FC Nantes : le club va-t-il finir par signer la charte des derbys bretons ?

Dimanche 5 décembre 2021 à 3:36 – Par Florian Cazzola, France Bleu Loire Océan

Présent lors des discussions autour de la création d’une charte des derbys bretons en football, le FC Nantes avait finalement été le grand absent au moment de la signature de ce document, en 2019.
© Maxppp – Josselin Clair

Le dossier est très politique. Au contraire du FC Nantes, absent lors de la signature de la charte des derbys bretons, le FC Lorient, prochain adversaire des Canaris, ce dimanche, va à nouveau organiser « une grande fête de la Bretagne » qui devrait bientôt également avoir lieu à la Beaujoire.

Après avoir croisé la route des Brestois puis des Rennais, le FC Nantes va à nouveau se frotter à un club breton, ce dimanche après-midi (05/12/21). Sur le parvis du stade comme dans l’enceinte du Moustoir, à Lorient, Bro Gozh ma Zadoù, bagads et autres animations seront organisés, conformément à la charte des derbys bretons signée par les Merlus, en juillet 2019, aux côtés des Rouge et Noir ainsi que Brest et Guingamp. Annoncés présents, les Jaunes s’étaient faits portés pâles au dernier moment. Un « dossier très politique« , confie-t-on chez des Canaris qui devraient à leur tour mettre sur pied ces animations, lors de la venue des Merlus, en janvier, sans pour autant ratifier cette charte. À condition que la situation sanitaire n’en décide pas autrement. Explications. 

« Des pressions diverses pour que le FC Nantes ne signe pas cette charte »

« C’était l’un des clubs les plus partants sur cette histoire et, quelques jours avant, il y a eu des pressions diverses pour que le FC Nantes ne signe pas cette charte« , se remémore Jacques-Yves Le Touze, président du comité Bro Gozh à l’origine du projet. Selon plusieurs sources, certaines institutions politiques, dont la région des Pays de la Loire, avaient fait part de leur point de vue sur le sujet au club octuple champion de France. Plusieurs dizaines d’internautes en avaient fait de même sur les réseaux sociaux. De manière plus ou moins virulente. « Trop polémique« , pour les Canaris qui avaient finalement rebroussé chemin. 

Ce n’est pas parce-que quelques politiques trouvent à y redire qu’on va abandonner cette idée.

Pour autant, le club des bords de l’Erdre n’a jamais fermé la porte à l’organisation d’évènements lors de la venue des signataires de ce document. Ils souhaitent d’ailleurs en organiser sur la même base que ceux mis en place en Bretagne. Si les évènements ne s’acharnent pas contre les Canaris. « On a essayé de faire un minimum de choses mais à chaque fois on a eu des problèmes, rappelle Jacques-Yves Le Touze. La première fois, c’était à cause du temps qui était absolument abominable et il y avait ensuite eu la mise en place de restrictions car c’était le début de la pandémie. » Une malchance qui s’est poursuivie au retour du public. La programmation de la rencontre face au Stade Brestois par la LFP, en pleine semaine et à l’heure de sortie du travail, avaient cette fois eu raison des animations prévues ce soir-là, parmi lesquelles la venue de bagads.

Une nouvelle réunion prévue en début d’année prochaine

Malgré les embûches, le comité Bro Gozh ne désespère pas de voir, un jour, le FC Nantes apposer sa signature au bas de ce document très symbolique « pour faire de ces rencontres, une grande fête de la Bretagne« , dixit Jacques-Yves Le Touze. Les échanges entre le club et le comité ont d’ailleurs été réguliers. Jusqu’au début de la pandémie. Depuis, les contacts se sont faits plus rares et ils devraient le rester, au moins jusqu’à la nomination d’un successeur de Baptise Huriez, le futur-ex directeur marketing étant jusqu’alors l’interlocuteur privilégié du comité. « Mais on ne désespère pas« , assure son président.

« Ce n’est pas parce-que quelques politiques trouvent à y redire qu’on va abandonner cette idée, lâche-t-il. Il n’y a pas de raison. » Une nouvelle réunion entre clubs signataires est d’ailleurs prévue au début de l’année prochaine dans le but d’évoquer le renouvellement de cette charte – mise en sommeil pendant une saison et demie en raison de l’épidémie de Covid-19 et de ses conséquences dans les stades – qui courait sur trois ans. « Cette charte, c’est du moyen et long terme », explique Jacques-Yves Le Touze. Et il ne fait nul doute que les Jaune et Vert seront à nouveau conviés à ce rendez-vous, aux côtés de leurs voisins bretons.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s