2023… le pays de Galles à Vannes grâce au Bro Gozh ?

L’équipe nationale de Galles en 2018.

Le Rugbynistère, 2 mars 2021

Attention… article humoristique !

En 2023, les meilleures nations de l’ovalie s’installeront en France pour plusieurs semaines lors de la Coupe du monde. Quel serait leur camp de base idéal ?

(….)

Pays de Galles – Vannes

On le sait, le pays de Galles a beaucoup de points communs avec la Bretagne : une météo capricieuse, un patois local incompréhensible et une passion pour les breuvages alcoolisés. C’est donc en toute logique que le XV du Poireau devrait se sentir comme à la maison à Vannes. En plus, les supporters du RCV ont déjà l’habitude de chanter le Bro gozh ma zadoù, version bretonne du célèbre Land of my fathers.

(….)

Les Zazous du Bro Gozh ……

Ouest-France, 27 février 2021

Midi Z’olympique

Le bihebdomadaire Midi Olympique, spécialisé dans le rugby, a publié une brève dans son édition de lundi, sur le RCV. Sous l’intitulé « Hymne breton envers et contre tout », on pouvait lire : « Depuis l’avènement du RCV dans le monde professionnel, chaque rencontre de Pro D2 à La Rabine est précédée de l’hymne breton, « le Bro Gozh ma Zazou » repris en chœur par le public » Ma doué ! Le Bro Gozh ma quoi ? Les Zadoù (pères) qui s’font traiter de Zazou. Drôles de zozos au Midi Z’olympique !

(….)

À Vannes, il chante le Bro Gozh dans un stade vide

Comme à chaque match du RCV à domicile, Philippe Le Ray a entonné l’hymne breton avant le coup d’envoi, ce vendredi soir.

Ouest-France, 4 décembre 2020

Comme à chaque match du RCV à domicile, Philippe Le Ray a entonné l’hymne breton avant le coup d’envoi, ce vendredi soir. Mais pour le chanteur, le plaisir n’est plus le même dans un stade vide de supporters, à cause des restrictions sanitaires. « C’est un manque terrible. D’habitude, le public reprend avec moi le refrain. Ça fait très bizarre », explique celui qui supporte le RCV depuis 28 ans, à l’époque en Fédérale 3, et qui a donc connu trois montées. Pour autant, Martin Michel, le directeur général du club, tient à ce que cette tradition d’avant-match soit respectée… De quoi donner des forces aux Vannetais qui affrontaient Montauban !

Vannes. Les supporters du RCV retrouvent le Bro Gozh !

Ouest-France, 4 septembre 2020

La Rabine a retrouvé sa fièvre du vendredi soir avec la reprise du championnat de Pro D2 même si le Covid et l’avancée de l’heure des matchs à 19 h l’ont privé de faire le plein. L’ambiance y était !

Le penn soner du bagad de Vannes Étienne Chouzier a chauffé l’ambiance avant le Bro gozh repris par les supporters en tribune. | OUEST-FRANCE

« On va faire comme si nous étions 8 000 ! » S’ils n’étaient qu’un peu moins de 5 000 à retrouver les tribunes de la Rabine pour le premier match à domicile de la saison de Pro D2, les supporters du Rugby-club de Vannes ont réussi à se faire entendre malgré le filtre du masque obligatoire. « Enfin ! », souffle Gérard Dubreuil qui brandit son drapeau bleu et blanc depuis deux ans dans la tribune Nord.

« Ni Breizhiz a galon karomp hor gwir vro… » A 19 h, le Bro gozh ma zadoù raisonne enfin dans la Rabine. Les supporters cherchent sur la pelouse son chanteur Philippe Leray, mais il est resté en tribune. Une des nombreuses mesures imposées par le nouveau protocole « Covid ». Qu’importe, l’émotion est la même et à l’oreille, difficile de percevoir les 3 000 voix manquantes. C’est que les supporters n’ont pas vu jouer les hommes de Jean-Noël Spitzer depuis le 28 février dernier en compétition. « Nous étions 2 000 la semaine pour le match amical contre Angoulême, ça nous a permis de retrouver l’ambiance », apprécie un supporter.

Dans la tribune d’honneur, la direction note que cette première rencontre a aussi permis de mettre en musique ce premier match du championnat à domicile. Et comme les percussionnistes de l’Erming glas, le club des supporters du RCV, ou du penn sonneur Étienne Chouzier venu chauffer l’ambiance avec sa cornemuse, les supporters se sont mis au diapason. « Il y avait 5 000 personnes, mais en ressenti, on était bien à 8 000 ! », s’amuse un amateur de prévisions météo qui prévoit encore une belle saison pour le RCV. Les joueurs ont confirmé avec une première victoire à domicile.

Confinement : le Bro gozh ma zadoù jazzy de Philippe Leray

Le Télégramme, 22 avril 2020

L’hymne breton, version jazzy. C’est la dernière production de Philippe Leray, chanteur bien connu des spectateurs du stade de la Rabine, qui entonne le Bro Gozh Ma Zadoù, à chaque match du RCV. Il vient d’en produire une version très personnelle, pour répondre à l’appel du comité Bro Gozh Ma Zadou.

C’est l’opération « Bro Gozh ». Ça sonne comme un nom de code, mais ça ressemble plutôt à un ralliement. Bretons du monde entier, confinés à domicile, par la faute d’un vilain virus, ralliez-vous sous le panache de l’opération « Bro Gozh », lancée dans le cadre de la pandémie du coronavirus, par le comité éponyme, chargé de promouvoir, à travers la planète, l’hymne breton. Chaque Breton, du fond de son confinement, peut enregistrer sa version de l’hymne et poster le résultat sur le site du comité Bro Gozh Ma Zadoù. Un tel appel ne pouvait rester oreille morte, quand on s’appelle Philippe Leray, que l’on chante, depuis quatre ans, à chaque match à domicile du RCV, le Bro Gozh Ma Zadoù et surtout qu’on le fait chanter à tout un stade, à gorge déployée.

« De façon très spontanée »

« J’ai enregistré cette version dimanche matin », explique Philippe Leray. « De façon très spontanée. Je trouvais plutôt sympathique l’idée du comité de faire participer les gens et de les inciter à produire leur version de l’hymne breton. J’ai d’abord chanté la version classique, celle que je chante à la Rabine, et puis je me suis mis au piano, afin de produire une version plus jazzy. J’ai fait ça en dilettante, de façon très spontanée ».

La version de Philippe Leray va rejoindre celles de Nolwennn Korbell, JC Guichen, celle, venue de Lyon d’une jeune chanteuse confinée, ou d’un chanteur quimperlois. Ça permet aussi de patienter jusqu’au prochain match à domicile du RCV, qui finira bien par arriver un jour. Car comme le reconnaît volontiers Philippe Leray, « ce qui manque, c’est l’ambiance de la rabine et le spectacle qu’offrent les joueurs ».