Bro Gozh: la vision de Padrig Morin

Le Bro Gozh avec les 7 saints fondateurs de la Bretagne, 100×80, tempera et feuille d’or 22 carats.

En dehors des musiciens et des chanteurs, il est assez rare qu’un artiste s’empare du Bro Gozh pour en donner son interprétation. C’est ce que vient de faire Padrig Morin.

Patrig Morin

Rencontre

PBGMZ: Padrig Morin, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

PM: Je suis né à Quimper en 1962 et je suis originaire de Cast. J’ai passé une partie de mon enfance à l’étranger et à 20 ans, j’ai quitté la Bretagne pour l’Angleterre puis pour le Sri Lanka où je me suis marié et où je vis actuellement.

PBGMZ: Comment décrire vos œuvres ?

PM: Je suis autodidacte, je n’ai jamais appris à peindre ou à dessiner, je m’y suis mis sur le tard alors que j’étudiais le bouddhisme et l’hindouisme. J’ai commencé à dessiner pour garder en mémoire les dieux hindous, leurs symboles, leurs couleurs, etc.. Ma peinture reste très marquée par cette influence.

PBGMZ: Que vous inspire le Bro Gozh ?

PM: C’est comme le Gwenn-ha-Du, c’est l’un des symboles modernes de la Bretagne; il traduit aussi un certain lien avec nos origines et nos cousins d’Outre-Manche. Il exprime notre âme, une âme qui reste forte malgré des siècles d’acculturation sous le contrôle de l’état français . Il est de plus en plus connu et les Bretons sont en train de se l’approprier comme ils l’ont fait avec le Gwenn-ha-Du.

PBGMZ: A quand une exposition en Bretagne ?

PM: Pas avant 2020, questions de temps, de temps et de financement ….

PBGMZ: Merci !

Publicités

France 3 : le Rugby Club de Vannes, lauréat du prix Bro Gozh 2018

Un chant repris en chœur dans les tribunes à chaque rencontre / © France 3 Bretagne

France 3 Bretagne, 16 octobre 2017

Depuis 2010, le Comité Bro Gozh ma zadoù remet un prix chaque année à une personne, un artiste, une association ou institution ayant le mieux promu l’hymne breton, le Bro gozh ma zadoù (Le vieux pays de mes pères). Cette année 2018 : C’est le Rugby Club de Vannes qui remporte le prix.

Supporters, drapeaux bretons  Pipe-band, distributions de flyers… de prime abord c’est un match breton comme les autres, à un air de musique prêt : Le Bro Gozh Ma Zadou. Depuis sa montée en Pro D2 l’année dernière, le Rugby club de Vannes fait interpréter l’hymne breton avant chaque rencontre à domicile. Une initiative saluée par le comité Bro Gozh, qui lui a décerné son prix 2018, pour la promotion de ce fameux Bro Gozh Ma Zadou. Un prix remis exceptionnellement en avance, pour concorder avec la saison de rugby.

Un chant repris à chaque rencontre par quelque 9000 supporters

Le chant a pris parmi les supporters A chaque match ce sont ainsi quelque 9 000 spectateurs debout qui chantent, à l’écoute des notes de Philippe Le Ray. Jamais un club de rugby n’était encore passé professionnels en Bretagne. L’ambiance en tout cas y est digne de celles de ses voisins celtes : les Irlandais, Écossais ou Gallois.

Des annonces avant les touches en breton

Et puis il faut ajouter aussi qu’entre eux, les joueurs n’hésitent pas à glisser quelques mots de breton, comme les annonces avant les touches notamment, à l’image de ce qui se pratique au pays basque par exemple. Une tactique prometteuse, même si Montauban s’est imposé 19-12 ce vendredi 13 octobre à la Rabine.

Les précédents lauréats de ce prix étaient Alan Stivell, Nolwenn Leroy, le Stade rennais, Kanomp Breizh et les Tri Yann.

Pour voir le reportage, cliquer sur l’image ci-dessous:

Le Prix Bro Gozh au Rugby Club de Vannes Le reportage à Vannes de Maïna Sivcard-Cras et Stéphane Soviller – Interviews : Yann Ber Rivalin, Membre du comité Bro Gozh – Olivier Cloarec, Président du RC Vannes – Etienne Delangle, joueur RCV, deuxième ligne

 

 

Ar Vro Gozh hag ar RCV war France 3 Breizh

Diffusion lundi 16 octobre à 11h59 d’un reportage en langue bretonne sur le RCV, le Bro Gozh et le Prix Bro Gozh sur France 3 Bretagne.

Le Bro Gozh à Tout Rennes court .

Ouest-France, 9 octobre 2017

Une équipe de Bretagne défiait diverses sélections nationales (France, Italie, Portugal), dimanche après-midi dans les rues de Rennes.© Ouest-France

Match international jeunes. Invités à participer à la fête, les athlètes seniors bretons ont tenu leur rang face aux champions de demain. Ils sont unanimes : l’exercice a été réussi et ils reviendront.

15 h 45, hier après-midi. Charles Delys, entouré de ses sept camarades bretons s’avance vers la ligne de départ, drapeau breton en étendard, sourire non dissimulé. L’instant est protocolaire, mais émouvant, et apporte une dimension étourdissante au moment du Bro gozh ma zadoù, l’hymne breton. « Pour nous, Bretons amateurs, c’est une super-valorisation, étaye l’athlète licencié à l’EAPB. Le moment était émouvant et ils m’ont donné le drapeau car je suis le doyen de l’équipe. Par contre, aucun ne connaissait l’hymne. On déconnait entre nous sur l’indépendance de la Catalogne, si on veut celle de la Bretagne, il va falloir commencer par connaître l’hymne breton (rires) ! »

À ce moment précis, les Bretons étaient en tête, devant leurs jeunes concurrents portugais, italiens et français. Et puis, la course a pris le dessus. Face aux meilleurs jeunes de chaque pays, ils n’ont pu suivre le rythme imposé par les leaders : « Je n’ai pas eu le temps de les voir », se marre Delys. L’essentiel était ailleurs. « J’ai adoré, lâche Béatrice Osty, licenciée à Quimper. C’est un privilège de participer à ce genre d’événements. Et puis, il y a eu une belle émulation entre nous. » Avec Anna-Aël Le Guern (HBA) et Elodie Wanherdrick (Saint-Avé), elles se croisent régulièrement sur les courses, sans se connaître personnellement. « On s’est entraidées », soufflent-elles en choeur.

« Si on me repropose, je reviens »

(….) suite de l’article ici.

Le Bro Gozh avec le RCV sur Canal+

Canal+ a réalisé un reportage sur le Rugby Club de Vannes dont une grande partie a été tournée le vendredi 22 septembre lors du match Vannes-Biarritz qui a vu la remise du Prix Bro Gozh 2018.

Ambiance du tonnerre, distribution des flyers avec les paroles du Bro Gozh, interprétation du Bro Gozh avec traduction des paroles en sous-titres. Un reportage qui reflète bien ce que fut cette soirée mémorable au stade de la Rabine à Vannes.

RCV et Bro Gozh dans le numéro d’octobre de « Bretons ».

Au début de l’été dernier, le Comité Bro Gozh et la revue Bretons ont convenu d’un partenariat qui permettra désormais de présenter le lauréat du prix Bro Gozh dans les colonnes du mensuel.

C’est le cas dans sa livraison d’octobre avec une présentation du Rugby Club de Vannes, lauréat le vendredi 22 septembre dernier, du Prix Bro Gozh 2018.

Bretons est diffusé dans les points presse des 5 départements bretons.

Radio Bro Gwened: Ar priz « Bro Gozh » da RC Gwened

Radio Breizh, 26/09/2017

Pennad-komz kaset da benn gant Yaëlle Le Mouël.

Waet eo ar priz Bro Gozh d’ar Rugby Club Gwened.
Digwener eo bet graet ar lid en ofisiel e-raok ar c’hrogad enep klub Biarritz. Setu un doere da inouriñ ar strivoù graet get ar c’hlub da lakaat ar c’han Bro Gozh ma zadoù hag ar brezhoneg àr-wel. Implijet e vez ar brezhoneg er c’houlzadoù da vrudiñ ar c’hlub pe da gomz ag ar steuñv c’hoari get ar gourdoner pe an c’hoarierion dre skwer. Hag e-raok pep krogad e stad La Rabine e vez ingalet folennoù d’an dud get komzoù ar bro gozh.

Digwener e oant 9000 er stad é soniñ a-gevred. Ur feson da dizhout ur bochad tud hrevez izili ar c’homite Bro Gozh. Gouiamp pelloc’h get Lena Louarn, eil prezidantez ar rannvro, he deus roet ar priz d’ar c’hlub digwener. Ur reportaj get Yaelle ar Mouel.

Trec’h eo bet RC Gwened digwener enep Biarritz. 22-16. Un taol-kaer get ar Wenediz c’hoazh hag a zo bremañ 7vet doc’h ar c’hlasamant.

Klikit war ar skeudenn: