Miss Blue, la DJ qui remixe l’hymne breton.

MissBlue

Miss Blue, de son vrai nom Bleunienn Jégou-Loarn, mixe les chants bretons. © Xavier Dubois

Ouest-France, 24 juillet 2016

À peine rentrée d’une tournée au Vietnam, Miss Blue joue à Quimper, ce soir, pour le concert de clôture du festival de Cornouaille. La DJ a dernièrement revisité le Bro gozh ma Zadoù.

Miss Blue, alias Bleunienn Jégou-Loarn, a créé le Breizh’n Bass il y a 15 ans. Cette recette mixe la musique traditionnelle bretonne et le drum and bass. Aujourd’hui, la DJ de 37 ans vit à Rennes, où elle a grandi. « J’ai également vécu à Brest pour ma maîtrise d’anthropologie, à Nantes, à Guidel, à Quimper et à Dinard », énumère-t-elle.

Le Breton, langue du coeur

Née dans une famille bretonnante et militante, elle a étudié le breton à l’école et le parle toujours. « Pour la première fois depuis 20 ans, j’ai suivi une semaine de stage d’immersion en breton (Keav) à Châteaulin. C’était génial ! Chaque langue a son caractère, et je trouve le breton plein d’humour et imagé, avec de nombreux jeux de mots. Je me sens légère quand je parle cette langue, car elle est liée à mon environnement », raconte-t-elle avec passion.

Dans sa chambre d’ado, elle n’écoutait pourtant pas de musique celtique. « J’ai fait beaucoup de danse en tout genre et j’ai écouté du reggae, de la pop anglaise et aussi du hip-hop. À 14-15 ans, j’ai découvert les concerts, et puis j’ai commencé à aller aux soirées électro. » Mais elle connaissait déjà un peu le monde du spectacle. Ainsi, la petite fille Jégou rendait régulièrement visite à ses grands-parents, propriétaires de la boîte de nuit Le Saphir, à Plomelin. Sa cousine, la chanteuse Gwennyn, s’est aussi dirigée vers le mélange des genres, entre folk breton et musique celtique.

En 2001, Bleunienn a commencé à s’intéresser aux platines, alors qu’elle étudiait à Toulouse. En rentrant en Bretagne, elle a fouillé parmi les vinyles de sa mère. Elle y a trouvé un disque des soeurs Goadec et l’a posé sur sa platine, avec un vinyle de drum and bass. Et la magie a opéré. « C’était une gavotte, je n’avais pas de difficulté à coller les deux ensemble », se rappelle-t-elle.

Alors qu’elle jouait un peu partout en Bretagne, elle s’est fait remarquer sur le site My Space, ancêtre de Facebook. Grâce à un design soigné et des créations pointues, elle est rentrée rapidement en contact avec des tourneurs internationaux. Elle a ainsi réalisé deux tournées en Chine, des concerts en Allemagne, en Tunisie, et aux États-Unis où elle a intégré le réseau de femmes DJ, Geishaz.

En 2012, Miss Blue sort son premier album intitulé Breizh’n bass, pour protéger son invention. « J’ai été reconnue, les gens pouvaient réécouter mon CD, mes titres passaient à la radio, mais on m’a étiquetée musique bretonne, alors que j’ai toujours fait de l’éclectique. » En effet, elle aime l’electro-swing, la funk ou encore la deep house, mais rejette les titres trop commerciaux.

Depuis la sortie de l’album, elle n’arrête pas. Elle a notamment remixé le Bro gozh ma zadoù, l’hymne breton, qui est cette année la chanson de la Redadeg, course en faveur de la langue bretonne. Le 21 avril dernier, elle était invitée par les Bretons du Vietnam pour la fête de la Saint-Yves, avec le duo Krismenn et Alem, et le Celtic social club. La DJ en a profité pour y faire quelques dates. « J’ai encore plein de projets en cours », conclut-elle.

Mais, pour l’heure, ce qui lui importe, c’est de faire danser le Cornouaille ! Ce soir, elle joue pour la seconde fois à Quimper. Un concert de clôture, qui promet : « Je vais jouer du breiz’n bass, en gardant parfois le tempo du kan an diskan, pour que les gens puissent danser en cercle, mais aussi d’autres morceaux pour une ambiance de dancefloor ». Derrière ses billigs, Miss Blue se tient prête.

 Pauline PHOUTHONNESY.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s