Fête de la Bretagne à Vannes: 450 enfants pour le Bro Gozh

Ouest-France, 10 mai 2019

Le sens de la fête, cela s’entretient. La Fête de la Bretagne, du 17 au 26 mai, va en donner un bel aperçu. Pour cette 11e édition, 9 000 bénévoles seront sur le pont pour proposer quelque 300 rendez-vous. À l’image des Irlandais qui célèbrent la Saint-Patrick chez eux et partout dans le monde.

Repères

Pour tout le monde et dans le monde

De Penvénan (Côtes-d’Armor) en passant par Douarnenez, au bout du Finistère, Saint-Thurial (Ille-et-Vilaine), Lorient, Nantes ou Paris, la Fête de la Bretagne va diffuser large. Dans les grandes villes et les petites, et même très loin de la Bretagne, là où il y a des Bretons qui veulent faire partager leur culture et leurs singularités. Il y aura donc aussi une Fête de la Bretagne au Brésil (Sao-Paulo), en Irlande (Dublin), Singapour, au Togo ou au Vietnam. Autant d’occasions de mettre en avant ce qui fait l’originalité de la Bretagne dans le vaste monde : sa culture, son histoire, son patrimoine, sa nature, son sens du partage… « Autant de moments pour tous les amoureux de la Bretagne de faire la fête », a résumé hier à Quimper, lors de la présentation du programme, Karim Ghachem, conseiller municipal et aussi conseiller régional.

Les trois coups de la Fête de la Bretagne ont été donnés vendredi à Quimper en présence d’élus et de quelques organisateurs. | OUEST-FRANCE

Une large palette de rendez-vous

De la culture sous toutes ses facettes, celles d’hier et celles d’aujourd’hui, des activités en pleine nature, la redécouverte du patrimoine et de l’histoire, les jeux traditionnels de Bretagne, la gastronomie, des expositions et des spectacles… La Fête de la Bretagne, mise en musique par le conseil régional, multiplie les découvertes. Il est vrai que chaque année, un tiers des organisateurs sont des nouveaux venus dans ce carrousel.

Pour autant, au fil de la programmation, des préoccupations communes émergent. « Dans les rendez-vous proposés apparaissent les préoccupations autour du développement durable, de l’environnement, des circuits courts de distribution des produits agricoles ou encore la mise en valeur du patrimoine », constate Claudie Poirier qui coordonne l’ensemble du programme. Il n’empêche, cette diversité n’empêche pas des critères communs aux quelque 300 rendez-vous : un caractère populaire, des tarifs modérés ou pas de tarifs du tout, et la mobilisation de bénévoles.

Les relais des petites et grandes villes

Si la Région bat la mesure pour la Fête de la Bretagne (elle apporte 700 000 €), elle entend aussi s’appuyer de plus en plus sur les villes, grandes ou petites, qui veulent entrer dans la danse, et enrichir les animations de la Fête de la Bretagne. C’est l’opération territoires en fête. Il y en a sept maintenant : Bruz près de Rennes, la communauté de communes de Ploërmel (Morbihan), Pont-de-Buis lès Quimerc’h et Roscoff (Finistère), la Turballe (Loire-Atlantique) et aussi Quimper et Vannes. Pour les préfectures du Finistère et du Morbihan, c’est une première, accompagnée d’un joli programme. Avec, par exemple, une nouvelle édition à Quimper du Trans Breizh express avec 600 danseurs dans les rues (le 18 mai) et à Vannes un concert des élèves des écoles bilingues de la ville. Ils seront un demi-millier à interpréter le Bro gozh ma Zadoù, l’hymne breton.

Didier GOURIN.

Fête de la Bretagne. Le dragon et l’hermine à Océanis le 19 mai

Dernières répétitions à Amzer Nevez avant le concert du 19 mai à Océanis.

Dernières répétitions à Amzer Nevez avant le concert du 19 mai à Océanis. (GUY LUCAS)

Le Télégramme, 7 mai 2019

Dimanche 19 mai, à 17 h, l’Océanis de Ploemeur présente « Le dragon et l’hermine » dans le cadre de la Fête de la Bretagne.

Ce spectacle mettra en scène l’ensemble choral Kanomp Breizh, dirigé par Jean-Marie Airault, et l’orchestre des pompiers du Morbihan sous la houlette d’Alain Sanchez. Ce spectacle célèbre les liens ancestraux entre la Bretagne et le Pays de Galles avec la cantate An Aval ar C’haliz, des airs classiques, et des chants gallois en breton.

En ouverture, la cantate An Aval ar C’haliz sera interprétée par les 90 choristes de l’ensemble choral de Bretagne. La cantate écrite par Patrick Corlay retrace la période de basculement de l’ancienne religion des Celtes à la nouvelle religion chrétienne au Vsiècle, au moment où elle a envahi la Bretagne et l’Armorique.

En seconde partie, l’orchestre et le bagad des pompiers du Morbihan jouera de grands classiques : Green Land, Highland cathedral, Entre terre et mer, Amazing Grace.

Au final, l’orchestre d’harmonie et le chœur se rejoindront pour un répertoire composé de chorals gallois sur des paroles en breton. Ces mélodies bien connues des Bretons et souvent assimilées à des airs traditionnels bretons ont été collectées outre-Manche et ont trouvé leur juste place dans le patrimoine chanté de Bretagne. Le spectacle se terminera sur le Bro Gozh ma Zadoù.

Pratique
Océanis, Ploemeur, dimanche 19 mai à 17 h.

Tarifs de 6 à 13 euros.

Réservations France Billet (Fnac, carrefour..) , Ticketnet (Leclerc), Océanis et Sillage.

Océanis. L’école de musique participera au spectacle Le Dragon et l’Hermine

Océanis présente le 19 mai le spectacle « Le Dragon et l’Hermine », dans le cadre de la Fête de la Bretagne.

Ce spectacle mettra en scène l’ensemble choral Kanomp Breizh, dirigé par Jean-Marie Airault, et l’orchestre des pompiers du Morbihan avec, pour invités, des élèves de l’école de musique, sous la houlette d’Alain Sanchez, directeur musical et chef d’orchestre.

Pratique
Dimanche 19 mai, à 17 h. Tarifs : de 6 à 13 €. Réservations France Billet (Fnac, carrefour…), Ticketnet (Leclerc), Océanis et Sillage.

 

Vannes. Le Bro Gozh ma Zadoù et la ville morbihannaise indissociables

Sur les marches de la mairie, après avoir dévoilé le panneau Breizh 5/5, l’hymne breton du Bro Gozh Ma Zadoù est entonné.

Sur les marches de la mairie, après avoir dévoilé le panneau Breizh 5/5, l’hymne breton du Bro Gozh Ma Zadoù est entonné. | PATRICK CROGUENNEC

Ouest-France, 16 août 2018

Le Bro gozh ma Zadoù est devenu indissociable du Rugby club de Vannes, où il est entonné avant chaque rencontre et repris en choeur par une partie du public. Désormais, l’hymne breton pourrait s’ancrer définitivement aux Fêtes d’Arvor et, bientôt, dans les écoles primaires publiques et privées de la Ville.

Chaque soir de match du Rugby club de Vannes à La Rabine, le public entonne en chœur avec Philippe Le Ray, chanteur officiel du club, le Bro gozh ma zadoù (Le vieux pays de mes ancêtres). Ce qui a valu au RCV de recevoir le Prix Bro Gozh 2018, récompensant ceux qui œuvrent pour la promotion de l’hymne breton.

Mercredi, sur les marches de l’hôtel de ville, après avoir dévoilé le panneau Breizh 5/5, du nom d’une association trégoroise ) qui réclame une Bretagne à cinq départements, le Bro gozh ma Zadoù était aussi à l’honneur.

De quoi faire naître des idées chez Patrick Mahé, conseiller municipal délégué à la musique et la langue bretonnes. « Il y a une histoire désormais entre le Broz Gozh et le rugby et entre Vannes et le Bro gozh. Alors, nous n’en sommes pas à dire que l’on va pérenniser ce moment mais c’est vrai que le Bro gozh ma zadoù avec un interprète accompagné de musiciens des bagadoù, au pied des remparts après le couronnement de la reine d’Arvor, est une idée à creuser. »

Dans les écoles

La Ville a, par ailleurs, un projet très avancé avec les écoles primaires publiques et privées vannetaises qui verraient les élèves – certains établissements vont s’engager dès cette année dans la démarche – apprendre le Bro Gozh ma Zadoù.

Une interprétation commune pourrait avoir lieu lors de la Fête de la Bretagne (Gouel Breizh) qui a lieu en mai et dans laquelle la Ville entend s’inscrire plus que jamais en y incluant d’ailleurs le Celti’Vannes, rendez-vous de la culture bretonne, qui se tenait jusque-là en septembre, mais dont l’aventure prend fin.

 

Singapour à l’heure du Bro Gozh ma Zadoù pour la Fête de la Bretagne

La parade, au Singapore Botanic Garden, a précédé les festivités musicales du dimanche.

Le Télégramme, 23 mai 2018

La fête de la Bretagne n’est pas réservée qu’à la Bretagne. Ses sonorités ont résonné un peu partout dans le monde, comme à Singapour, où une jolie collaboration artistique et culturelle bretonne-singapourienne à ravi le public. Dimanche dernier, les deux jours de fête se sont conclus au Singapore Botanic Garden, sur la scène de la Shaw Foundation. Le « Lion City Pipe Band », qui a sonné dans les allées du jardin a fait passer un sacré frisson dans les rangs des centaines de spectateurs. Sur scène, des élèves de cinq écoles maternelles Star Learners ont interprété le Bro Goz Ma Zadou, accompagné par les musiciens du Kelc’h Keltieg Rostren, avant d’interpréter une chanson en mandarin. Le cercle celtique de Rostrenen (22) a époustouflé les spectateurs singapouriens par leurs pas de danse exceptionnels, avant de laisser la place aux Biches Cocottes. Elles ont charmé le public par leur interprétation originale et harmonieuse de chants marins, chers au cœur de tout breton. Dans le public, 20 élèves singapouriens ont assisté à la fête de la Bretagne, en préambule de leur séjour linguistique à Brest, au Ciel, samedi.

 

Singapour. Les enfants chantent le Bro Gozh pour Gwennyn .

La chanteuse quimpéroise Gwennyn vient de rentrer d’une tournée à Singapour et au Vietnam à l’invitation des associations bretonnes des deux pays. A Singapour, la chanteuse a été invitée dans une école où, à sa grande surprise, les enfants ont chanté l’hymne breton Bro Gozh Ma Zadoù, en intégralité et sans une fausse note. Chapeau !

Prix Bro Gozh 2017: retour en images

Merci aux photographes Michel Thiery, Serge Jacob et Caludie Poirier

Le12 mai 2017, le Bro Gozh à la Cité des Congrès de Nantes

La remise des prix, photo Serge Jacob

Et le Bro Gozh chanté par tous les participants et les spectateurs après la remise des prix.