Le Bro Gozh au Roazhon Park; et à La Beaujoire ?

7seizh, 23 septembre 2016

Le championnat de première ligue de football bat son plein, et le Roazhon Park résonne à nouveau, dans tous matchs à domicile, du Bro Gozh Ma Zadoù, l’hymne national breton, que les fans du Stade Rennais connaissent maintenant par coeur.

L’idée, qui germait tranquillement dans les têtes des supporters bretons, avait connu une naissance aussi inattendue qu’émouvante, lors de la finale de coupe de France qui opposait à Paris l’En-avant Guingamp et le Stade Rennais le 9 mai 2009.

Ce soir-là, Alan Stivell avait chanté, a capella, et dans un stade de France très très breton, notre hymne national, dans une nuée de Gwenn-ha-Du, au milieu des fanions rouge et noir (les couleurs de chacunes des deux équipes). Cet événement était totalement hors protocole, mais avait réchauffé le coeur de millions de Bretons.

Le 3 mai 2014, les mêmes deux clubs bretons se retrouvant à nouveau en finale de la même coupe, le Bro Gozh était à nouveau à l’honneur au Stade de France, mais, cette fois-ci dans le protocole. Nolwenn Leroy était cette fois au micro, devant les 80 000 spectateurs.
Depuis plusieurs saisons déjà, tous les matchs qui se jouent au Roazhon Park (nouveau du stade de la route de Lorient) commencent par le Bro Gozh.

On se demande juste un peu pourquoi cette excellente initiative, qui n’est pas une marque déposée, n’est pas reprise en choeur, c’est le cas de le dire, par tous les autres clubs bretons, grands comme petits, foot, rugby, comme basket ou ping-pong.

Le Bro Gozh à chaque match de foot à Nantes, par exemple, ça serait bien venu ; avec l’agitage de l’immense et somptueux “Gwenn-ha-Du” jaune et vert, ça aurait belle allure.

Chiche !

brogozhlabeaujoire

La Beaujoire lors d’un match du FC Nantes

Stade Rennais. L’hymne breton fait son retour au Roazhon Park .

Ouest-France, 21 septembre 2016

brogozhroazhonpark

Lors des deux premiers matchs à domicile cette saison, le Bro gozh n’a pas retenti avant l’entrée des joueurs. Il refera son apparition ce mercredi, pour la venue de Marseille, à Rennes (21 h).

Le public du Roazhon Park n’a pas eu droit au Bro gozh ma zadoù avant Rennes – Nancy, en août, et Rennes – Caen, en septembre.

La raison de cette absence ? Un simple retard dans la préparation des avant-matchs selon Sébastien Guéguen, le directeur de la communication du Stade Rennais.

« Le service de programmation musicale a été pris de court en ce début de saison et n’a pas pu caler l’hymne. Car ce n’est pas une simple musique d’ambiance, il faut trouver le bon moment pour la diffuser. »

De retour avant Rennes – OM

Un manque de préparation qu’excuseront sûrement les fervents supporters de la culture bretonne qui s’étaient insurgés sur internet depuis le début de la saison.

« Pas d’inquiétude » donc, selon la direction, qui assure que l’hymne, dont le titre signifie « vieux pays de mes pères », résonnera à nouveau ce mercredi soir, pour la venue de l’Olympique de Marseille, à 21 h.

Un « Celtico » le 30 septembre
Après l’adoption du nom « Roazhon Park » en 2015, c’est au tour du derby contre Guingamp de se bretonniser. La semaine dernière, les présidents des deux clubs ont en effet décidé de renommer cette rencontre le « Celtico ».

« Au vu de l’historique récent entre les deux clubs (deux finales de Coupe de rance remportées par Guingamp en 2009 et 2014), et des matchs souvent haletants, les présidents des deux clubs ont donner un nom à ce derby, au même titre que le Classico entre le PSG et Marseille ou l’Olympico entre Lyon et Marseille » a justifié Sébastien Guéguen.

Le Bro Gozh pour Martial Ménard

Ouest-France, 12 septembre 2016

Un dernier « Kenavo » à Martial Ménard, figure de la langue bretonne

martial-menard

Martial Ménard

Le linguiste, lexicographe, éditeur et journaliste breton, chroniqueur dans le Dimanche Ouest-France, a été inhumé, ce lundi, à Lanrelas, d’où il était originaire.
Proches, collègues de travail, confrères, personnalités politiques… L’église de la petite commune de Lanrelas n’était pas assez grande pour accueillir tous les amis de Martial Ménard, ce lundi, venus lui dire un ultime « Kenavo ».

Décédé jeudi dernier, à l’âge de 65 ans, à l’hôpital de Quimper, il incarnait une figure de la langue bretonne, militant d’une Bretagne réunifiée, éminent linguiste, lexicographe… Mais également chroniqueur dans le Dimanche Ouest-France. (….)

« Prenez soin de la Bretagne, c’est le plus beau sceau d’amour que vous rendrez à Martial. »

Après avoir chanté, à la fin de la cérémonie religieuse, « Sainte-Anne, ô bonne mère », qui bénit « ses Bretons », les centaines de personnes présentes devant l’église ont entonné le Bro Gozh Ma Zadoù (Vieux pays de mes pères). Un hymne de la Bretagne qu’emporte avec lui Martial Ménard, dans son cercueil drapé du Gwenn ha Du.

martial-menard-ne-sera-pas-ferme

Cliquer sur la photo pour voir la vidéo.

Le Bro Gozh, du folklore pour le quotidien Sud-Ouest …

rcvannes

Sud-Ouest, le 10 septembre 2016

Rugby : le SU Agen ramène un nul et des regrets de Vannes

En encaissant un essai à trois minutes de la fin, le SUA ramène un nul et des regrets d’un stade où le RCV est invaincu depuis près de 900 jours.

Les Agenais vont sûrement longtemps ruminer cette dernière mêlée qui aurait dû leur offrir la pénalité de la gagne face aux poteaux vannetais. (….)

Hier soir à la Rabine, sur la rive droite du port de plaisance de Vannes, les Agenais ont découvert le folklore breton avec le biniou (la cornemuse locale), le Gwenn ha Du (le drapeau) et le Bro gozh ma zadoù (l’hymne). A côté de la carte postale quelque peu dépaysante, les partenaires d’Antoine Erbani ont aussi eu la confirmation que leur saison ne serait pas un long fleuve tranquille. (….)


En tout cas, félicitons le Rugby Club de Vannes, qui, à l’image du Stade Rennais, promeut l’hymne national breton pour chaque match à La Rabine, à Vannes.

Comité Bro Gozh .