Le Bro Gozh en hommage à Jean-Yves Cozan

Ouest-France, 18 juin 2015

Cozan

Le conseiller régional et général, député, amoureux d’Ouessant et de la Bretagne, est décédé en début de semaine, à 76 ans. | Ouest-France

La cathédrale Saint-Corentin de Quimper n’était pas assez grande, ce jeudi après-midi, pour contenir la foule venue assister à la cérémonie d’obsèques de l’élu finistérien.

Sur le parvis de la cathédrale de Quimper, jeudi après-midi. Élus de tous bords, dont Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, militants du mouvement breton, Quimpérois, ont assisté à la cérémonie d’obsèques de Jean-Yves Cozan.

La foule entonne l’hymne breton, le Bro Gozh Ma Zadou, accompagnant les sonneurs à la sortie du cercueil de la cathédrale. Avant de l’applaudir longuement.

Le conseiller régional et général, député, amoureux d’Ouessant et de la Bretagne, est décédé en début de semaine, à 76 ans.

7seizh, 19 juin 2015

Les Bretons s’étaient déplacés nombreux pour les obsèques de Jean-Yves Cozan ce jeudi 18 juin. Beaucoup d’hommes politiques avaient eux-aussi fait le déplacement. Outre le maire de Quimper, Ludovic Jolivet, Jean-Yves Le Drian ministre de la Défense et candidat aux prochaines élections régionales en Bretagne, Jean-Michel Le Boulanger actuel Vice-Président de la région Bretagne, Bruno Joncour, maire MoDem de Saint-Brieuc  ou Marc Le Fur député des Côtes d’Armor, Christian Troadec maire de Carhaix, étaient présents pour rendre un dernier hommage à l’homme d’engagement que fut Jean-Yves Cozan toute sa vie.

Sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin de Quimper, à la sortie d’une messe où les témoignages se sont succèdés, les sonneurs du Bagad Kemper ont joué le Bro Gozh ma Zadoù, repris en chœur par des Bretons attristés du départ d’un grand bonhomme.

Le reportage de France 3 Bretagne .

Au Pays de Galles, le Hen Wlad est chanté aussi pour le football !

Au Pays de Galles, il n’y a pas que le rugby ! Il y a aussi le football avec notamment les clubs de Cardiff et de Swansea et bien entendu l’équipe nationale du Pays de Galles qui ce vendredi a battu la Belgique. Et les journalistes présents hier à Cardiff ont souligné l’extraordinaire ambiance avec le Hen Wlad, l’hymne national, chanté par les 38000  spectateurs.

Wales online, 13 juin 2006

The incredible rendition of the Welsh national anthem

Never has a crowd played such a pivotal role in deciding the outcome of a football match.

There was talk of moving Wales’ pivotal Euro 2016 qualifier to the Millennium Stadium and deciding against that turned out to be a masterstroke from the FAW.

33,280 packed out the Cardiff City Stadium to see Gareth Bale fire Wales to a crucial 1-0 victory over Belgium, but at times it felt as though a nation was on top of the 22 players out on the pitch.

Aaron Ramsey confessed after the match it was « the most incredible atmosphere he’s ever played in » and it comes as no surprise.

Before kick off, I witnessed one of the most rousing renditions of Hen Wlad Fy Nhadau I’ve ever seen – It had Belgian journalists looking on in awe in the press box.

 

Pictures: The sensational celebration images

The Canton Stand did not stop all night, there were even a few rugby songs thrown into the mix and soon the rest of the stadium was joining in.

When Gareth Bale poked Wales in front, the stadium shook to it’s foundations as strangers climbed on top of each other in a state of euphoria.

But the real stuff was yet to come.

Midway through the second half Aaron Ramsey and co. were out on their feet, under constant bombardment from Belgium – There was an air of inevitability about what was happening.

Then suddenly, out of nowhere, the crowd broke out into an emotional rendition of the Welsh national anthem, followed by furious chants of « Wales! Wales! »

 

It made the hairs on the back of your neck stand up, sent chills down your back and it provided a visible lift for the players.

Make no bones about it, Wales were on the back foot for a lot of the game, chasing shadows at time.

But the fans refused to let their team believe it, sucking the ball away from Wayne Hennessey’s net and when Chris Coleman turned to them, demanding more… They delivered.

‘The 12th man’ is one of the oldest cliches in sport, but you will struggle to find a better example of it.