RCV et Bro Gozh: un hymne, un sport, un coeur

Ur c’han, ur sport, ur galon

A-drugarez da skipailh rugby Gwened ez eo ar sport-mañ gwelloc’h anavezet e Breizh hag anzavet da vat gant ar boblañs. Ur blijadur eo gwelet kement a dud o vont da sellet ouzh krogadoù entanus hag eus ar c’hentañ. Hag evit ma vefe diskouezet emaomp mat o c’hoari rugby e Breizh, e c’heller klevet ar vBro Gozh o tregerniñ da bep emgav evel e Bro-Gembre.

N’eo ket dre zegouezh ez eo heñvel kan broadel Breizh ouzh hini Kembre hag ouzh hini Kernev-veur. A-hed an XIXvet hag en XXvet kantved e voe labouret en teir bro da lakaat bleuniañ hêrezh predenek pep hini anezho hag e voe ivez, dre-se, adlakaet anat ar pezh a liamme an eil bro ouzh eben. O yezh da-gentañ-penn. N’emaomp ket mui en amzer ma c’halle Guidnerth, ur priñs kembreat eus an 9vet kantved, bezañ komprenet hep jubennour e Dol… Met daoust da se ez eo chomet tost mat kembraeg ha brezhoneg en o geriaoueg diazez hag ur brezhoneger a bourmen dre straedoù Aberystwyth pe Abertawe en em santo un tamm er gêr, evel m’en em gav en e bleud en ur c’hrogad rugby e Bro-Gembre pe e Breizh.

Un hymne, un sport, un cœur

Grâce à l’équipe de rugby de Vannes ce sport est mieux connu en Bretagne et reconnu par la population très fière de ses résultats bien entendu. C’est enthousiasmant et gratifiant de voir autant de supporters à ces matchs riches en couleurs et en essais victorieux.

Et pour bien marquer leur appartenance à la Bretagne le Bro Gozh résonne à chaque rencontre, comme au pays de Galles. Quoi de plus naturel ?

Ce n’est pas par hasard si l’hymne national de la Bretagne est identique à celui du Pays de Galles et de Cornouailles. Tout au long des XIX et XXème siècles on travailla dans chacun des trois pays à faire s’épanouir l’héritage brittonique et c’est tout naturellement que leur parenté resurgit alors de façon évidente. Parenté linguistique par dessus tout. Nous ne sommes plus au temps où Guidnerth, prince gallois du 9ème siècle, pouvait se faire comprendre sans interprète à Dol-de-Bretagne… Malgré cela le gallois et le breton ont conservé une grande parenté, ne serait-ce que dans leur vocabulaire de base et un brittophone qui se promène dans les rues d’Aberystwyth ou de Swansea se sentira un peu chez lui, comme il peut se sentir un peu chez lui lors d’un match de rugby au pays de Galles.

Lena Louarn

Besprezidantez Kuzull rannvro Breizh

Vice-présidente du Conseil régional de Bretagne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s