Vannes, Brest, Rennes…le Bro Gozh à travers la Bretagne

Ce week-end, le Bro Gozh a été chanté tant à Vannes qu’à Brest et demain à Rennes.

Pour la rencontre du Stade Brestois contre le PSG, c’est Clarisse Lavanant qui a ouvert la rencontre vendredi par le Bro Gozh . Le Stade Brestois va-t-il suivre les exemples du Stade Rennais et du FC Lorient en ouvrant chacun de ses matches à domicile par le Bro Gozh ? Ce serait une excellent initiative.

Pendant ce temps-là, du côté du stade de la Rabine, le Rugby Club de Vannes rencontrait ses homologues de Jersey et retrouvait un stade plein avec Philippe Leray pour ouvrir la rencontre avec le Bro Gozh .

Enfin, ce dimanche , derby breton au Roazhon Park avec la rencontre entre le Stade Rennais et le FC Nantes avec en ouverture le Bro Gozh .

Le sport breton s’est emparé du Bro Gozh !

Derbys bretons: ouverture de la nouvelle saison avec Brest-Rennes et … Clarisse Lavanant

Signée en juillet 2019, la Charte des Derbys bretons rassemble les clubs bretons professionnels de football de Ligue 1 et de Ligue 2, la Région Bretagne, Sonerion, produit en Bretagne, le Comité Bro Gozh.

Véritable fête de la Bretagne , ce protocole des derbys bretons a été interrompu dès mars 2020 du fait de la pandémie; la rencontre Brest – Rennes aujourd’hui à 15h marque le retour de ce protocole même si quelque peu allégé pour cette première: drapeaux bretons distribués aux spectateurs et le Bro Gozh interprété par Clarisse Lavanant .

PHOTO CLAUDE PRIGENT / LE TELEGRAMME. MORLAIX (29) : Clarisse Lavanant , chanteuse .

Le Roazhon Park sans le Bro Gozh, c’est comme le beurre sans sel …..

Le Roazhon Park…… Ouest-France

Ouest-France, 8 janvier 2021

Depuis 2004, Alain Rousseau est le speaker du Stade Rennais. Avec la crise sanitaire, il doit animer un stade vide. Il raconte cette drôle de nouvelle en vie en attendant le retour du public au Roazhon Park.

C’est une vie de rituels. Il y a d’abord le Bro gozh ma zadoù – l’hymne breton – qui est repris en chœur par tout le stade. Puis les lumières se tamisent. La musique d’AC-DC commence à saturer les enceintes du Roazhon Park. Au bord de la pelouse, Alain Rousseau – speaker du Stade Rennais depuis 2004 – prend le micro pour annoncer la composition de l’équipe. Il lance les prénoms, le public scande les noms en retour. La sono embraye avec un morceau de musique électronique du groupe Justice, la pyrotechnie fait des étincelles, puis les joueurs entrent sur la pelouse. Le déroulé est le même pour chaque match au Roazhon Park. Une vie de rituels.

Mais, depuis le début de la crise sanitaire, tout est chamboulé. Les stades se sont vidés de leur public. Seuls restent les joueurs, les staffs, les journalistes, les jardiniers… et Alain Rousseau, même s’il a dû quitter le bord de la pelouse pour s’exiler en tribune. « Forcément on a dû s’adapter, raconte-t-il. On ne fait plus l’hymne breton et je n’annonce plus les compositions des équipes. En tribune, les journalistes ont déjà la feuille de match sous les yeux de toute manière. On a aussi éliminé la 35e minute. Tout cela donne parfois le sentiment d’assister à des matches amicaux de pré-saison. »

Alain Rousseau, le speaker du Roazhon Park – Ouest-France

« Sans saveur »

Depuis le début de la crise, certains clubs de Ligue 2 ou de rugby ont fait le choix de ne plus faire appel à leur speaker. Ce n’est pas le cas à Rennes. Alain Rousseau reste le gardien de l’ambiance, même si le stade sonne creux. « On ne va pas se mentir, c’est un peu feutré. Je parle avec une voix plus posée, sourit-il. Mais quand l’équipe marque un but je garde la même spontanéité. C’est la passion qui ressort. »

Des joueurs l’ont d’ailleurs remercié pour ça : « Ma voix est un repère familier pour eux. Quand l’équipe marque et que j’annonce le but, ça leur rappelle qu’ils sont bien à la maison, même si le public n’est pas là. » D’un point de vue purement protocolaire, sa présence est aussi impérative pour annoncer les minutes de silence ou les hommages d’avant match.

(….)

Rennes-Krasnodar : un Bro Gozh à s’époumonner

Ouest-France, 21 octobre 2020

Rennes – Krasnodar : 1-1. Les Rennais ont découvert la musique mythique de l’épreuve, hier soir. Mais ils ont oublié d’être réalistes. En C1, cela ne pardonne pas.

Dans la douceur d’une fin d’après-midi grisâtre, l’impatience se disputait à l’excitation chez les supporters rennais. Le grand jour tant attendu était enfin arrivé. Celui où le Stade Rennais avait rendez-vous avec son histoire.

Il suffisait d’entendre le kop rennais pour s’en convaincre. Une heure avant le match, alors que les abords du stade semblaient si calmes, que la mousse des tireuses de bières débordait à peine des gobelets, le chœur des Rouge et Noir s’est mis à chanter, à scander : « Aux armes », « Et tout le stade », « Qui ne saute pas » …

Étaient-ils vraiment 5 000 ? « Ils ont fait du bruit comme s’ils étaient 25 000 », admire Julien Stéphan, poussant de la première à la dernière minute. Ils ont même commencé bien avant, puisqu’ils ont embrasé la rocade de Rennes de fumigènes au passage du bus des joueurs.

Frisson immédiat

Le ton était donné. Et on n’avait pas encore eu droit au plus beau. Un « Bro Gozh » chanté à s’en époumoner, écharpes brandies fièrement comme cette identité bretonne revendiquée par le club, au point même d’inviter un bon crachin maison en deuxième mi-temps.

Et bien sûr, la fameuse musique de la Ligue des champions qu’on avait entendue partout dans Rennes, mardi, et qui une fois jouée à fond dans la sono a pris toute sa grandiloquence. Frisson immédiat. À en oublier presque qu’il y avait un match à jouer.

(….)

Derbys bretons: clubs et partenaires prêts pour la seconde édition

De gauche à droite: Arnaud Toudic (Kalon, En Avant de Guingamp), Malo Bouessel du Bourg (Produit en Bretagne), Romain Danzé (Stade Rennais), Jean-Michel Le Boulanger (Vice-président Conseil régional), Leslie Le Gal (Sonerion), Jacques-Yves Le Touze (Comité Bro Gozh), Grégory Pelleau (Stade Brestois), Pierre Pouliquen (Vice-président Conseil régional), Samuel Lothoré (FC Lorient), Jean Nezou (La Nuit des Etoiles), Goulven Julien (La Nuit des Etoiles. Excusés: Julien Boucher (Stade Rennais), Baptiste Huriez (FC Nantes) .

Jeudi dernier au Conseil régional de Bretagne à Rennes se réunissaient représentants des clubs de football professionnels de Bretagne et des partenaires de l’Opération Derbys bretons.

Forts du succès de la première édition lancée le 30 août 2019 au stade du Moustoir par une rencontre entre Lorient et Guingamp ( mais malheureusement interrompue en mars 2020 du fait de la pandémie de Covid 19), les clubs professionnels bretons, le Conseil régional de Bretagne, Produit en Bretagne, La nuit des Etoiles, Sonerion et le Comité Bro Gozh ont préparé la seconde édition des Derbys bretons tout en tenant compte des règles imposées par la situation sanitaire.

Bro Gozh, bagad, grand drapeau breton, gwenn-ha-du offerts, tous ces éléments qui ont fait la réussite de la première édition seront présents avec cependant quelques évolutions pour tenir compte de la situation.

Les dates des derbys bretons :

Brest – Lorient, 20/09/2020
Nantes – Brest, 18/10/20
Rennes-Brest, 01/11/2020
Lorient – Nantes, 08/11/20
Lorient – Rennes, 20/12/20
Nantes – Rennes, 06/01/20
Brest – Rennes, 20/01/21
Rennes – Lorient, 03/02/21
Nantes – Lorient, 21/03/21
Lorient – Brest, 04/04/21
Rennes – Nantes, 11/04/21
Brest – Nantes, 02/05/21

Et ne pas oublier d’utiliser sur les réseaux sociaux #DerbyBreton  #DerbiBreizh !