Bro Gozh : Philippe Leray aime chanter le rugby et la Bretagne

Ouest-France, le 16 septembre 2022

C’est un peu lui qui donne le coup d’envoi des matches du Rugby-club de Vannes (Morbihan), en Pro D2, à La Rabine. À quelques minutes de la rentrée des joueurs, Philippe Leray entonne le Bro goz ma zadoù, hymne breton. Frissons garantis.

Philippe Leray est un personnage incontournable des matchs de rugby à la Rabine à Vannes (Morbihan). Si sa prestation ne dure que cinquante secondes, elle fait se lever les 8 000 spectateurs dans l’antre du Rugby-club de Vannes, qui évolue en Pro D2.

À quelques secondes du coup d’envoi, avant que les équipes ne pénètrent sur le terrain et pendant que les derniers supporters et autres VIP regagnent leur place en tribune, ce sexagénaire vannetais entonne le Bro Gozh Ma Zadoù, (Vieux pays de mes ancêtres), l’hymne breton. Depuis six ans, et ce même pendant la pandémie, il s’adonne à cet exercice. ( Le Comité Bro Gozh avait lancé durant la pandémie l’opération « Chantez la Bretagne, Chantez le Bro Gozh ! », et une centaine de versions du Bro Gozh ont ainsi été enregistrées voir ici )

La genèse d’une recette qui fonctionne

Philippe Leray, 60 ans, est un fervent supporter du RCV : J’aime le rugby. Cela fait 29 ou 30 ans que je supporte le club. Je l’ai connu en Fédérale 3 (septième division nationale, NDLR). J’ai suivi toutes les accessions dans la hiérarchie du rugby national. Lorsque son club fétiche a accédé au monde professionnel, en 2006, il a été sollicité pour sa fibre bretonne et rugbystique, mais aussi et surtout pour son autre passion : le chant et la musique.

Il se souvient : J’étais chanteur soliste baryton. Je chante depuis que je suis tout petit. Lors de la montée en Pro D2 en 2016, François Cardron, alors président du club, m’avait intégré dans l’équipe d’animation afin d’amener une note musicale bretonnante lors des matchs, et pour contribuer à l’identité bretonne du RCV. Avec mon ami, Stéphane Le Follic, on devait faire venir les bagads les jours de matchs. On avait la charge des jingles à la mi-temps, à la fin du match, mais aussi lors des essais marqués par les Bleus. On m’a demandé de faire des essais au micro. Et, dès le deuxième match, j’ai chanté le Bro Gozh Ma Zadoù.

Et cela fait six saisons que ça dure. Pendant les matchs à huis clos, le directeur du club, Martin Michel, a insisté pour qu’il continue. On a dû obtenir l’autorisation de la Ligue Nationale de Rugby.

Une petite notoriété

Lorsqu’il apparaît sur la pelouse pour livrer sa prestation, c’est le signal du coup d’envoi : Cela fait partie du protocole. C’est la montée en puissance. Le public se lève. C’est un rituel un peu solennel. Désormais, les paroles en breton défilent sur les bandeaux lumineux autour du terrain. Et si le public ne chante pas l’intégralité du texte, Philippe Leray apprécie son implication : Maintenant, l’ensemble du public chante le refrain : O Breizh, ma Bro/Me’gar ma Bro. C’est très gratifiant et surtout très fort.

Alors qu’au Roazhon Park, à Rennes (Ille-et-Vilaine), ou lors des matchs de foot du VOC ou du FC Lorient, c’est une bande-son qui diffuse l’hymne ( Ce n’est pas tout à fait exact: au stade du Moustoir le Bro Gozh est interprété à chaque fois par Morwenn Le Normand et au Roazhon Park, c’est à la fois et suivant les circonstances des artistes ou une bande son) au RC Vannes, c’est le chanteur Philippe Leray qui l’interprète en live. Ces prestations lui offrent une petite notoriété : Je suis ingénieur et responsable du patrimoine chez un bailleur social vannetais. Les entrepreneurs du bâtiment avec qui je travaille me reconnaissent. Ils sont souvent partenaires du club.

Faut que la mayonnaise prenne

Dès qu’il a fini son tour de chant, Philippe Leray se cale en tribune et ne perd pas une seconde de l’affrontement qui se joue sur le terrain.

(….)

Lorient: derby breton entre le FCL et le FC Nantes et quelques nouveautés au Moustoir

Ce dimanche nouveau derby breton au stade du Moustoir de Lorient entre le FC Lorient et le FC Nantes. #derbybreton #derbibreizh

Le Bro Gozh sera bien entendu interprété par la chanteuse « maison » Morwenn Le Normand.

A signaler 2 nouveautés : les paroles du Bro Gozh seront désormais diffusées sur les 2 écrans du stade et le décompte avant le lancement du match se fera en breton .

Pleyber-Christ: le Bro Gozh pour l’Armorikaine TT

Le Télégramme, 27 août 2022

De jeunes sportifs pleybériens ont accompagné les pilotes à leur arrivée sur le circuit de Gorrébloué. Un moment qu’ils ne sont pas près d’oublier.

Les 24 heures de Bretagne de moto tout-terrain sont de retour. Le départ de cette course mythique, remise sur pied par l’Armorik MC, a été donné ce samedi, à 15 h, à Pleyber-Christ. Gaaaaz !

La dernière édition des 24 heures de Bretagne de moto tout-terrain remontait à 1994. Grâce au travail acharné de Thierry Bozec et des bénévoles de l’Armorik Moto Club, l’épreuve a repris vie, ce week-end, sur le site de Gorrébloué, à Pleyber-Christ. Le départ de cette course d’endurance en relais a été donné à 15 h, dans un bruit assourdissant et un épais nuage de poussière, après un Bro Gozh ma Zadoù entonné par la chanteuse morlaisienne Clarisse Lavanant. Des milliers de spectateurs s’étaient massés le long des 8 km du circuit. Ils seront aussi nombreux ce dimanche, pour les dernières heures de course.

Lorient: la voix du Bro Gozh devient la voix du Moustoir

Au Moustoir en décembre 2021 pour l’officialisation du Bro Gozh comme hymne de la Bretagne. Morwenn Le Normand, Loig Chesnais-Girard, Aziliz Manrow, Gilles Servat.

Ouest-France, 20 août 2022

La chanteuse bretonne Morwenn Le Normand succède à Alain Bossard et devient la nouvelle speakeuse du FC Lorient (Morbihan). Son rôle : animer les matchs et chauffer les supporters. Tout un programme.

Elle est la nouvelle speakeuse du stade du Moustoir à Lorient . Comprenez, la maîtresse de cérémonie, la chauffeuse de stade, l’animatrice. La chanteuse Morwenn Le Normand fait désormais partie de ces rares femmes à prendre le micro pour mettre l’ambiance pendant les rencontres sportives.

Son rôle paraît simple : elle devra annoncer la composition des équipes, les buts, et faire monter la température, côté supporters. « Ça va beaucoup se jouer à la sensation. Il faut avoir la capacité de gérer un micro, le public et porter sa voix dans un stade pour accompagner les supporters, confie la chanteuse. Le stress sera différent par rapport à un concert où les gens viennent pour m’écouter moi… Mais je ne m’inquiète pas, les supporters sont chouettes, j’espère créer du lien. »

La jeune femme est une habituée du Moustoir. Depuis trois ans, elle chante l’hymne du FC Lorient et l’hymne breton, le Bro Gozh ma zadou, à chaque match. « Je sais déjà ce que c’est que d’être dans un stade de 15 000 personnes. Il n’y a pas cette angoisse de la découverte. Maintenant, je vais avoir la possibilité de mettre l’ambiance. »

En juillet 2022, Samuel Lothoré, chargé de communication évènementielle au FCL, remarque ses prestations sur la pelouse et lui propose le poste. « J’étais vraiment surprise, je ne m’y attendais vraiment pas. Je regrette de ne pas avoir plus prêté attention à l’ancien speaker », ajoute rieuse, Morwenn Le Normand. (….)

Le Télégramme, 12 août 2022

Le FC Lorient s’est choisi un nouveau speakeur. Ou plutôt une speakeuse. La chanteuse Morwenn Le Normand sera désormais au micro lors des matchs au Moustoir.

Les habitués des matchs à domicile du FC Lorient vont vivre un petit changement cette saison. Au Moustoir, c’est désormais Morwenn Le Normand qui sera au micro. Et pas seulement pour chanter l’hymne du FCL et le Bro gozh ma zadou. Elle est la nouvelle speakeuse ! Plutôt étonnant pour la chanteuse lorientaise. (….)

Saint-Loup 2022 à Guingamp : « Quand je monte sur scène le dimanche soir pour chanter le Bro gozh »

Le Télégramme, 18 août 2022

En plus de quarante ans de fréquentation de la Saint-Loup, Mona Bras en a des souvenirs. Pour la désormais présidente des Amis du patrimoine, le festival est comme une bouteille de parfum.

« Les premières images qui me viennent, ce sont celles des quatre sites que j’ai vécus : le château des Salles, la place du Centre, puis le jardin public et enfin, la place du Vally. J’ai un souvenir qui est aussi un regret. Je monte sur scène le dimanche soir pour chanter le Bro gozh et les frères Morvan sont là. Depuis qu’ils ne sont plus là, il me manque quelque chose… La Saint-Loup, c’est quelque chose qui vient par fumée, et le Bro gozh vient clore le festival, comme on rebouche une bouteille de parfum. »