Coupe du monde de rugby: quand Bryn Terfel donne des leçons de chant à l’équipe nationale galloise

Comme tout le monde a pu le constater, au pays de Galles, le chant et le rugby sont indissociables . Afin de renforcer ce lien ancestral, Warenn Gatland, l’entraîneur néo-zélandais de l’équipe de Galles, a demandé au célèbre Bryn Terfel, baryton gallois de renommée mondiale , de donner quelques leçons de chant aux joueurs gallois, notamment avec l’hymne national, le Hen Wlad ( le Bro Gozh galllois ) mais pas que .

Bryn Terfel

Radio Classique, 4 octobre 2019

Si le XV de France se qualifie pour les ¼ de finale de la Coupe du monde de rugby qui se déroule au Japon, il y a de grande chances qu’il affronte le 20 octobre l’équipe du Pays de Galles. Et s’il est difficile de savoir qui va gagner sur la pelouse, il est un domaine dans lequel les Gallois sont certains de s’imposer c’est dans l’interprétation des hymnes grâce notamment à la séance de coaching dont ils ont pu bénéficier avec Sir Bryn Terfel, le célèbre baryton-basse britannique d’origine galloise.

Le chœur gallois de Bryn Terfel

Voir la vidéo en cliquant sur l’image ci-dessous.

Résultat de recherche d'images pour "bryn terfel wales rugby team radio classique"

Avec son 1,93 m et ses larges épaules, Bryn Terfel, natif de Pant Glas dans le nord du Pays de Galles et qui a joué n°8 au collège, a le gabarit et l’expérience du rugby qui auraient pu lui permettre de porter le maillot marqué du poireau des dragons rouges mais à 53 ans, c’est sur les scènes des opéras du monde entier qu’il a acquis sa notoriété grâce, notamment, à sa puissante voix de baryron-basse et sa présence « imposante ». On se rappelle son duo avec Roberto Alagna dans « Les pêcheurs de perles » de Bizet. Mais quand on est Gallois, le rugby et le chant ne sont jamais loin. Bryn Terfel avait d’ailleurs chanté avec Shirley Bassey, elle aussi Galloise (comme Tom Jones, John Cale et Bonnie Tyler !), en ouverture de la Coupe du Monde 1999 à Cardiff. C’est donc sans hésitation qu’il a accepté la proposition de l’encadrement de l’équipe de rugby du pays de Galles qui lui a demandé de venir préparer et motiver les joueurs afin qu’ils soient aussi les meilleurs pour interpréter leur hymne et les chants traditionnels entonnés lors de la Coupe du Monde de rugby au Japon.

Bryn Terfel demande aux rugbymen gallois de chanter pour leur pays

Le chanteur s’est donc rendu début septembre au camp d’entrainement de l’équipe galloise à Hensol près de Cardiff où il a pu rencontrer les joueurs et leur faire travailler l’interprétation de l’hymne gallois, le fameux « Land of my father » (Hen Wlad fy Nhadau en Gaélique) mais également les chants traditionnels « Calon Lan » et « Lawr ar Lan y Môr » qui sont chantés lors des cérémonies officielles. Au cours de cette répétition, Sir Bryn Terfel, qui était accompagné au piano par le 1/2 d’ouverture Rhys Patchell, a donné des conseils purement techniques au joueurs emmenés par leur capitaine Alun Wyn Jones, désigné chef de chorale pour l’occasion, mais le chanteur leur a surtout demandé de chanter avec plaisir, d’être « happy », et de chanter à l’unisson pour leur pays.

(….)

 

Coupe du Monde de Rugby: 15000 Japonais chantent l’hymne national gallois

'I've never experienced anything like it' - 15,000 Japanese fans sing up for Wales

Alors que Vannes et son club de rugby se positionnent pour héberger en 2023 l’équipe nationale galloise pour la Coupe du Monde de Rugby, retour sur un évènement qui a marqué les joueurs gallois et les Gallois du monde entier, 15000 Japonais chantant le Hen Wlad, le Bro Gozh gallois. De quoi inspirer les organisateurs vannetais qui savent déjà « faire », et même très bien, avec le Bro Gozh.

Ce qui est vrai pour le Pays de Galles l’est aussi pour l’ensemble des autres équipes nationales présentes au Japon pour la Coupe du Monde de Rugby: chaque ville accueillant une équipe a mis en place le nécessaire pour faire apprendre l’hymne du pays accueilli, tuto sur le web, répétitions, etc…

Ce qui a donné lieu à certaines piques galloises du genre « Quand les Anglais nous disent que notre langue est imprononçable et que des Japonais chantent en gallois … » On pourrait d’ailleurs dire la même chose de ceux qui reprochent au Bro Gozh d’être en breton et d’en prendre prétexte pour ne pas le chanter ……

World Rugby, 16 septembre 2019

‘I’ve never experienced anything like it’ – 15,000 Japanese fans sing up for Wales

‘It’s astonishing,’ says former Wales captain Ryan Jones, as Kitakyushu Stadium becomes a sea of red for open training session.

KITAKYUSHU, 16 Sep – Wales turned the « city without a game » into a sea of red as their Rugby World Cup preparations were given a remarkable lift-off on Monday.

About 15,000 locals filled the Kitakyushu Stadium to watch the players complete a rigorous workout, having greeted their appearance with a rousing rendition of the Welsh national anthem, Mae Hen Wlad Fy Nhadau (Land Of My Fathers).

The crowd, with huge numbers wearing Wales rugby jerseys and waving red dragon banners, also sang Calon Lan, the hymn closely associated with the sport in Wales, from lyric sheets with Japanese lettering.

« I’ve never experienced anything like this in my career. It’s astonishing and really emotional, » said former Wales captain Ryan Jones, who is now performance director at the Welsh Rugby Union (WRU).

« The dream when we started this was to turn the city red and we’ve done that. They weren’t a host city and we wanted to bring the Rugby World Cup to them.

« Let’s put it into context. This isn’t a game, it’s a training session. It’s a Monday afternoon and there are around 15,000 people here. It has exceeded all our expectations.

« It’s been like hosting a party. We got up this morning and we were saying ‘oh, I hope it goes well and people will turn up’. Then to see the queues and the players’ faces when they came out, it was just magic. »

Jones, who won three Six Nations grand slams, has led coaching trips to Kitakyushu after the city missed out on staging a game, and approached the WRU with the offer of hosting the squad.

The city has embraced the team, with the Welsh dragon painted on buses, ‘Go Go Wales’ banners everywhere and locals walking around in Wales kit.

Queues, at times almost 1km long, formed outside the stadium on Monday, forcing Wales to delay the start of the training session.

« Seeing the players’ faces here, they didn’t comprehend it, » said Jones. « They have never seen anything like that and will remember it forever. »

 

Quand le Bro Gozh ma Zadoù réunit Bretons et Gallois

Les chœurs gallois The Cardigan Rugby Club Choir, dirigés par Rhian-Medi Jones.

Les chœurs gallois The Cardigan Rugby Club Choir, dirigés par Rhian-Medi Jones.

Le Télégramme, 6 août 2019

La nef de l’église Saint-Émilion a accueilli plus d’une centaine de spectateurs lors du concert du chœur gallois, aussi appelé le Côr Meibion Clwb Rygbi Aberteifi. Cette chorale est composée surtout d’hommes mais aussi de quelques femmes, et en particulier de deux très jeunes filles. Leurs chants ont résonné sous la voûte de l’église donnant parfois la chair de poule, notamment quand une jeune chanteuse a chanté a cappella.

Le final a réuni Bretons et Gallois lors de l’interprétation de l’hymne breton, le « Bro Gozh ma Zadoù », pour moitié en breton et pour moitié en gallois. Une même musique, une même ferveur pour un chant qui parlait à l’ensemble de l’auditoire et repris avec une émotion partagée.

Une première pour l’association Ti an Arzourien que ce concert gallois qui pourrait peut-être se renouveler d’ici un an ou deux au vu des difficiles séparations après la « troisième mi-temps » et des promesses échangées.

Carnoët: le Bro Gozh pour Saint Dewi

Sébastien Minguy, directeur de la Vallée des Saints, à Carnoët, devant la statue de Komgall, l’un des saints installés cette année.

Sébastien Minguy, directeur de la Vallée des Saints, à Carnoët, devant la statue de Komgall, l’un des saints installés cette année. | OUEST-FRANCE

Ouest-France, 7 août 2019

Le Kan Ar Vein, chant des pierres, aura lieu ce dimanche sur le site de Carnoët (Côtes-d’Armor). Le temps fort de l’année, marqué par l’inauguration de la statue de saint David, venue par bateau du pays de Galles.

La Vallée des saints de Carnoët (Côtes-d’Armor) poursuit son ascension parmi les destinations incontournables de Bretagne. En 2018, 430 000 visiteurs ont découvert l’ambiance si particulière du site, où plus d’une centaine de statues toisent un horizon où se dessinent les monts d’Arrée et la forêt du Fréau.

L’an dernier, à la même époque, une centième statue, celle de Saint-Piran, était inaugurée en grande pompe à l’arrivée de son périple, depuis les Cornouailles. Une aventure, « La traversée des Géants », qui consiste à faire sculpter un saint dans un pays celtique, puis à l’amener par bateau vers la Bretagne. Ce dimanche, 18 nouvelles statues seront célébrées, dont celle de Saint David (Dewi), en provenance du Pays de Galles. Une date qui coïncide avec celle du Kan Ar Vein, le chant des pierres, temps fort de l’année pour la Vallée.

Dès 10 h, un marché d’artisans (14 exposants : sabotiers, métiers anciens, bijoux, produits de la ferme) sera installé. De 10 h 30 à 19 h, un fest deiz animera la journée, avec notamment la chanteuse galloise Ffran May et le breton Joël Guena. Ils livreront leurs mélanges pop, jazz et celtiques, en compagnie de nombreux autres artistes… Tandis que le cercle celtique de Morlaix initiera les spectateurs à la danse. À 14 h 15 et 16 h 30, deux conférences d’une heure (sur les princesses bretonnes et sur Saint Dewi), seront présentées.

À 15 h 15, le Bagad de Bourbriac emmènera l’assemblée vers Saint Dewi : Le sculpteur Paul Kincaid présentera puis dévoilera son œuvre. Après des lectures de poèmes et cérémonies druidiques, l’hymne national du Pays de Galles, puis le Bro gozh ma zadou (hymne breton), seront chantés. Vers 16 h 30, chacun pourra assister à différentes cérémonies organisées par les mécènes, devant la statue qu’ils ont financée. Enfin, à 18 h, un concert de harpe et de chant sacré celtique sera donné à la chapelle.

La Vallée pourrait également connaître une annonce étonnante : le site projette un jumelage avec l’île de Pâques, et ses gigantesques statues moaï. Un attaché culturel de l’ambassade du Chili sera présent : des sculpteurs de moaï participeront peut-être, bientôt, à l’extension de la Vallée des Saints.

Le Dragon et l’Hermine, célébration des liens entre Bretagne et pays de Galles

Ouest-France, 21 mai 2019

L’image du jour

Le Dragon et l’Hermine a été interprété à Océanis.

Dans le cadre de la Fête de la Bretagne, du 17 au 24 mai, un concert avec l’Ensemble choral de Bretagne et l’Orchestre des pompiers du Morbihan s’est déroulé à Océanis. Ils ont interprété Le Dragon et l’Hermine.

Le discours d’ouverture en gallois célébrait les liens ancestraux entre la Bretagne et le pays de Galles.

L’ensemble choral composé de 90 chanteurs et chanteuses issus de 18 chorales a débuté la première partie par la cantate An Aval hag ar C’haliz.

En deuxième partie, l’Orchestre et le Bagad des pompiers du Morbihan ( harmonie de cuivres et percussions) ont interprété des airs émouvants, Green Land, Highland Cathedral et d’autres pour finir sur Amazing Grace. En commun, ils ont continué sur un répertoire composé de chants gallois sur des paroles en breton.

Pour le final, le public s’est levé lors de l’interprétation du Bro Gozh ma Zadoù et a obtenu un rappel grâce aux applaudissements nourris.

300 spectateurs ont assisté, dimanche, à la première du spectacle « Le Dragon et l’Hermine », à Océanis, à Ploemeur.

Le Télégramme, 22 mai 2019

Dimanche après-midi, Océanis a accueilli la première du spectacle « Le Dragon et l’Hermine », avec l’ensemble choral Kanomp Breizh, dirigé par Jean-Marie Airault, et l’orchestre des pompiers du Morbihan, sous la baguette d’Alain Sanchez. En ouverture, la cantate An Aval ar C’haliz, de Patrick Corlay, a été interprétée par les 90 choristes de l’ensemble choral de Bretagne. En seconde partie, l’orchestre et le bagad des pompiers du Morbihan ont joué de grands classiques bretons et gallois.

L’orchestre d’harmonie et le chœur ont proposé ensuite un répertoire composé de chorals gallois sur des paroles en breton. Le spectacle s’est terminé sur le Bro Gozh ma Zad devant un parterre de 400 spectateurs debout pour chanter cet hymne avec les ensembles.

Le Bro Gozh en final du concert Le Dragon et l’Hermine, le 19 mai à Ploemeur.

C’est le jour de la St Yves, le patron de la Bretagne, dimanche 19 mai dernier, qu’était présenté en avant-première le spectacle Le Dragon et l’Hermine proposé par l’Ensemble Choral de Bretagne (Kanomp Breizh) sous la direction de Jean-Marie Airault ainsi que l’orchestre et le bagad des pompiers du Morbihan sous la direction d’Alain Sanchez .

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Accueilli par l’Océanis avec le soutien de la ville de Ploemeur dans le cadre de la Fête de la Bretagne, le spectacle a été suivi par près de 400 spectateurs ravis de ce voyage musical entre pays de Galles et Bretagne, présenté par le poète brito-gallois Aneirin Karadog et qui s’est clôturé par l’hymne national breton et gallois accompagné par l’ensemble des spectateurs debouts.

Les organisateurs, Kanomp Breizh, l’orchestre des pompiers du Morbihan, le Comité Bro Gozh comptent représenter ce spectacle dans les mois à venir dans différentes villes de Bretagne.

Fête de la Bretagne. Le Dragon et l’Hermine, dimanche à Océanis

Le Dragon et l’Hermine, un spectacle tout en rythmes et en couleurs pour la Fête de la Bretagne.

Le Dragon et l’Hermine, un spectacle tout en rythmes et en couleurs pour la Fête de la Bretagne.

Le Télégramme, 17 mai 2019

Dimanche 19 mai à 17 h, l’Océanis de Ploemeur présente, dans le cadre de la Fête de la Bretagne, « Le Dragon et l’Hermine ». Ce spectacle mettra en scène l’ensemble choral Kanomp Breizh, dirigé par Jean-Marie Airault, et l’orchestre des pompiers du Morbihan sous la houlette d’Alain Sanchez.

En ouverture, la cantate An Aval ar C’haliz sera interprétée par les 90 choristes de l’ensemble choral de Bretagne. La cantate, écrite par Patrick Corlay, retrace la période de basculement de l’ancienne religion des Celtes à la nouvelle religion chrétienne au Ve siècle, au moment où elle a envahi la Bretagne et l’Armorique. En seconde partie, l’orchestre et le bagad des pompiers du Morbihan joueront de grands classiques.

Au final, l’orchestre d’harmonie et le chœur se rejoindront pour un répertoire composé de chorals gallois sur des paroles en breton. Ces mélodies bien connues des Bretons et souvent assimilées à des airs traditionnels ont été collectées outre-manche et ont trouvé leur juste place dans le patrimoine chanté de Bretagne. Le spectacle se terminera sur le Bro Gozh ma Zadoù.

Pratique
Dimanche 19 mai à 17 h, à Océanis. Tarifs : de 6 à 13 euros. Réservations France Billet (Fnac, Carrefour…), Ticketnet (Leclerc), Océanis et Sillage.