Oiartzun: le Bro Gozh chanté en basque …..

Durant les Vieilles Charrues, les Basques sont venus à Carhaix chercher la sculpture symbolisant 25 années d’échanges avec Carhaix. Jeudi dernier a eu lieu au pays Basque son inauguration en présence de la délégation carhaisienne.

Durant les Vieilles Charrues, les Basques sont venus à Carhaix chercher la sculpture symbolisant 25 années d’échanges avec Carhaix. Jeudi dernier a eu lieu au pays Basque son inauguration en présence de la délégation carhaisienne.

Le Télégramme, 7 août 2019

Une délégation carhaisienne s’est rendue du 31 juillet au 5 août au pays basque espagnol pour fêter les 25 ans du jumelage de la Capitale du Poher avec Oiartzun.

Du 31 juillet au 5 août, une délégation carhaisienne s’est rendue au Pays basque afin de participer aux célébrations du 25e anniversaire du comité de jumelage Carhaix-Oiartzun.

Pour l’occasion, Gwenn ha Du et Ikurrina – le drapeau basque – flottaient ensemble aux balcons de la ville.

Coïncidant avec le lancement des fêtes patronales locales de la Saint Esteban, ce séjour, placé sous le signe du partage et de l’amitié, a été riche en échanges culturels, excursions et découvertes gastronomiques.


Réception en mairie


Il a été ponctué par plusieurs cérémonies officielles marquantes. Jeudi en fin de journée, c’est en mairie que les Carhaisiens ont été conviés. Se succédant au micro les différents maires de la ville suivi par Christian Troadec, Vincent Abaziou, Daniel Cotten (signataire officiel du jumelage) mais aussi de réfugiés basques accueillis à Carhaix dans les années 80*, ont rappelé l’histoire commune des deux peuples. « Nous avons une dette intemporelle à votre égard » a lancé Jesus Leonet maire actuel d’Oiartzun. « La terreur s’était abattue sur des hommes et femmes traqués […] un élan de solidarité s’est mis en place pour les accueillir, simplement pour leur permettre de ne pas être assassiné », a rappelé quant à lui le maire de Carhaix.


Inauguration
d’une pierre commémorative


Le lendemain vendredi midi, l’inauguration d’une sculpture réalisée par le sculpteur breton Patrick Gueho a donné lieu à une émouvante cérémonie. Représentant un Triskell et un Lauburu** se faisant face, la pierre a été symboliquement érigée en direction de Carhaix dans le jardin arboré d’une propriété dont les occupants furent expropriés puis fusillés par les franquistes.

Lors de cette cérémonie, le Bro Gozh ma zadoù – l’hymne Breton – a été entonné en basque par la chorale locale. Les Carhaisiens en écho ont ensuite repris en breton « Hegoak », un chant basque symbolisant la Résistance au fascisme. Dans la soirée, la délégation a également participé au lancement officiel des fêtes patronales de la Saint Esteban.

Des expressions de luttes, d’amitié, d’espoir et de paix ont ensuite été prononcées en basque et en breton avant que ne soit envoyées haut dans le ciel des fusées marquant le début des festivités tandis que flottaient les drapeaux basques et breton au balcon de la mairie.

(….)

Carhaix: le Bro Gozh pour la ministre Françoise Nyssen…

Morwena Kadored au côté d’Ismael Morvan et Aziliz Boustuaud, anciens lycéens ayant passé leur bac en breton.© OUEST-FRANCE

Ouest-France, 20 juillet 2018

Les festivaliers arrivant par le train de Guingamp ont eu la surprise de se retrouver face à une manifestation en faveur de la langue bretonne ce vendredi matin, devant la gare de Carhaix. Ils étaient 150 à demander l’officialisation de la langue bretonne, à l’occasion de la venue de Françoise Nyssen, ministre de la Culture.

« Je suis ici pour demander un vrai statut pour les écoles Diwan et soutenir les lycéens et les collégiens qui ont passé leurs épreuves en breton », explique Morwena Kadored, venue au nom de Emglev Bro Plijidi (groupement d’associations en faveur de la langue bretonne du pays de Plésidy). « Plus largement, je suis venue défendre nos droits en tant que brittophones, notre langue et notre culture, et demander une vraie politique linguistique pour le breton », continue-t-elle.

(….)

La manifestation a ensuite quitté la gare pour se terminer devant les grilles d’entrée du festival des Vieilles Charrues, où se trouvait la ministre. Le slogan « Brezhoneg : yezh ofisiel » (breton : langue officielle) a ponctué le parcours, qui a pris fin par le Bro Gozh.

 

Ce vendredi 20 juillet, vers 10 h 30, environ 150 personnes et plusieurs associations de défense de la langue bretonne sont venues manifester à Carhaix à l’occasion de la venue de Françoise Nyssen, ministre de la Culture, au festival des Vieilles Charrues. Une manière pour Emglev Bro Karaez, le centre culturel breton Egin, Skoazell Vreizh (Secours breton), Bro Plijidi ou encore la Gauche indépendantiste bretonne de dénoncer les multiples «attaques» subies ces derniers mois (l’affaire du petit Fañch, celle des copies du bac en breton….). Parties de la gare, elles se sont dirigées, vers 11 h, à l’entrée du site du festival pour demander un entretien à la ministre. Certains manifestants ont entonné le Bro Gozh, considéré comme l’hymne de la Bretagne. La manifestation s’est dispersée peu avant 12 h.

 

Élections régionales. Au QG de Christian Troadec : le Bro gozh chanté

Ouest-France, 6 décembre 2015

Christian Troadec est resté à Carhaix ce dimanche 6 décembre. Après l’annonce des résultats, le candidat Oui la Bretagne a retrouvé ses soutiens. Ils ont chanté le Bro gozh.

Vers 21 h 45, Christian Troadec a retrouvé, à Carhaix, ses soutiens. Après un discours de la tête de liste Oui la Bretagne, les militants ont entonné le Bro gozh. En coeur, ils ont chanté l’hymne breton.

(….)