5e Breizh a gan. Un grand moment.

Une foule impressionnante, environ 450 personnes, s'est retrouvée à l'église.

Le Télégramme, 6 décembre 2016

Dimanche après-midi, 450 spectateurs et quelque 300 choristes étaient réunis pour la 35e édition du Breizh a gan, le grand rassemblement annuel des chorales. En première partie, cinq chorales se sont succédé : Paotred Pagan (choeur d’hommes), Kan Awen (ensemble féminin dirigé par Florian Desbans), Hekleo, de Landerneau, Gwalarn Uhel, de Ploudalmézeau et les Mouezh Paotred Breizh, dont « O Keltia », l’hymne au rassemblement des peuples celtes, chanté des quatre coins de l’église, a été un des moments forts de cette matinée.

Hommage à René Abjean


En deuxième partie, en hommage à René Abjean, compositeur plouguernéen et fondateur de Kanomp Breizh, cet ensemble choral, dirigé par Jean-Marie Airault et accompagné par un ensemble de dix musiciens, a interprété la cantate « Ar Marc’h dall » (le cheval aveugle), qu’il a écrite sur un livret de Job An Irien, également présent dans la salle. Ce choeur d’environ 120 éléments, de toute la Bretagne, est destiné à faire vivre des oeuvres d’importance du répertoire breton, déjà existantes ou des créations. Un moment très fort a été la reprise en bis du final de l’ouvrage dirigé par René Abjean lui-même. La matinée s’est achevée par la remise par Yannig Robin, maire, du trophée Bro Gozh 2016 à la Cocelic et du prix Bro Gozh par Lena louarn, vice-présidente du conseil régional, à Kanomp Breizh. Les choristes et le public ont ensuite entonné le « Bro Gozh ma zadou ».

Prix Bro Gozh 2016: Kanomp Breizh et le COCELIC récompensés lors du Breizh a Gan

plouguerneau-le-prix-bro-gozh-2016-decerne-kanomp-breizh

Lena Louarn, Yann-Ber Thomin et Jacques-Yves Le Touze, lors de la remise du Prix Bro Gozh 2016 à Kanomp Breizh. Photo Ouest-France.

C’est dans une église de Plouguerneau pleine et devant des centaines de personnes que les Prix Bro Gozh 2016 ont été décernés au cours du Breizh a Gan ce dimanche 4 décembre.

Lors de cette après-midi dédiée au chant choral de langue bretonne, 5 chœurs ont présenté un répertoire très divers, traditionnel et contemporain, dans des styles différents reflétant la richesse actuelle de l’expression chorale brittophone.

L’occasion aussi en interprétant la cantate Ar Marc’h Dall de rendre hommage à René Abjean, originaire de Plouguerneau, compositeur, musicien, ancien président de Kanomp Breizh, hommage salué par une « standing ovation » des 700 personnes présentes.

Après une introduction du président du Comité Bro Gozh, le maire de Plouguerneau, Yannig Robin, a salué le travail des chœurs d’expression bretonne, l’importance de la symbolique du Bro Gozh et les réalisations du COCELIC en remettant le Trophée Bro Gozh 2016 à Jacques Guermont , président du Comité d’organisation du Championnat européen des Luttes Celtiques. Dans sa réponse, M. Guermont a souligné la nécessité des liens entre culture et sport et a annoncé l’organisation en septembre 2018 d’un nouveau rendez-vous autour des luttes celtiques.

Ce fut ensuite au tour de Lena Louarn, vice-présidente du Conseil régional de Bretagne, de prendre la parole et d’insister sur la richesse des liens entre la Bretagne et le Pays de Galles,   la langue bretonne qui nécessite un engagement global de tous les acteurs à travers la Bretagne pour assurer son avenir et enfin le travail réalisé par Kanomp Breizh, lauréat 2016 du Prix Bro Gozh. Dans sa réponse, Yann Ber Thomin, président de Kanomp Breizh, a souligné l’importance du symbole du Bro Gozh pour la renaissance culturelle bretonne et la place centrale du chant choral d’expression bretonne dans ce renouveau depuis un siècle.

Et c’est sur un Bro Gozh lancé par les 200 choristes présents et repris par la foule que cette édition 2016 prit fin.

Dimanche 4 décembre, chantons ensemble le Bro Gozh et la Bretagne !

bag-2016

Le 35è Breizh a Gan se tiendra le dimanche 4 décembre 2016 en l’église Saint-Pierrre et Saint-Paul de Plouguerneau, à partir de 15 heures.

Au programme de ce concert exceptionnel, en première partie les chorales :
Paotred Pagan (Plounéour Trez)
Kan Awen (Brest)
Hekleo (Landerneau)
Le groupe champion de deuxième catégorie : Gwalarn Uhel (Ploudalmézeau)
Et le chœur Champion de Bretagne 2016 : Mouezh Paotred Breizh (le chœur d’hommes de Bretagne)

Et en seconde partie du concert :
La cantate Ar Marh Dall, de Job an Irien et René Abjean, par l’Ensemble Choral Kanomp Breizh, accompagné par : les bombardes (Ronan Pouliquen, Dominig Mahé, Gilles Troël),  la cornemuse (Yann Goasdoué), la harpe (Françoise Le Visage), la guitare (Georges Bertholom), la basse (Jean-Pierre Dovilliers), le tin-whistle (Alain Nizou), l’orgue (Gwenaël Riou).

A cette occasion , les Prix Bro Gozh 2016 seront remis au COCELIC et à la fédération Kanomp Breizh.

Le final verra l’interprétation du Bro Gozh par les 300 choristes et musiciens ainsi que par le public.

invitation-gouel-bro-gozh-2016-recto

Entrée : 12€, 10€ (membres de Kanomp Breizh et Kendalc’h), gratuit – de 12 ans.
Vente des billets à l’Office du Tourisme de Plouguerneau , à l’entrée du concert, auprès de Kanomp Breizh.
Renseignements, réservations : 06 32 29 79 29 kanompbreizh@wanadoo.fr

Les Prix Bro Gozh remis le 4 décembre à Plouguerneau

kanompbreizh

Ouest-France, le 25 novembre 2016

Le prix Bro Gozh récompense ceux qui œuvrent pour transmettre l’hymne breton. Il sera remis à Kanomp Breizh, à Plouguerneau, le 4 décembre.

« Après Alan Stivell, Nolwenn Leroy et le Stade Rennais, le prix Bro Gozh ira à Kanomp Breizh, fédération des chorales bretonnes sur les 5 départements bretons, annonce Jacques-Yves Le Touze, président du comité Bro Gozh ma Zàdou. C’est une récompense pour l’ensemble de leur travail et leur rôle dans la transmission du Bro Gozh en tant qu’hymne national de notre pays depuis un siècle. »

Reconnu comme le Gwenn ha Du

Après le centenaire de l’hymne breton Bro Gozh ma Zàdou, célébré à Lesneven, en 2004, le comité a décidé de créer une distinction pour l’artiste, la personne, l’association ou l’institution qui a le mieux promu l’hymne pendant l’année.

« C’est une manière de populariser ce chant connu depuis plus d’un siècle, et que les Bretons se l’approprient, poursuit Jacques-Yves Le Touze. C’est en chantant le Bro Gozh à toutes les occasions que nous ferons vivre ces liens précieux et exprimerons tout à la fois notre singularité et notre universalité. »

Le prix 2016 sera remis par Léna Louarn, vice-présidente de la région et présidente de l’Office public de la langue bretonne, lors du 35e festival Breizh a Gan, à Plouguerneau, dimanche 4 décembre. Cet événement rassemble plus de 250 choristes. Cinq chœurs seront présents, ainsi que l’ensemble choral Kanomp Breizh qui rendra hommage à René Abjean, compositeur reconnu et soutien de la fédération.

Le premier trophée Bro Gozh sera remis au Comité d’organisation des championnats de luttes celtiques (Cocelic). « Ils ont organisé le Championnat européen de luttes celtiques début 2016 à la Brest Arena. Cette organisation a intégré le Bro Gozh à son protocole en tant qu’hymne national de la Bretagne », justifie Jacques-Yves Le Touze.

Une initiative que le comité voudrait voir se développer dans le monde sportif et lors des grandes manifestations bretonnes, afin que l’hymne breton soit reconnu comme le drapeau breton, le Gwenn ha Du. « Symbole de notre pays, de Brest à Fougères et de Saint-Malo à Nantes, le Bro Gozh est un lien entre tous les habitants de la Bretagne mais aussi un lien unique entre quatre peuples qui le partagent, les Bretons bien entendu, les Gallois, les Cornouaillais britanniques et les Khasis, peuple de l’Inde orientale… »

Dimanche 4 décembre, à 15 h, concert en l’église Saint-Pierre et Saint-Paul de Plouguerneau. Tarifs : de 10 à 12 €. Renseignements au 06 32 29 79 29 ou sur kanompbreizh.org

Prix Bro Gozh 2016, le dimanche 4 décembre à Plouguerneau.

Le Télégramme, 24 novembre 2016

invitation-gouel-bro-gozh-2016-recto

Le Prix 2016 Bro Gozh, l’hymne national breton, revient à la fédération Kanomp Breizh qui regroupe les chorales d’expression bretonne et organise le dimanche 4 décembre, à Plouguerneau, la 35e édition du Festival Breizh a Gan.

Alan Stivell, Nolwenn Leroy ou le Stade Rennais ont été les précédents lauréats du prix Bro Gozh. Cette récompense, créée en 2010, distingue la personne, l’artiste, l’association ou l’institution ayant assuré la meilleure promotion de l’hymne national breton au cours de l’année précédente. Une initiative soutenue par le conseil régional. Le prix 2016 sera décerné par Lena Louarn, vice-présidente du conseil régional chargée des langues de Bretagne, à la fédération Kanomp Breizh, mettant ainsi en valeur le travail réalisé par les chorales d’expression bretonne depuis des décennies et leur rôle dans la transmission du Bro Gozh. La remise des prix aura lieu lors de la 35e édition du festival de chant choral breton Breizh a Gan, qui aura lieu le dimanche 4 décembre en l’église de Plouguerneau. Il réunira cinq chorales du Léon et l’ensemble choral Kanomp Breizh, qui rendra hommage à René Abjean pour ses 80 ans en interprétant la cantate « Ar Marh dall » (« Le cheval aveugle »).

 

Un trophée met en valeur un événement


Cette année, outre le prix Bro Gozh matérialisé par une œuvre de l’artiste gallois Ieuan Rees, un trophée Bro Gozh réalisé par les ateliers Toulhoat a été créé pour mettre en valeur un événement. C’est le Comité d’organisation des championnats de luttes celtiques (Cocelic), organisateur des rencontres internationales de lutte à l’Arena de Brest, qui l’obtient pour avoir intégré dans son protocole le Bro Gozh. « On essaye de promouvoir le Bro Gozh dans tous les milieux y compris le sport. Au pays de Galles, lors des matches, tout le monde chante l’hymne national gallois. Plusieurs clubs s’y mettent. C’est le cas du club de rugby de Vannes », souligne le président du comité, Jacques-Yves Le Touze. Le « Bro Gozh ma Zadoù », l’hymne breton qui signifie « Vieux pays de mes pères » et dont la mélodie est inspirée de l’hymne national gallois, est également joué en Cornouaille Britannique et par le peuple Khasi dans le nord-est de l’Inde.

Dimanche 4 décembre à 15h, Église Saint Pierre et Saint Paul, Plouguerneau .

Le Breizh-a-Gan a enchanté Saint-Malo avec le Bro Gozh en final .

le-breizh-gan-enchante-saint-malo

Cent soixante choristes pour chanter le Bro Gozh Ma Zadoù.

Ouest-France, le 1er décembre 2015

Kanomp Breizh, Fédération des chorales bretonnes, organisait pour la première fois à Saint-Malo son festival annuel.

C’est dans le cadre de l’église Sainte-Croix, où plus de 300 personnes avaient pris place que se sont produits les trois groupes retenus dimanche après-midi. « C’est avec enthousiasme et beaucoup de plaisir que nous venons à Saint-Malo », confie Martine Garnier-Le Berre, présidente de la chorale Kanerien Ar Goelo, qui a eu l’honneur d’ouvrir le récital avec des chants traditionnels irlandais et gallois.

C’est le groupe Anna Vreizh, de Nantes, qui a fait ensuite son entrée du fond de la nef, au son du biniou et précédé de son drapeau, pour interpréter une émouvante Klemmgan Ar Roue Arzur (complainte du roi Arthur).

Le Mouezh paotred breizh, choeur d’hommes de Bretagne, assurait la seconde partie avec une entrée très remarquée sur O Keltia, de Glenmor, « chant de révolte bretonne », précise Marie Kermarrec, dont les quatre pupitres disséminés aux quatre coins de l’édifice ont fait retentir une vibrante interprétation, sous la direction de Jean-Marie Airault, chef de choeur placé tout en bas de l’église.

L’émotion était palpable et fut à son comble, lors du final, avec les 160 choristes réunis tous ensemble pour chanter l’hymne breton, le Bro Gozh ma Zadoù, devant un public debout. « Pour une première, c’est un réel succès, auquel nous voulons associer la municipalité malouine et Folklores du monde », a confié Armelle Le Guillou, coordinatrice et seule salariée de Kanomp Breizh.