Vannes: le Bro Gozh gravé sur un banc !

De gauche à droite, Irène Frain, David Robo, maire de Vannes, Patrick Mahé, président du salon du livre de Vannes.

Ville de Vannes

C’est un nouveau poumon vert qui voit le jour Place Anne de Bretagne, devant le Palais des Arts ! Un espace où il fera bon pique-niquer, déjeuner le midi, bouquiner un livre emprunté à la médiathèque, juste à côté, permettant aussi de mettre en valeur le Palais des Arts qui a fêté à l’automne ses 50 ans. Ce nouvel espace pourra accueillir des spectacles en plein air, comme des lectures des Médiathèques, des ateliers pour les enfants et des représentations des Scènes du Golfe.

(….)

Nouveauté : se prélasser sur deux bancs livres sérigraphiés sur le thème de la mer et de la Bretagne et admirer la sculpture de Martine Kerbaol

La Municipalité a souhaité faire un clin d’œil en installant deux bancs livres, les premiers à Vannes, en face de la Médiathèque du Palais des Arts !  Le premier est sérigraphié d’un texte écrit sur le thème de la mer par Irène Frain, femme de lettres, romancière et marraine de Livr’à Vannes ; le deuxième de l’hymne breton, le Bro Gozh.

L’espace accueillera également la sculpture de Martine Kerbaol, qui était jusque-là des habitués de la Médiathèque du Palais des Arts dans le patio, et désormais visible par le plus grand nombre.

Carillon de l’Hôtel de Ville de Vannes : à quand le Bro Gozh ?

Hôtel de ville de Vannes

Le Télégramme, 26 février 2020

Il est midi. L’estomac gargouille et il va être l’heure d’aller déjeuner. Le carillon de l’Hôtel de ville me le rappelle sur un ton un tantinet… militaire : il suffirait de changer les cloches par un clairon pour se croire… dans la cour d’une caserne. Certes, la mélodie, limitée par le petit nombre de cloches (trois), ne permet pas une grande originalité. Et c’est bien dommage. Alors, on se prend à rêver… En rajoutant quelques cloches, si c’est possible, on pourrait entendre la « Madelon », ou « Tiens voilà du boudin »… pour rester dans le registre militaire. Ou encore « A la pêche aux moules », ou « Ah les petits pois » pour coller à l’horaire. Mais ma fibre bretonne se met à vibrer et les premières notes du Bro Gozh ma zadoù, me viennent à l’esprit. Ça aurait vraiment de l’allure ! N’est-ce pas, Patrick Mahé !

Vannes. Le Bro Gozh ma Zadoù et la ville morbihannaise indissociables

Sur les marches de la mairie, après avoir dévoilé le panneau Breizh 5/5, l’hymne breton du Bro Gozh Ma Zadoù est entonné.

Sur les marches de la mairie, après avoir dévoilé le panneau Breizh 5/5, l’hymne breton du Bro Gozh Ma Zadoù est entonné. | PATRICK CROGUENNEC

Ouest-France, 16 août 2018

Le Bro gozh ma Zadoù est devenu indissociable du Rugby club de Vannes, où il est entonné avant chaque rencontre et repris en choeur par une partie du public. Désormais, l’hymne breton pourrait s’ancrer définitivement aux Fêtes d’Arvor et, bientôt, dans les écoles primaires publiques et privées de la Ville.

Chaque soir de match du Rugby club de Vannes à La Rabine, le public entonne en chœur avec Philippe Le Ray, chanteur officiel du club, le Bro gozh ma zadoù (Le vieux pays de mes ancêtres). Ce qui a valu au RCV de recevoir le Prix Bro Gozh 2018, récompensant ceux qui œuvrent pour la promotion de l’hymne breton.

Mercredi, sur les marches de l’hôtel de ville, après avoir dévoilé le panneau Breizh 5/5, du nom d’une association trégoroise ) qui réclame une Bretagne à cinq départements, le Bro gozh ma Zadoù était aussi à l’honneur.

De quoi faire naître des idées chez Patrick Mahé, conseiller municipal délégué à la musique et la langue bretonnes. « Il y a une histoire désormais entre le Broz Gozh et le rugby et entre Vannes et le Bro gozh. Alors, nous n’en sommes pas à dire que l’on va pérenniser ce moment mais c’est vrai que le Bro gozh ma zadoù avec un interprète accompagné de musiciens des bagadoù, au pied des remparts après le couronnement de la reine d’Arvor, est une idée à creuser. »

Dans les écoles

La Ville a, par ailleurs, un projet très avancé avec les écoles primaires publiques et privées vannetaises qui verraient les élèves – certains établissements vont s’engager dès cette année dans la démarche – apprendre le Bro Gozh ma Zadoù.

Une interprétation commune pourrait avoir lieu lors de la Fête de la Bretagne (Gouel Breizh) qui a lieu en mai et dans laquelle la Ville entend s’inscrire plus que jamais en y incluant d’ailleurs le Celti’Vannes, rendez-vous de la culture bretonne, qui se tenait jusque-là en septembre, mais dont l’aventure prend fin.

 

Quand Télé 7 Jours parle du Bro Gozh à l’occasion du Festival Interceltique

Télé 7 jours propose cette semaine un supplément de 16 pages consacré au Festival Interceltique dont la 48ème édition ouvre ce vendredi 3 août.

La nation invitée cette année étant le pays de Galles, le premier article écrit par Patrick Mahé revient sur le Bro Gozh et le Hen Wlad, les hymnes nationaux breton et gallois.

Ce supplément est disponible avec Télé 7 Jours cette semaine dans l’ensemble de la Bretagne (et les départements limitrophes) et est tiré à 200 000 exemplaires; 40 000 autres exemplaires seront distribués ce week-end à Lorient.

Le Bro Gozh au stade du Moustoir à Lorient … vu de Vannes …..

Ouest-France, 20 janvier 2018

@Hymne breton

On le savait fervent défenseur de la culture bretonne. Un peu moins lobbyiste, quoique…

L’élu vannetais, Patrick Mahé, ancien rédacteur en chef de Paris Match, a tweeté: «  Vite le Bro Gozh, l’hymne breton au Moustoir, comme à La Rabine, avant chaque match du Rugby-Club de Vannes ! Allez les Merlus, suivez l’exemple vannetais ! On ne demande pas mieux ! « . Les supporters lorientais ont massivement retweeté le message. faut-il y voir un signe ?