Lesneven…. où l’on parle du Bro Gozh

De gauche à droite : Erwan Lebaud, Yves Abiven et Boris Gwenganton

De gauche à droite : Erwan Lebaud, Yves Abiven et Boris Gwenganton

Le Télégramme, 10 octobre 2018

C’est l’histoire de trois copains, trois musiciens, amateurs et amoureux de cornemuse… Erwan, Boris et Yves. Ensemble et avec le soutien d’autres, ils ont décidé de créer un groupe de musiques traditionnelles celtiques à Lesneven, « Sonnerien an aerouant ruz », ou pour les non-bretonnants, « Les sonneurs du dragon rouge ». Pourquoi ce nom ? « Le dragon rouge est le symbole unitaire des Bretons », expliquent les musiciens. Avec des professeurs pour les différents pupitres, Hervé le Floch à la cornemuse, Ronan Pouliquen à la caisse claire et Steven Bodenès à la bombarde, l’association affiche ses objectifs : « développer, transmettre et pérenniser ». Et le lieu, Lesneven, n’est pas choisi au hasard. Capitale du Léon où a été créé l’hymne breton « Bro gozh ma zadoù », « il nous semblait important qu’il y ait une formation. On aimerait faire des concours d’ici à quelques années. C’est notre but ». En attendant, tous ces objectifs passent par la jeunesse, « nous accueillons les enfants à partir de 7 ans ».

« Un grand rassemblement »


Les élèves se retrouveront à raison de deux heures par semaine pour chaque pupitre. « Nous avons la possibilité de faire des groupes débutants et confirmés ». Chaque instrument jouera les mêmes airs et se retrouvera sur des répétitions générales hebdomadaires, afin de pouvoir présenter en fin d’année un spectacle. Les membres de l’association voient plus loin. « Organiser l’an prochain ou d’ici à deux ans un grand rassemblement de bagadoù à Lesneven, avec un défilé et des représentations en public ». Pour le moment l’association compte une quinzaine de musiciens et espère se développer rapidement.

Pratique

Inscription ce samedi et le samedi 20 octobre, salle Glenmor (derrière l’Atelier), de 9 h à midi et de 13 h 30 à 17 h.

 

Kerjézéquel. Succès de la veillée bretonne avec le Bro Gozh en final.

hpro_2015111317044417_Lesnveillee

Le Télégramme, 16 novembre 2015

Depuis sa création, en 2000, la veillée annuelle de Plouzeniel Prest Bepred ne cesse de voir son public grossir. L’association ploudaniéloise de défense de la langue bretonne avait donc choisi, cette année, de sortir de sa commune et d’investir le complexe communautaire de Kerjézéquel. Mardi, elle a réuni quelque 500 spectateurs qui ont pu profiter de trois heures de chants, contes, histoires, saynètes et sketches, en breton naturellement. Pour le final, les artistes sont remontés sur scène pour entonner un vibrant « Bro Gozh », repris par le public.

Le Bro Gozh à l’Eisteddfod avec Lesneven.

Le Télégramme, 6 février 2015

Rolland Cochard, vice-président, et Jean Jestin, président, sont revenus sur le séjour, du 6 au 11 août, qui avait concerné une quarantaine de personnes.

Rolland Cochard, vice-président, et Jean Jestin, président, sont revenus sur le séjour, du 6 au 11 août, qui avait concerné une quarantaine de personnes.

Vendredi, adhérents et sympathisants du comité de jumelage avec Carmarthen se sont retrouvés pour l’assemblée générale de l’association. Il a, naturellement, été question du dernier séjour au pays de Galles. « C’était seulement la troisième fois, en 33 années de jumelage, que l’échange, habituellement programmé en mai, avait lieu durant l’été ; ce fut l’occasion de découvrir le fameux Eisteddfod, la fête nationale de la culture galloise, une manifestation qui draine 200.000 personnes ».

Concours de poésie

La diversité et la richesse de celle-ci y sont représentées par la littérature, le théâtre, la danse, la musique, la poésie, le folklore, les chants, les chorales, etc. « Ici, en Léon, nous avons les concours de dominos ; le dimanche, au pays de Galles, les habitants se retrouvent pour des concours de poésie (d’ailleurs) le point d’orgue de l’Eisteddfod consiste en la célébration du poète de l’année, une cérémonie impressionnante, haute en couleurs, qui réunit 5.000 spectateurs ». Elle se termine, bien sûr, par le Bro Gozh va Zadoù, l’hymne national gallois et breton.

« Pour la première fois depuis sa création, en 1546, l’Eisteddfod a été marqué par la présence d’un bagad breton, le bagad Bro Even, présenté par Peter Griffiths (NDLR, ancien maire de Carmarthen et pilier du jumelage), il s’est produit devant des milliers de personnes avec un immense succès ». Ce séjour restera dans les mémoires. Aux bénévoles locaux de faire aussi bien pour l’accueil de leurs amis gallois. Ce sera du 23 au 27 avril.