Le Bro Gozh sur France 2.

France TV, 23 septembre 2017

Ce sont des enfants du pays qui se sont réunis autour d’un chant  considéré comme un hymne national de la Bretagne. Gilles Servat, Clarisse Lavanant, Cécile Corbel, Gwennyn, Rozen Talec, Soldat Louis, Tri Yann et Renaud Detressan  reprennent en choeur Bro Gozh Ma Zadou, pour un joli moment de communion.

 

Publicités

Le Bro Gozh au Roazhon Park; et à La Beaujoire ?

7seizh, 23 septembre 2016

Le championnat de première ligue de football bat son plein, et le Roazhon Park résonne à nouveau, dans tous matchs à domicile, du Bro Gozh Ma Zadoù, l’hymne national breton, que les fans du Stade Rennais connaissent maintenant par coeur.

L’idée, qui germait tranquillement dans les têtes des supporters bretons, avait connu une naissance aussi inattendue qu’émouvante, lors de la finale de coupe de France qui opposait à Paris l’En-avant Guingamp et le Stade Rennais le 9 mai 2009.

Ce soir-là, Alan Stivell avait chanté, a capella, et dans un stade de France très très breton, notre hymne national, dans une nuée de Gwenn-ha-Du, au milieu des fanions rouge et noir (les couleurs de chacunes des deux équipes). Cet événement était totalement hors protocole, mais avait réchauffé le coeur de millions de Bretons.

Le 3 mai 2014, les mêmes deux clubs bretons se retrouvant à nouveau en finale de la même coupe, le Bro Gozh était à nouveau à l’honneur au Stade de France, mais, cette fois-ci dans le protocole. Nolwenn Leroy était cette fois au micro, devant les 80 000 spectateurs.
Depuis plusieurs saisons déjà, tous les matchs qui se jouent au Roazhon Park (nouveau du stade de la route de Lorient) commencent par le Bro Gozh.

On se demande juste un peu pourquoi cette excellente initiative, qui n’est pas une marque déposée, n’est pas reprise en choeur, c’est le cas de le dire, par tous les autres clubs bretons, grands comme petits, foot, rugby, comme basket ou ping-pong.

Le Bro Gozh à chaque match de foot à Nantes, par exemple, ça serait bien venu ; avec l’agitage de l’immense et somptueux “Gwenn-ha-Du” jaune et vert, ça aurait belle allure.

Chiche !

brogozhlabeaujoire

La Beaujoire lors d’un match du FC Nantes

Quand on entend le Bro Gozh sur BBC Radio Cymru !

A l’occasion des retransmissions des matchs de l’équipe de Galles à Guingamp, BBC Radio Cymru a diffusé le 1er juillet dernier une interview en gallois de l’un des organisateurs ainsi que le Bro Gozh par Nolwenn Leroy . A écouter à partir de 1h18 en cliquant sur l’image ci-dessous.

BBC_Radio_Cymru_logo.svg

France 3 Bretagne lance le Défi Bro Gozh !

A l’occasion de la fête de la musique, France 3 Bretagne lance le Défi Bro Gozh, un projet inédit ayant pour but de fédérer les téléspectateurs et les internautes en participant à un grand jeu sur internet.

BroGozhFrance32

Qu’est ce que le Défi Bro Gozh ?

Le Défi Bro Gozh est un jeu accessible sur le web et les réseaux sociaux depuis le site internet de France 3 Bretagne. Il s’agit de revisiter le Bro Gozh – l’hymne de la Bretagne – de se l’approprier, de réaliser une vidéo et de s’en servir comme support pour une libre interprétation artistique : entre amis ou en famille, en solo, via un groupe musical ou
encore de manière totalement décalée, drôle ou insolite.

Un tour du monde à la clé !

Le but du jeu ? Faire le buzz sur la toile et totaliser le maximum de partages sur sa vidéo. A l’issue du concours, les 10 vidéos les plus vues sur le web seront sélectionnées dans chaque catégorie. Un jury désignera ensuite les vidéos gagnantes du concours. Le premier prix se verra offrir un tour du monde de 21 jours pour deux personnes en 5 destinations ! Interprétation vocale ou musicale, lip dub, cup song…Tout est permis pour relever le défi !

Pour participer, 2 possibilités :
http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/defi-bro-gozh

ou

facebook.com/france3bretagne (onglet Défi Bro Gozh)

 

Soutenir la langue bretonne
Au-delà du jeu, tous ceux qui le souhaitent pourront donc apprendre l’hymne de la Bretagne, le « Vieux Pays de mes Pères », grâce à des tutoriels d’apprentissage crées spécifiquement pour l’occasion et disponibles sur le site internet de France 3 Bretagne : l’histoire du Bro Gozh, les paroles, les pièges de la prononciation…Au regard des prévisions inquiétantes sur la baisse du nombre de locuteurs bretons, le Défi Bro Gozh s’inscrit comme un véritable soutien à la langue bretonne.

Modalités du jeu
Le jeu est ouvert du 21/06/14 au 30/09/14. L’envoi des vidéos est possible jusqu’au 15/09/14. Les votes se prolongeront jusqu’au 30/09/14.
A l’issue du concours, le jury, désigné par France 3 Bretagne, déterminera l’ordre des gagnants parmi les 10 vidéos les plus plébiscitées par catégorie.
Le jury sélectionnera au final 4 vidéos gagnantes sur la base d’une grille de notation intégrant également les critères suivants : l’intérêt de l’interprétation, l’originalité, la recherche créative de la vidéo, la qualité de la bande son et la qualité
des images. Le premier gagnant remportera un voyage autour du monde et les trois suivants des pass VIP pour la Nuit de la Bretagne à Rennes fin décembre 2014.
Règlement disponible en totalité sur bretagne.france3.fr/defi-bro-gozh.

Le Bro Gozh sur Europe 1

Le Télégramme, 6 mai 2014

Invitée de Cyril Hanouna ce mardi matin, sur Europe 1, Nolwenn Leroy est, bien sûr, revenue sur la finale de la Coupe de France samedi, au Stade de France, au cours de laquelle elle a interprété le « Bro gozh ma zadoù », l’hymne breton, devant 80.000 spectateurs et plusieurs millions de téléspectateurs, parlant d’un « exercice incroyable », d’un « honneur », d’une « belle soirée bretonne ». « C’était beau de voir le public reprendre en choeur les refrains avec moi », a-t-elle fait remarquer.

L’un des chroniqueurs de l’émission a rappelé que la chanteuse – qualifiée de « présidente de la Bretagne » – avait grandi à Guingamp et qu’elle avait été scolarisée à l’école du Château. « Jamais je n’aurais imaginé, lorsque j’étais dans la cour de l’école, me retrouver à chanter le « Bro gozh » au Stade de France ».

 

Yann Queffelec et le Bro Gozh

Itele, 3 mai 2014

Yann Queffélec : « les moments de grâce sont fréquents avec les Bretons »

Queffelec(1)

Pour voir l’émission, cliquer sur la photo de Yann Queffelec.

 

L’écrivain breton était l’invité d’Isabelle Moreau et Florent Peiffer sur le plateau de la matinale week-end au matin de la finale de la Coupe de France entre Rennes et Guingamp.

Où l’on parle du Bro Gozh, de Rennes-Guingamp, de l’identité des Bretons, avec Jean Lebrun et Jean-Michel Le Boulanger

France Inter, 5 mai 2014

Jean Lebrun France Inter

Pour écouter l’émission, cliquer sur l’image ci-dessus.

Ce samedi a été un beau moment sinon de foot mais de construction du commun. Le Stade de France était comme une cité charnelle, où vibrait le sentiment breton et ce dans une enceinte républicaine et dans la vieille ville royale de Saint-Denis.

   En plus c’est le petit qui a gagné. Les Français adorent Poulidor et Astérix. La ville paysanne face à Rennes la métropole, l’irréductible face à la plus riche…

   C’est une belle histoire et une région a besoin d’histoires pour s’inventer. L’épopée du football breton pourrait se comparer à celle du cyclisme. Et même, au risque de heurter les puristes, à celle du romantisme : au XIXème, le Barzaz-Breiz créait pareillement une personnalité bretonne – la loyauté, la fidélité aux anciens temps et Chateaubriand un paysage breton – le granit, l’horizon noyé de pluie…Mais c’était à l’usage des élites.

   Tant de Bretagnes sont mortes. Celle des années 1970 a été très brillante : grâce à la musique,  à un modèle économique et politique particuliers. C’est de cette époque que date l’envol d’En avant Guingamp. Une autre encore doit naître aujourd’hui qu’un joueur-emblème du stade du Roudourou, Christophe Kerbrat, a défini parfaitement. Observant ses co-équipiers venus d’ailleurs, il a eu cette formule « Certains mériteraient d’être bretons plus que moi ».

   Une région, c’est un projet davantage qu’une origine