taldir Jaffrennou en 1897 d’un chant gallois (« Hen Wlad fy Nhadau ») écrit par un tisserand Evan James, et mis en musique par son fils james, en 1856 à Pontypridd au sud du pays de Galles. C’est l’hymne gallois que l’on entend sur les terrains de rugbyà l’occasion du Tournoi des 6 Nations. le pasteur gallois William Jenkyn Jones apporte ce chant dans ses bagages lorsqu’il s’installe à Quimper en 1888. Il en fait même une adaptation en breton en 1895. C’est ce chant qu’a repris Taldir, en le modifiant légèrement.

Le « Bro goz » ( « Bro gozh » dans l’orthographe unifiée utilisée aujourd’hui) est décérté « chant national breton »  en 1903 à Lesneven au Congrès de l’Union Régionaliste Bretonne. mais il mettra beaucoup de temps à s’imposer en dehors du cercle restreint de l’Emsav. Aujourd’hui, il est reconnu comme hymne breton. Il a été joué puis chanté par Alan Stivell et la garde républicaine, lors de la finale bretonne de la Coupe de France de football, entre Rennes et Guingamp, au Stade de France, en mai 2009 ! Mikael Baudu a consacré un documentaire télévisé au Bro Gozh, retraçant son histoire et les débats qu’il a suscité.

L’histoire du Bro Gozh sur France 3 Bretagne

 

La série sur l’histoire du Bro Gozh, « Kan ar Galon », réalisée par Mikael Baudu sera à nouveau diffusée sur France 3 Bretagne tous les dimanches à partir du 8 juillet jusqu’au 12 août 2012, à 11h20.

Par ailleurs, la seconde édition du DVD « Kan ar Galon » est désormais disponible.

 

 

Livre. L’histoire bretonne contée en musique et Nolwenn Korbell y chante le Bro Gozh

Le Télégramme , 5 avril 2012

PHOTO CLAUDE PRIGENT / LE TELEGRAMME . MORLAIX (29) : Jean-Jacques Monnier et Olivier Callebot , livre audio sur l'histoire de la Bretagne .

Comment s’instruire sans peine? En écoutant les quatre CD de l’audio-livre de Jean-Jacques Monnier et Olivier Caillebot, «L’histoire de Bretagne pour tous». Ils invitent à une passionnante plongée dans700.000ans d’aventures humaines.

(….)

Jean-Jacques Monnier et Olivier Caillebot ont pu s’appuyer sur le travail du guitariste Didier Dréo, «le troisième homme». C’est lui qui a proposé à Nolwenn Korbell d’interpréter le «Bro gozh ma zadoù» dans le troisième CD. Des comédiens interviennent aussi.

(….)