Le Bro Gozh en Belgique

Le Télégramme, 21 août 2014

14-18. Devoir de mémoire en Belgique

En août 1914, des milliers de soldats bretons sont fauchés à Maissin, loin de leurs terres. Pour honorer leur mémoire, une délégation landernéenne se rendra en Belgique, ce week-end, à l’occasion du centenaire de la guerre 14-18.

Une quarantaine de Finistériens se rendront aux commémorations de la guerre 14-18, ce week-end, à Maissin, en Belgique. Une manière de rendre hommage aux milliers de Français tués sur le front en août 1914, lors de la bataille des frontières, l’une des plus meurtrières de la Première Guerre mondiale. Et le bilan est saisissant : en 24 heures, près de 14.000 soldats français ont été tués. Parmi les victimes, 500 Finistériens. Des soldats dont les dépouilles n’ont jamais été rapatriées chez eux. « Après la guerre, seulement quelques corps ont pu être identifiés », relève Andrée Le Gall-Sanquer, présidente de l’association Dourdon, à l’initiative du déplacement.

Le retour à la terre

En avril 1932, le calvaire du Tréhou, Ty-Ruz, a donc été déplacé sur les terres belges. Un geste symbolique pour les familles. « Après la guerre, il y a eu un sentiment fort de retour à la terre. Le calvaire était un symbole de leur Bretagne natale. Ils pouvaient reposer à l’ombre du calvaire breton ». Dès lors, les commémorations se sont multipliées. Puis progressivement, les Bretons se sont faits plus rares aux cérémonies. Le centenaire de la Première Guerre mondiale, célébré cette année, était donc une bonne occasion pour renouer avec cette tradition.

« Les Belges sont très attachés à leur cimetière. Chaque tombe est prise en charge par un enfant. Ils sont toujours là pour commémorer le 22 août », souligne la secrétaire de l’amicale du 19e RI, qui a perdu beaucoup d’hommes en ce mois d’août 1914.

Samedi matin, ils seront donc une quarantaine à partir en car, direction Maissin. Des particuliers, des Tréhousiens (dont l’élu Paul Piton), des membres de l’amicale du 19e RI, de l’association Dourdon mais aussi douze danseurs du cercle de danse et 16 jeunes du Bagadig seront du voyage. « L’idée était d’emmener des gens représentatifs de la Bretagne. Il fallait donc des danses et de la musique », ajoute Andrée Le Gall-Sanquer. Tout ce petit monde sera hébergé dans un internat, le temps du déplacement.

Un week-end de commémorations

Au programme, un week-end chargé. Dès son arrivée, l’ensemble de la délégation ira fleurir les tombes, au cimetière Pierre-Massé (ancien poilu et fondateur des cahiers du 19e RI). Le dimanche, se dérouleront des célébrations aux cimetières militaires d’Anloy et de Maissin. « L’entrée à Maissin se fera en musique, en alternant l’Harmonie municipale et le Bagadig », explique Andrée Le Gall-Sanquer.

Ensuite, M. Ouchakoff, président de l’amicale du 19e RI, déposera une gerbe sur la tombe des victimes. Quant à Andrée Le Gall-Sanquer, elle lira le poème « Le vieux calvaire », écrit par Pierre Massé. Puis, sous les drapeaux bretons, les hymnes dont le « Bro Gozh » seront entonnés pour rendre hommage aux soldats tombés, à quelques kilomètres de là, il y a maintenant 100 ans.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s