Le Trophée Bro Gozh 2021 pour Lisardo Lombardia, directeur du Festival Interceltique

PHOTO FRANCOIS DESTOC / LE TELEGRAMME LORIENT (56) : Lizardo Lombardia, directeur du Festival Interceltique FIL

Vendredi 13 août dernier, au palais des Congrès de Lorient, au cœur du Festival interceltique, eut lieu une cérémonie d’hommage à Lisardo Lombardia qui, après avoir dirigé le Festival durant 14 ans, prendra sa retraite en octobre prochain.

A cette occasion, le Comité Bro Gozh lui a remis le Trophée Bro Gozh 2021. Un extrait du discours du président du Comité, Jacques-Yves Le Touze:

« Le 5 septembre 1903, sur la place centrale de Lesneven, devant des milliers de personnes, le Bro Gozh ma Zadoù est proclamé hymne national de la Bretagne. Inspiré directement de l’hymne national gallois, c’est un choix délibéré fait à l’époque pour souligner les liens ancestraux, culturels, linguistiques entre le pays de Galles et la Bretagne, une petite pierre sur la longue route de l’interceltisme.

Ce chant, le Bro Gozh , a vécu le siècle qui a suivi avec des hauts et des bas, très populaire à certaines périodes, beaucoup moins à d’autres, et ceci jusqu’au début des années 2000 où il a commencé à retrouver une certaine popularité grâce à des artistes comme Alan Stivell, ou des clubs sportifs comme le Stade rennais ou le Rugby club de Vannes et dernièrement le FCL . Ce travail mené depuis plusieurs années va d’ailleurs aboutir à une initiative importante du Conseil régional de Bretagne dans quelques semaines.

Dans ce renouveau, le Festival interceltique tient une place particulière, c’est le plus grand événement culturel de Bretagne à avoir ces dernières années donné toute sa place au Bro Gozh . Je garde notamment un souvenir exceptionnel de l’Année du pays de Galles en 2018 avec des moments assez mémorables … Ce qui a valu d’ailleurs au FIL de recevoir le Prix Bro Gozh des mains du président de la Région en 2019.

Mais derrière ce choix du FIL , il y a la décision et la volonté d’un homme , Lisardo Lombardia, qui a très bien compris toute la valeur de ce chant pour l’avenir de la Bretagne et de sa culture.

Au nom du Comité Bro Gozh, je suis vraiment très heureux de te remettre ce Trophée Bro Gozh, réalisé par les Ateliers Toulhoat à Quimper.

Tous nos remerciements pour ton travail et toutes nos félicitations !

Et si je peux essayer … Munches gracies, Lisardo! Et à très bientôt je n’en doute pas ! »

Photo ABP
Ouest-France, 14 août 2021

ABP, 14 août 2021

Samedi dernier, les bagadoù avaient rendu un vibrant hommage à celui qui pendant quatorze ans a dirigé le festival interceltique de Lorient en jouant tous ensemble sur les gradins du stade de Lorient un air asturien (voir notre article)

Hier, c’est Jean Peeters, le Président du FIL, qui lui a remis au nom du festival un tableau, puis le maire de Lorient, Fabrice Loher, lui a remis la médaille de la ville, puis Jacky Flippot, le président de l’Institut culturel de Bretagne – Skol Uhel ar Vro (ICB-SUAV) lui a remis la médaille de l’Institut. Jacques-Yves Le Touze, président du comité Bro Goz ma Zadoù lui a remis le trophée du Bro Gozh. Géraldine Marsaudon l’a remercié au nom des bénévoles et lui a remis un passeport breton symbolique. Un des huit délégués représentant l’international est aussi intervenu et lui a remis une cuillère en bois qui autrefois au Pays de Galles scellait l’amitié.

Le galicien Carlos Nuñez a accompagné Lisardo Lombardia (qui est aussi un baryton) pour une chanson en asturien et Gilles Servat et Lisardo ont chanté ensemble « Je vous emporte dans mon coeur ».

.

FIL 2018: le Comité Bro Gozh met en valeur les liens entre Gallois et Bretons

ABP, 7 août 2018

Lisardo Lombardía, directeur du FIL, remet au Premier ministre du Pays de Galles Carwyn Jones, un mandala confectionné par Padrig Morin, un Breton vivant au Sri Lanka. La peinture représente les liens historiques entre le Pays de Galles et la Bretagne et reprend les paroles du Bro Gozh.

Des prix Bro Gozh, qui récompensent les initiatives mettant en valeur l’hymne national breton, le Bro gozh ma Zadoù, ont été décernés lundi après-midi, dans le salon d’honneur de l’Hôtel de Ville de Lorient.

L’hymne breton, le Bro gozh ma zadoù (en français le Vieux pays de nos pères), qui reprend la mélodie de l’hymne gallois, Hen Wlad Fy Nhadau, est le symbole des liens forts entre les deux pays. On sait qu’une grande partie des Bretons actuels descendent d’immigrants venus du Pays de Galles et du sud-ouest de l’Angleterre aux Ve et VIe siècles. Le projet de la Vallée des Saints, à Carnoët, intègre d’ailleurs plus d’une douzaine de saints venus à cette époque du Pays de Galles.

Le Festival Interceltique de Lorient avait déjà participé aux campagnes précédentes de popularisation du Bro gozh. Cette année, le pays invité d’honneur du festival étant le pays de Galles, le FIL a décidé de donner une plus grande visibilité à cet hymne commun.

Un prix Bro gozh avait déjà été remis en septembre 2017 au Rugby Club deVannes pour marquer le début de sa saison sportive 2017-2018 pour récompenser le chant du Bro gozh avant les matchs.

Ne pouvant venir lundi, Jean-Yves Le Drian avait déjà reçu samedi dernier le prix 2 Vro – 1 Ene au nom du Conseil régional pour son travail de rapprochement avec le Pays de Galles alors qu’il était président du Conseil régional et pour son soutien au Comité Bro Gozh. Le prix en ardoise est une réalisation de l’artiste Ieuan Rees d’Ammanford au pays de Galles.

La chanteuse Nolwenn Korbell, Norbert Métairie, maire de Lorient, Lisardo Lombardia, directeur du FIL, Lena Louarn, vice présidente du Conseil régional, Carwyn Jones, Premier ministre du Pays de Galles, Jacques-Yves Le Touze, président du Comité Bro Gozh, l’équipe du Comité Bro Gozh, des représentants de lma ville de Trignac.

Hier, trois autres récipiendaires ont reçu le prix. Il s’agit de l’Orchestre symphonique de Bretagne dirigé par le Gallois Grant Llewellyn qui s’est vu décerner le prix en relation avec son étonnante prestation du Bro gozh lors de l’inauguration du Centre des Congrès de Rennes. Puis, le Premier ministre du pays de Galles se trouvant à Lorient pour le Festival interceltique où son pays est l’invité d’honneur cette année a reçu un prix Bro gozh original. Un tableau de Padrig Morin, un Breton installé au Sri Lanka,qui, au nom de ces Bretons dispersés sur tous les continents, a voulu offrir au Premier ministre du pays de Galles, Carwyn Jones, une de ses oeuvres inspirées des cultures celtiques et bouddhiques. Inutile de rappeler que la ville de Lorient, comme son nom l’indique, était la porte et le port vers les Indes.

Le Gouvernement gallois ainsi que le Conseil régional de Bretagne ont aussi été récompensés. On leur a remis à chacun, la moitié d’une oeuvre  réalisée par le verrier Didier Le Hen de Lorient, d’après un bouclier breton du IIe siècle avant J.-C. retrouvé à Battersea en Grande Bretagne.

Pour finir, Nolwenn Korbell a interprété une chanson en breton et lu un texte émouvant de remerciements à Carwyn Jones, en gallois puis en breton. Son message qui s’est terminé par «gardez bien la route et montrez-nous le chemin» a bien résumé la journée cloturé par l’interprétation du Hen Wlad par Nolwenn Korbell puis du Bro Gozh par Kanerien an Oriant et l’ensemble des 300 participants à cette cérémonie mémorable.

Les Prix Bro Gozh 2018 à Lorient, en images

Dans le cadre du Festival Interceltique de Lorient, le lundi 6 août 2018, dans les salon d’honneur de l’hôtel de ville.

Nuits interceltiques. Féerie celte aux accents gallois et bretons avec le Bro Gozh

inq Nuits interceltiques sont programmées pendant le Fil 2018. Il en reste deux : les mercredi 8 et jeudi 9 août, à 22 h, au stade du Moustoir, à Lorient. (Photo Le Télégramme/Jonathan Konitz)

Le Télégramme, 8 août 2018

Immuables, les Nuits interceltiques se parent, cette année, aux couleurs du pays de Galles. Et font la part belle au « Bro Gozh », l’hymne autant gallois que breton !

« J’entends les gens dire que chaque année, c’est pareil, mais l’opéra de Puccini aussi ! », s’agace Lisardo Lombardia, le directeur du Festival interceltique de Lorient. « Temps fort du Fil, les Nuits interceltiques ne se ressemblent pas et ont même une saveur particulière, cette année, en mettant à l’honneur les couleurs du pays de Galles et le « Bro Gozh », l’hymne national breton », tranche le patron.

Féerie, magie, contes et légendes, scènes de la vie quotidienne d’antan et d’aujourd’hui, tous les éléments sont de nouveau réunis pour ces nuits hors du temps, ponctuées de créations et d’un feu d’artifice. « On espère entre 5 000 à 10 000 personnes par nuit », avance Lisardo Lombardia.

(….)

Autre invité de taille pour célébrer la Bretagne : le « Bro Gozh », l’hymne national breton, qui va se tailler, cette année, la part du dragon… Oh pardon, la part du lion ! Lors des Nuits interceltiques, le « Bro Gozh » est chanté en versions bretonne et galloise par les artistes, à la fin du show, avant le feu d’artifice. Le public, invité à reprendre l’hymne, dispose de flyers avec les paroles en breton. Le chant s’accompagne du déploiement d’un drapeau breton de 13 m sur 22 m.

Pratique

Nuits interceltiques, les mercredi 8 et jeudi 9 août, à 22 h, au stade du Moustoir, à Lorient. Tarifs : de 15 € à 29 €.

 

Bro Gozh. Le comité salue l’action de Le Drian

Jean-Yves Le Drian a reçu un prix, ce samedi, au Théâtre de Lorient, en présence du Premier ministre gallois, de la vice-présidente du Conseil régional de Bretagne et du président du Fil. (Le Télégramme/Pauline Decker)

Le Télégramme, 4 août 2018

« C’est la différence qui fait la différence » : Jean-Yves Le Drian a rappelé, ce samedi, tout son attachement à l’identité bretonne. C’est en breton que le ministre des Affaires étrangères a reçu un prix spécial, du Comité Bro Gozh, pour son investissement durable dans le développement et la reconnaissance de la Bretagne à travers le monde. « Je suis fier de la manière dont les Bretons assument leur identité et de la posture territoriale d’ouverture et de collectivité », a déclaré l’ancien maire de Lorient, qui s’est dit très touché par l’attention. Le Festival interceltique aux couleurs du Pays de Galles en symbole oblige, l’ancien maire de Lorient a reçu ce prix en présence du Premier ministre gallois, scellant l’étroit lien des deux pays à l’hymne commun. Le ministre, présent pour la 45e fois au Festival, en a profité pour saluer le rayonnement inhérent à l’événement : « Le Fil est le creuset de la résurrection musicale bretonne ».