Vidéo : Le Bro Gozh lors de la Fête des Cornemuses

Festival interceltique, 11 août 2020

Le Samedi 8 août 2020 s’est tenue » La Fête des Cornemuses 2020 » au stade du Moustoir de Lorient.

Pour démarrer ce concert exceptionnel, le Bro Gozh, l’hymne breton a été interprété par Morwenn le Normand, accompagné par Ronan Pinc au violoncelle.

Au même moment, un immense drapeau breton, le Gwenn ha du a été déployé sur la pelouse, avec la collaboration des trois cercles de danse lorientais : Armor-Argoat, Brizeux et Bugalé an Oriant. Yvon Etienne sera l’animateur au micro de la soirée.

Un concert unique avec la prestation de 4 bagads d’exception : le bagad Kemper ( Quimper), le plus titré de Bretagne, Cap Caval (Plomeur) le bagad qui a remporté la plupart des championnats depuis une dizaine d’années, le bagad Roñsed-Mor ( Locoal Mendon ) et le bagad Sonerien An Oriant (Lorient).

 

 

8 août : le Bro Gozh pour la Fête des Cornemuses à Lorient

Un concert unique à Lorient !

La 50e édition du Festival Interceltique qui devait commencer ce vendredi, a été reportée à 2021 (du 6 au 15 août). L’édition sera consacrée à la Bretagne comme nation à l’honneur.

Le Festival Interceltique de Lorient  propose, en accord avec les autorités, l’accompagnement de la municipalité et la coopération chaleureuse de Sonerion – la fédération des sonneurs bretons – un grand concert de bagadoù au stade du Moustoir le 8 Août à partir de 18 heures.

A l’affiche 4 bagad de haut niveau : le bagad Kemper( Quimper), le plus titré de Bretagne, Cap Caval(Plomeur) le bagad qui a remporté la plupart des championnats depuis une dizaine d’années, le bagad Roñsed-Mor ( LocoalMendon) et le bagad Sonerien An Oriant (Lorient),Pendant plus de 3 heures, nous proposons une carte blanche pour une grande fête, et un rappel à nos origines, l’arrivée du championnat des bagadoùà Lorient en 1971, d’où le titre du concert: «La Fête des Cornemuses 2020».

Morwenn Le Normand interprétant le Bro Gozh avec l’harmonie des Pompiers du Morbihan au stade du Moustoir en août 2019 lors de la rencontre FC Lorient – En Avant de Guingamp.

Pour démarrer ce concert exceptionnel, le Bro gozh, l’hymne national breton sera interprété par Morwenn Le Normand, accompagnée par Ronan Pinc au violoncelle. Au même moment, un immense drapeau breton de 300 m2 sera déployé sur la pelouse, avec la collaboration des trois cercles de danse lorientais : Armor-Argoat, Brizeux et Bugaléan Oriant. Yvon Etienne sera l’animateur au micro de la soirée.

Modalités:

Tarif unique 16 € ( dont 1 € de frais de gestion) – Gratuit pour les enfants de – 7 ans.
Ouverture des portes à 16h30. Début du concert à 18h00.
Billets en vente via la billetterie en ligne du FIL et le jour du concert à partir de 15h à la billetterie située sous la tribune sud du Stade du Moustoir.

Chaque groupe de personnes (dans la limite de 10 personnes max) sera séparé par un siège dans le stade. La distanciation d’un mètre sera effective dans les files d’attente avant l’entrée au stade. Le port du masque est obligatoire pour toutes les personnes de plus de 11 ans, dans tous les espaces de déambulation, y compris aux entrées du stade et sur le parvis. Le port du masque est fortement recommandé lors du concert. Du gel hydroalcoolique sera à disposition et obligatoire à l’entrée du stade, ainsi que dans les
espaces commerciaux ( bars, boutique, …) . Nous comptons sur la responsabilité de chacun pour appliquer les mesures sanitaires mises en place. Un contrôle visuel des sacs sera effectué à l’entrée du stade.

Le Bro Gozh au ….. crématorium de Plescop et aussi à celui de Lorient

Ouest-France, 31 octobre 2019

et ici aussi

Pas de cérémonie de recueillement sans musique. Au crématorium de Plescop (Morbihan), les familles sont priées de venir avec leur play-list : Sur clef USB, sur CD et en format MP3, explique le directeur du crématorium, Michel Degardin. De même que l’on prend aussi des photos du défunt oude ses passions pour réaliser un diaporama pendant la cérémonie. Nous avons aussi la possibilité d’exposer des toiles d’artistes par exemple ou encore d’accueillir des musiciens qui peuvent jouer en live.

Comme dans la vie, la mort a aussi ses originaux et ses classiques. Ici en Bretagne, nous avons beaucoup de demandes de musiques traditionnelles et notamment le fameux hymne breton le Bro Gozh ma Zadoù.

(….)

Kerletu, Lorient

En images et en musique

Au centre funéraire de Kerlétu, à Lorient, des écrans sont installés dans les salles de cérémonie et, depuis peu, des tablettes dans les salons funéraires (où reposent les corps des défunts). Les familles apportent images et chansons sur une clé USB. Le centre funéraire se charge de monter des diaporamas mêlant les deux. « Cela évite aux familles des heures devant l’ordinateur et les problèmes techniques. Quand je suis arrivé, il y a dix ans, j’avais demandé une télé et un ordinateur pour une salle, on m’avait regardé avec des grands yeux, se souvient le responsable Pascal Poussain. Aujourd’hui, c’est la génération téléphone portable, on prend des photos tout le temps. Une cérémonie est faite de paroles, d’images et de plusieurs pauses musicales, qui adoucissent, entre rires et larmes. Elles servent à se recueillir, à rendre hommage, à raconter l’histoire d’une vie.  »

Du classique et des chansons à texte

Impossible d’avoir un top 5 ou même un top 50 des chansons les plus jouées lors des cérémonies au crématorium de Kerlétu. « C’est fonction des générations. » Mais quelques titres reviennent tout de même. Musique classique : l’Adagio, Air de Bach, des concertos pour piano… Classiques de chanson française : Aimer à perdre la raison ou Que serais-je sans toi de Jean Ferrat, La Vie en rose ou l’Hymne à l’amour d’Édith Piaf, Quand on n’a que l’amour de Brel, Les copains d’abord de Brassens, La Mamma ou Emmenez-moi d’Aznavour, Puisque tu pars de Jean-Jacques Goldman, Mon vieux de Daniel Guichard. « Des chanteurs ou chanteuses connus qui ont bercé une vie. » Plus récent : Une mère de Linda Lemay, Parle à mon père de Céline Dion. Enfin, breton : Kenavo, Bro Gozh ma Zadoù, Me Zo Ganet, Je vous emporte dans mon cœur de Gilles Servat, ou encore Amazing Grace, hymne chrétien joué à la cornemuse.

« Les musiques sont adaptées aux mots qui vont être dits, doux, jolis. Souvent des messages d’amour, d’amitié. »

L’arrivée du rap

Les chansons anglo-saxonnes restent rares. « Ça arrive, pour des gens nés dans les années 60, avec les Rolling Stones par exemple. Ça reste mesuré. » Le rap commence à faire son apparition, pour de jeunes disparus, avec Maître Gims par exemple.

Les conseils du responsable

La famille peut choisir plus librement une musique pour une cérémonie civile qu’à l’église. « On va tout de même conseiller d’éviter certaines choses…, indique Pascal Poussain. On peut dire : « Attention, c’est peut-être la chanson qu’il chantait tout le temps en fin de repas, ou celle de son mariage, mais peut-être pas la bonne musique pour ce jour-là… » On interroge : Est-ce que 100 personnes sont prêtes à recevoir cette musique ce jour-là ? »

Il déconseille les chansons trop enjouées. « A-t-on envie d’une chanson rythmée ce jour-là ? Les gens ont besoin de quiétude, de douceur. »

Et puis, comme « tout le monde n’est pas mélomane », le crématorium propose des bruits de mer, des chants d’oiseaux… « Dans ce moment-là, intense, unique, les gens reviennent à des choses très naturelles. »

Vidéo: le Bro Gozh de Morwenn Le Normand et de l’Orchestre des Pompiers du Morbihan lors du Derby breton de Lorient

Avec l’orchestre des sapeurs-pompiers du Morbihan, Morwenn Le Normand a interprété un superbe Bro Gozh, le premier d’une série de huit, lors des derbys bretons. | THIERRY CREUX – Ouest-France

Plusieurs moments forts ont marqué l’avant match de ce samedi au stade du Moustoir mis en place dans le cadre de la Charte des Derbys bretons signée le 25 juillet dernier à Vannes entre les clubs professionnels de football de Bretagne et différents partenaires dont le Comité Bro Gozh et le Conseil régional de Bretagne.

L’image contient peut-être : 1 personne, sur scène et plein air

Photo Michel Thierry

Le Bro Gozh par Morwenn Le Normand et l’Orchestre des Pompiers du Morbihan a lancé le match entre le FC Lorient et l’En Avant de Guigamp, interprétation saluée par le public et la presse.

Derby breton: un superbe Bro Gozh

Le bagad de Lorient présent sur le derby, sous la baguette du penn-soner, Christophe Le Govic, qui passera la main à la fin du mois de septembre. | THIERRY CREUX

Ouest-France, 1er septembre 2019

13 753 spectateurs ont fait le déplacement samedi, pour le match tant attendu contre Guingamp. Une rencontre qui se solde hélas par une défaite et trois interpellations dans le rang des Ultras.

Deux ans que ces deux Bretonnes, à l’histoire au long cours, ne s’étaient pas rencontrées. Samedi, 13 753 spectateurs ont fait le déplacement pour voir le match entre les équipes du FC Lorient et d’En avant Guingamp. Et peu importe si les deux formations évoluent désormais en Ligue 2. Un derby a ce goût si particulier… Comme le dit bien le speaker Alain Bossard : « Un derby, ça ne se joue pas, ça se gagne. »

Cela commençait bien, sous le soleil exactement. Sur l’aire d’animations, la Bretagne est sur les drapeaux, les Gwenn ha du flottent lors de l’arrivée des Merlus. On sent de la sérénité, visiblement apportée par le nouvel entraîneur, Christophe Pélissier. Le bagad Sonerien an Oriant, qui évolue pour le coup dans l’élite, a accompagné le mouvement, sous la baguette de son penn-soner, Christophe Le Govic, en « poste » jusqu’en fin septembre.

Autour d’un jeu, Patrice et Bertrand, supporters de Guingamp, sont confiants. « La victoire », bien sûr, même si… L’ambiance est bon enfant.

Avec l’orchestre des sapeurs-pompiers du Morbihan, Morwenn Le Normand a interprété un superbe Bro Gozh, le premier d’une série de huit, lors des derbys bretons. | THIERRY CREUX

Sur la pelouse, avant l’entame du match, Morwenn Le Normand a chanté un superbe Bro Gozh, l’hymne breton, commun à nos cousins gallois, en compagnie de l’orchestre des sapeurs-pompiers du Morbihan.

(….)

Belle prestation de l’orchestre des pompiers du Morbihan pour le Bro Gozh, l’hymne breton qui accompagnera chaque derby. | THIERRY CREUX