Rugby club de Vannes : quand le stade de La Rabine vibre au son du « Bro Gozh »

Actu.fr, 11 octobre 2019

Avant chaque rencontre à domicile du Rugby Club de Vannes (Morbihan) en Pro D2 au stade de La Rabine, Philippe Leray interprète le « Bro Gozh ».

Philippe Leray sur la pelouse du stade de La Rabine à Vannes (Morbihan). Quelques minutes avant qu’il interprète le « Bro Gozh ». (©Actu Morbihan)

Les voitures défilent lentement sur le port de Vannes (Morbihan) alors que des centaines de personnes marchent dans une et même direction, ce vendredi 4 octobre 2019.

Aucun doute, c’est un soir de match à La Rabine. Ce soir-là, le Rugby Club Vannes (RCV) accueille Aurillac (Cantal) pour le compte de la sixième journée de Pro D2. Le coup d’envoi sera donné à 20 heures. Et à une demi-heure de la rencontre, Philippe Leray se tient là, au pied de la tribune honneur.

Comme tous les soirs de match à domicile depuis maintenant quatre ans, il attend qu’on lui ouvre le portail pour accéder à la pelouse. Les tribunes se remplissent petit à petit alors que le bagad d’Auray fait un tour de stade pour réchauffer l’ambiance.

L’entrée sur la pelouse

Il est 19 h 45, Philippe Leray entre sur le bord de la pelouse. Il salue le staff, lève la main en direction des tribunes et patiente tranquillement, sereinement. Il attend son moment. Le speaker fait monter l’ambiance avant d’annoncer les compositions d’équipes. Il est 19 h 56, les joueurs ne vont pas tarder à entrer sur le terrain et le speaker indique : « Il est l’heure du Bro Gozh avec Philippe Leray. »

Sous les applaudissements, ce dernier se rend au milieu de la pelouse et récupère le micro. Après une bouffée de respiration, il entame le « Bro Gozh » et le stade fait silence.

Il finit sa prestation la main sur le cœur. Le stade applaudit chaleureusement, Philippe Leray salue à nouveau la foule et regagne les tribunes pour suivre la rencontre avec ses amis.

Supporter du RC Vannes depuis 26 ans, Philippe Leray, 58 ans, revient sur cette désormais tradition :

Quand le RCV est monté en Pro D2, le directeur général de l’époque m’a contacté moi et mon ami Stéphane Le Follic pour monter des animations autour du stade afin de mettre en avant la culture bretonne dans le monde professionnel du rugby. Et donc, dès le premier match à domicile, il fallait faire des essais micro. Et j’ai chanté le « Bro Gozh ». Il est venu me voir en me demandant si je me sentais capable de le chanter à tous les matchs devant le stade plein.

Des touches de la culture bretonne

Cette proposition, Philippe n’a pas hésité à l’accepter :

J’ai une formation de chanteur lyrique. J’ai été pendant quinze ans soliste baryton dans une compagnie amateur de Vannes.

Les deux amis ont également répandu la culture bretonne en diffusant des jingles lors des essais ou pour annoncer la mi-temps. « C’est l’extrait d’un CD du bagad de Lann Bihoué », sourit Philippe. « On a essayé de ramener des touches de la culture bretonne. » Et elle s’y ressent.

« On sent que ça monte, c’est extra »

Entouré du meilleur public de France — élu lors de la Nuit du Rugby par la Ligue Nationale en septembre 2018 — Philippe Leray, ressent une ambiance particulière lors de son interprétation : « Dès que le refrain arrive, on sent que ça monte, c’est extra. »

S’il doit ressortir un souvenir particulier, c’est le dernier match de la première saison : « Il nous fallait absolument une victoire pour se sauver. C’était face à Bourgoin-Jallieu. Avoir eu le privilège d’effectuer ce dernier chant de la saison où on a donc assuré le maintien pour notre première saison en professionnel, c’était une fierté. »

NPBGmZ: pour mémoire, le RCV a reçu en septembre 2017 le Prix Bro Gozh.

Le Bro Gozh pour la rencontre Séné FC – FC Lorient

Photo Ouest-France

Petit évènement dans le monde du football breton, ce samedi 2 décembre 2017, au stade de la Rabine à Vannes: le Séné FC recevait le FC Lorient dans le cadre de la Coupe de France de football. Le club lorientais s’imposait logiquement 6 à 1 contre les Sinagots.

Devant plus de 6000 spectateurs, cette rencontre a commencé au son du pipe-band de Vannes, suivi, comme il se doit à La Rabine, par le Bro Gozh ma Zadoù interprété par Philippe Le Ray .

Espérons que le Bro Gozh aura enfin toute sa place au stade du Moustoir de Lorient suite à cette expérience vannetaise. Le Comité Bro Gozh a écrit en ce sens à la direction du FCL .

RCV et Bro Gozh: ambiances à La Rabine vendredi 22 septembre.

Merci à Hervé Le Gwenn pour ces différentes vidéos qui donnent un aperçu de l’ambiance extraordinaire qui régnait à La Rabine vendredi 22 septembre dernier.

Le Bro Gozh à la suite de la remise officielle du Prix Bro Gozh à l’espace Partenaires du RCV, conduit par Philippe Le Ray.

La remise du Prix cette fois-ci devant les 9000 spectateurs de La Rabine.

Le public , le 16ème homme de l’équipe du RCV.

Clap de fin.

 

RCV : le Bro Gozh, un hymne devenu incontournable…par hasard.

Phlippe Le Ray interprétant le Bro Gozh à la Rabine. Photo Ouest-France.

Ouest-France, 21 septembre 2017

C’est lors de la montée en Pro D2 que le Bro Gozh ma Zadoù a fait véritablement son entrée au stade de la Rabine à Vannes. Presque par hasard, comme le rappelle Philippe Le Ray, membre de l’équipe d’animation, supporter du RCV depuis 24 ans, et à l’origine de ce phénomène vannetais.

« En fait, je l’avais déjà chanté lors de la montée en Fédérale 1. Et puis, lors du deuxième match à La Rabine, en Pro D2, il fallait faire un test micro. J’ai alors décidé de chanter le Bro Gozh« . Les dirigeants ont apprécié et c’est devenu désormais un moment incontournable des matchs de rugby. « Spontanément, on voit des supporters se lever et mettre la main sur le cœur »..