Le Bro Gozh avec Mouezh Paotred Breizh

Le groupe était composé de 45 choristes.

Le groupe était composé de 45 choristes.

Le Télégramme, 1er août 2019

C’est un pur moment de bonheur et d’émotion qu’ont ressenti, mardi 30 juillet, les 250 personnes présentes à l’église de Guimiliau pour le concert donné par la chorale Mouezh Paotred Breizh. La manifestation rentrait dans le cadre des Enclos en musique.

Les dix premières chansons interprétées par le groupe étaient de consonances religieuses, avec du Glenmor et l’appel aux nations celtes, l’hymne gallois et un « De Profondis » contemporain du compositeur estonien Arvo Pärt. Pour la partie profane, « Broiou ar Mor », connu également sous le nom d’« Amazing Grace », revu sous d’innombrables interprétations, a donné le La de la suite, chargé de plaisir et d’émotion : « Battle Hymn », le célèbre « Glory Allleluia » américain, la chanson du cidre nouveau, un andro du pays vannetais plein de gaieté ont précédé un « Bro gozh ma zadou » repris par les spectateurs debout. C’est avec un grand plaisir qu’ils ont répondu à plusieurs rappels.

Le groupe arrivait précédé d’une solide réputation parfaitement justifiée et est une référence parmi les groupes bretons.

Oiartzun: le Bro Gozh chanté en basque …..

Durant les Vieilles Charrues, les Basques sont venus à Carhaix chercher la sculpture symbolisant 25 années d’échanges avec Carhaix. Jeudi dernier a eu lieu au pays Basque son inauguration en présence de la délégation carhaisienne.

Durant les Vieilles Charrues, les Basques sont venus à Carhaix chercher la sculpture symbolisant 25 années d’échanges avec Carhaix. Jeudi dernier a eu lieu au pays Basque son inauguration en présence de la délégation carhaisienne.

Le Télégramme, 7 août 2019

Une délégation carhaisienne s’est rendue du 31 juillet au 5 août au pays basque espagnol pour fêter les 25 ans du jumelage de la Capitale du Poher avec Oiartzun.

Du 31 juillet au 5 août, une délégation carhaisienne s’est rendue au Pays basque afin de participer aux célébrations du 25e anniversaire du comité de jumelage Carhaix-Oiartzun.

Pour l’occasion, Gwenn ha Du et Ikurrina – le drapeau basque – flottaient ensemble aux balcons de la ville.

Coïncidant avec le lancement des fêtes patronales locales de la Saint Esteban, ce séjour, placé sous le signe du partage et de l’amitié, a été riche en échanges culturels, excursions et découvertes gastronomiques.


Réception en mairie


Il a été ponctué par plusieurs cérémonies officielles marquantes. Jeudi en fin de journée, c’est en mairie que les Carhaisiens ont été conviés. Se succédant au micro les différents maires de la ville suivi par Christian Troadec, Vincent Abaziou, Daniel Cotten (signataire officiel du jumelage) mais aussi de réfugiés basques accueillis à Carhaix dans les années 80*, ont rappelé l’histoire commune des deux peuples. « Nous avons une dette intemporelle à votre égard » a lancé Jesus Leonet maire actuel d’Oiartzun. « La terreur s’était abattue sur des hommes et femmes traqués […] un élan de solidarité s’est mis en place pour les accueillir, simplement pour leur permettre de ne pas être assassiné », a rappelé quant à lui le maire de Carhaix.


Inauguration
d’une pierre commémorative


Le lendemain vendredi midi, l’inauguration d’une sculpture réalisée par le sculpteur breton Patrick Gueho a donné lieu à une émouvante cérémonie. Représentant un Triskell et un Lauburu** se faisant face, la pierre a été symboliquement érigée en direction de Carhaix dans le jardin arboré d’une propriété dont les occupants furent expropriés puis fusillés par les franquistes.

Lors de cette cérémonie, le Bro Gozh ma zadoù – l’hymne Breton – a été entonné en basque par la chorale locale. Les Carhaisiens en écho ont ensuite repris en breton « Hegoak », un chant basque symbolisant la Résistance au fascisme. Dans la soirée, la délégation a également participé au lancement officiel des fêtes patronales de la Saint Esteban.

Des expressions de luttes, d’amitié, d’espoir et de paix ont ensuite été prononcées en basque et en breton avant que ne soit envoyées haut dans le ciel des fusées marquant le début des festivités tandis que flottaient les drapeaux basques et breton au balcon de la mairie.

(….)

Carnoët: le Bro Gozh pour Saint Dewi

Sébastien Minguy, directeur de la Vallée des Saints, à Carnoët, devant la statue de Komgall, l’un des saints installés cette année.

Sébastien Minguy, directeur de la Vallée des Saints, à Carnoët, devant la statue de Komgall, l’un des saints installés cette année. | OUEST-FRANCE

Ouest-France, 7 août 2019

Le Kan Ar Vein, chant des pierres, aura lieu ce dimanche sur le site de Carnoët (Côtes-d’Armor). Le temps fort de l’année, marqué par l’inauguration de la statue de saint David, venue par bateau du pays de Galles.

La Vallée des saints de Carnoët (Côtes-d’Armor) poursuit son ascension parmi les destinations incontournables de Bretagne. En 2018, 430 000 visiteurs ont découvert l’ambiance si particulière du site, où plus d’une centaine de statues toisent un horizon où se dessinent les monts d’Arrée et la forêt du Fréau.

L’an dernier, à la même époque, une centième statue, celle de Saint-Piran, était inaugurée en grande pompe à l’arrivée de son périple, depuis les Cornouailles. Une aventure, « La traversée des Géants », qui consiste à faire sculpter un saint dans un pays celtique, puis à l’amener par bateau vers la Bretagne. Ce dimanche, 18 nouvelles statues seront célébrées, dont celle de Saint David (Dewi), en provenance du Pays de Galles. Une date qui coïncide avec celle du Kan Ar Vein, le chant des pierres, temps fort de l’année pour la Vallée.

Dès 10 h, un marché d’artisans (14 exposants : sabotiers, métiers anciens, bijoux, produits de la ferme) sera installé. De 10 h 30 à 19 h, un fest deiz animera la journée, avec notamment la chanteuse galloise Ffran May et le breton Joël Guena. Ils livreront leurs mélanges pop, jazz et celtiques, en compagnie de nombreux autres artistes… Tandis que le cercle celtique de Morlaix initiera les spectateurs à la danse. À 14 h 15 et 16 h 30, deux conférences d’une heure (sur les princesses bretonnes et sur Saint Dewi), seront présentées.

À 15 h 15, le Bagad de Bourbriac emmènera l’assemblée vers Saint Dewi : Le sculpteur Paul Kincaid présentera puis dévoilera son œuvre. Après des lectures de poèmes et cérémonies druidiques, l’hymne national du Pays de Galles, puis le Bro gozh ma zadou (hymne breton), seront chantés. Vers 16 h 30, chacun pourra assister à différentes cérémonies organisées par les mécènes, devant la statue qu’ils ont financée. Enfin, à 18 h, un concert de harpe et de chant sacré celtique sera donné à la chapelle.

La Vallée pourrait également connaître une annonce étonnante : le site projette un jumelage avec l’île de Pâques, et ses gigantesques statues moaï. Un attaché culturel de l’ambassade du Chili sera présent : des sculpteurs de moaï participeront peut-être, bientôt, à l’extension de la Vallée des Saints.

Bro Gozh. Le prix décerné au Fil

Le prix « Bro Gozh » a été décerné à quatre entités qui défendent la culture bretonne au Fil, ce samedi soir, dans le Breizh Stade. (Le Télégramme/Cyril Bottollier-Lemallaz)

Trois entités bretonnantes ont été récompensées pour leur ferveur à défendre l’hymne breton : le club de basket de l’Ujap Quimper, la confédération Kendalc’h et l’Académie de musique et des arts sacrés. Et le Fil s’est vu remettre le grand trophée.

Ujap Quimper. Patrick Tudal, vice-président du club de basket, a souligné le « Bro gozh » comme un hymne « fier, un peu guerrier et porteur d’avenir ». Des valeurs que l’Ujap met en avant en proposant notamment de chanter l’hymne avant les matchs.

Kendalc’h. La confédération, basée à Auray, promeut la culture bretonne dans les écoles à travers des outils pédagogiques. Jonathan Le Guennec et Robert Raulo ont expliqué que la confédération termine toujours ses assemblées en chantant l’hymne breton. Ils considèrent qu’il faut préserver et transmettre la culture pour « bien connaître le passé, vivre sereinement au présent et créer l’avenir ».

Académie de musique et des arts sacrés. Cécile Perrochon, membre de l’académie, a expliqué les différentes actions mises en place au sein de la structure basée à Sainte-Anne-d’Auray, comme « une rencontre avec le regretté Yann-Fañch Kemener, animer une messe en breton et apprendre l’hymne en classe ».

Fil. Le président de la Région Loïg Chesnais-Girard a décerné le prix « Bro Gozh ma Zadoù » au directeur du Fil, Lisardo Lombardia. Ce dernier regrette de ne savoir parler que quelques mots en breton et promet d’étudier la langue, « car c’est comme cela qu’on apprend la culture ». Avant de conclure cette remise par un appel pour « la Bretagne à cinq ! » sous les applaudissements. Et l’hymne breton, cela va de soi.

Le Bro Gozh honore le Festival interceltique et ceux qui œuvrent pour la culture bretonne

Lisardo Lombardia présente le trophée remis à l’Interceltique à l’assistance (plus de 500 participants)

Ouest-France, 4 août 2019

Le comité Bro Gozh a remis ses prix 2019, samedi soir. L’UJAP Quimper, Kendalc’h, l’Académie de musique et d’arts sacrés et Le Festival interceltique ont été distingués.

Hommage à tous ceux qui œuvrent pour la culture et la langue bretonne. Et à son hymne promu par le comité Bro Gozh ma Zadoù.

Le comité a, samedi 3 août 2019, remis ses prix 2019 à l’UJAP Quimper, à Kendalc’h, à l’Académie de musique et d’arts sacrés, en distinguant tout particulièrement le Festival interceltique de Lorient.

Le président de la région, Loïg Chesnais Girard, avait tenu à remettre le prix en personne à Lisardo Lombardia, directeur du Fil.

Il a émis le souhait que le Bro Gozh soit « chanté dans tous les lieux où nous avons envie d’affirmer notre culture et notre identité et de le réaffirmer avec fierté et ouverture ». Le prix récompense là Le Fil pour son rôle d’ambassadeur du Bro Gozh. « C’est un grand honneur pour ce festival qui a un rôle de porte-drapeau des valeurs de la Bretagne et surtout de la famille interceltique », a souligné Lisardo Lombardia.

À l’issue de la cérémonie, l’hymne breton a été repris en chœur par le public debout du Breizh stade…

La photo famille à l’issue de la cérémonie

 

 

Prix Bro Gozh 2019, le samedi 3 août à Lorient

Norbert Métairie, Maire de Lorient
Lisardo Lombardia, Directeur du Festival interceltique
Jacques-Yves Le Touze, Président du Comité Bro Gozh ma Zadoù
la Fédération Bretagne-Pays de Galles, l’Institut culturel de Bretagne,
la Fédération Kanomp Breizh et les membres du Comité Bro Gozh ma Zadoù
ont le plaisir de vous inviter
à la remise des Prix Bro Gozh 2019
au Festival interceltique,
à l’UJAP QuimperKendalc’h et à l’Académie de Musique et d’Arts Sacrés
en présence de
M. Loig Chesnais-Girard, Président du Conseil régional de Bretagne
le samedi 3 août 2019, à 19h30,
au Breizh Stade, près du Stade du Moustoir, derrière le Théâtre de Lorient
qui sera suivie de la remise des prix du Championnat national des Bagadoù
Norbert Métairie, Maer an Oriant
Lisardo Lombardia, Rener Emvod ar Gelted
Jakez an Touz, Kadoriad Poellgor Bro Gozh ma Zadoù
Kevredad Breizh Kembre, Skol-Uhel ar Vro, Kevredad Kanomp Breizh
hag izili Poellgor Bro Gozh ma Zadoù
a zo laouen ouzh ho pediñ da lid dereiñ
Prizioù Bro Gozh 2019 da :
Emvod ar Gelted, UJAP Kemper, Kendalc’h, AMAS
dirak
an Ao. Loig Chesnais-Girard, Prezidant Kuzul-rannvro Breizh,
d’ar sadorn 3  a viz Eost 2019 da 7eur30 g.m.
e Breizh Stad, e-kichen Stad ar Voustoer, a-dreñv C’hoariva an Oriant
heuliet gant lid dereiñ Prizioù Kampionnat broadel ar Bagadoù
Poellgor Bro Gozh ma Zadoù
02 97 64 12 76
brogozh@mel.bzh

Le Bro Gozh pour Georges Cadoudal

Chanteuses et sonneurs réunis pour une reprise de « Bro gozh Ma Zadou » avec le public.

Chanteuses et sonneurs réunis pour une reprise de « Bro gozh Ma Zadou » avec le public.

Le Télégramme, 7 juillet 2019

C’est un public varié, dont des connaissances de Georges Cadoudal, qui a assisté, samedi après-midi, au concert en l’église pour célébrer les 90 ans du « Patriarche », avec ses amis sonneurs de Re an Are et des chanteuses. Mené par le biniou koz de Georges Cadoudal, le concert a débuté par des cantiques en musique et chantés. Anne Auffret et sa harpe ont charmé l’auditoire ; Lucia Farella, accompagné des sonneurs, a chanté le « Kantig ar baradoz » avec ferveur. Jacqueline Cornec et Gaëlle Trébaol, Denise et Monique Guyader, Andrea Ar gouilh ont également interprété des mélodies en deuxième partie en alternance avec Re An Are. Le public a repris en chœur, le « Bro Gozh Ma Zadou » avec toutes les chanteuses et musiciens. Un moment musical impressionnant. Ce n’était que le début de la fête puisqu’elle se poursuivait ensuite à la salle polyvalente de Brennilis.