Précision du Stade Rennais concernant le Bro gozh ma Zadoù

Stade Rennais

Le Stade Rennais a réagi très rapidement à l’annonce de l’abandon supposé du Bro Gozh parue sur le site Stade Rennais online et dans Ouest-France Rennes :

 Contrairement à ce qui a été annoncé ce matin, il n’a jamais été question d’abandonner le Bro gozh ma zadoù. Samedi soir, c’est un problème informatique qui a empêché sa diffusion. Tous les supporters pourront réentendre l’hymne de la Bretagne dès mercredi à l’occasion de la réception de l’Udinese en Europa League.
À noter que le Bro gozh ma Zadoù est diffusé depuis août 2009 à l’entrée des joueurs sur la pelouse.

Publicités

Le Stade Rennais abandonnerait le Bro Gozh ?

Stade Rennais online , 27 novembre 2011

(….)

Le Stade rennais n’a pas ramené qu’une défaite de son déplacement à Glasgow. Il en a aussi rapporté des souvenirs, ses supporters en tête. Déjà face à Valenciennes, les travées du stade de la route de Lorient avaient résonné à plusieurs reprises de « I just can’t get enough », célèbre chanson du groupe Depeche Mode, jouée après chaque but des joueurs locaux à Celtic Park.
Surfant sur ce souvenir visiblement marquant, la chanson a été diffusée par la sono du stade avant la rencontre, puis après les buts rennais. Première victime de ce « changement de playlist » : le Bro Gozh ma Zadoù, joué au stade depuis l’automne 2009, qui a soudainement disparu.

(….)

Ouest-France, 28 novembre 2011

(….)

Plus de Bro goz ma zadou… L’avènement de Depeche Mode a, semble t-il, rangé l’hymne de la Bretagne au placard. Le Bro goz ma zadou, qui peine à trouver son public, n’a pas résonné, samedi soir, route de Lorient.

Le Bro Gozh à Rodez

 

 

La Dépêche, 23 novembre 2011

Rodez. Nolwenn la Bretonne à l’Amphi

(…)

Bro Gozh ma zadoù (Le vieux pays de mes pères) : l’hymne national de la Bretagne, inspiré de celui du pays de Galles. Impressionnant lorsqu’il est repris en chœur par les 100 000 personnes du Millenium Stadium de Cardiff.

(…)

Le «Bro gozh ma zadoù» en hommage à J.-C.Jégat

Le Télégramme, 13 novembre 2011

(….)

Le «Bro gozh ma zadoù» en hommage à J.-C.Jégat

Disparu il y a 30 ans, celui qui fut un des meilleurs «talabarder» (sonneur de bombarde), de son époque, a marqué l’histoire de la Kerlenn. L’hommage qui lui a été rendu, avec notamment la participation de quatre duos et du choeur d’hommes de Pontivy, s’est achevé en apothéose par une interprétation de l’hymne breton «Bro gozh ma zadoù» (Vieux pays de mes pères). Ce fut également le cas hier, avec la finale du championnat de Bretagne des batteurs solistes. Dans les trois catégories inscrites au programme (moins de 14 ans; moins de18 ans et Open), les sept candidats avaient été sélectionnés lors de différents concours organisés à Locoal-Mendon, Quimper, Dol-de-Bretagne et Guingamp. D’une exceptionnelle qualité, leurs prestations ont été appréciées par un jury qui comptait dans ses rangs, l’un des meilleurs spécialistes mondiaux dans la discipline, l’Irlandais Chris Mc Nicholl.

(….)

30ème Breizh A Gan : des chorales de toute la Bretagne à Vannes

Le 4 décembre prochain, la ville de Vannes accueillera la trentième édition du Breizh A Gan, festival annuel et itinérant du chant choral breton. Des choeurs de toute la Bretagne se sont donné rendez-vous pour vous faire découvrir toute la diversité du répertoire breton, et vous faire vibrer à leurs chants.

affiche breizh a gan 2011

14h : 3 concerts gratuits dans les chapelles du port de Vannes (libre participation)
– Chapelle Saint-François : Allah’s Kanañ (champion de Bretagne 2010 et 2011) et Gwalarn Uhel (Ploudalmezeau)
– Chapelle des Carmes (auditorium de l’école de musique) : War Raok (La Baule) et Océanis (Trégunc)
– Chapelle des Soeurs de Saint-Louis : Les Choralines-Korholen (Pays de Guérande), Kanomp ar Vro (Saint-Brieuc) et Kanerien ar Goëlo (Saint-Quay Portrieux)

15h : Déambulation entre le port de Vannes et le Palais des Arts accompagnée de sonneurs
Accompagnez les 300 choristes qui, à l’issue de leur concert, remonteront en chantant vers le Palais des Arts pour la suite du spectacle

15h30 : Spectacle de Création au Palais des Arts
Appréciez le répertoire de sept choeurs parmi les meilleurs de Bretagne et découvrez les créations écrites par leurs chefs de choeur, sur un poème de Tugdual Kalvez. Avec : Kanerien sant Karanteg (Carantec, champion de Bretagne 2005 et 2006), Awel Dreger (Pays de Trégor), Kan Awen (Centre Breton d’Art Populaire de Brest), Anna Vreizh (Nantes), Mouezh Bro Konk (Concarneau) et Kanerien sant Meryn (Plomelin), Kanerion an Oriant (Lorient, champion de Bretagne 2009), Mouezh Paotred Breizh (choeur d’hommes de Bretagne, champion de Bretagne 2008)

Final avec 700 chanteurs
Vibrez au final des 14 chorales rassemblées pour célébrer le 30ème Breizh A Gan par l’interprétation des grands airs des plus belles cantates bretonnes

Pratique :

Concerts dans les chapelles du port : gratuits, dans la limite des places disponibles

Concert au Palais des Arts : 15€ / chômeurs, étudiants 10€ / gratuit – de 12 ans

Renseignements, réservations :     06 32 29 79 29   kanompbreizh@wanadoo.fr

Brest: le Bro Gozh au Café Breton

D’ar meurzh 8 a viz Du, da 6 eur noz, er stal-levrioù Dialogues, straed Siam e Brest, e vo diskouezhet  (ha kinniget gant e oberour) film Mikael Baudu diwar-benn kan broadel ar Vreizhiz : « Bro Gozh va Zadoù ». Kaozeet vo eus roudoù ar c’han e Bro-Gembre ; eus an droidigezh kentañ e brezhoneg gant ur pastor kembreat ; eus ar stumm a vremañ bet kempennet gant ar drouiz Taldir Jafrennou ; eus e vuhezioù nevez e Kerneveur ha betek marzhoù an Himalaya … A-hed ar film e tremener ivez dre mareou teñval an Eil Brezel Bed ; stourm an Amoco Cadiz pa zeuas ar c’han da vezañ un arouez evit Alphonse Arzel ha maered Bro-Leon ; betek ur yaouankiz nevez douget gant Alan Stivell er Stade de France da geñver gourfenn Kib Bro-C’hall Gwengamp-Roazhon e 2009. E brezhoneg penn da benn evel boaz !

Mikael Baudu

Le mardi 8 novembre à 18h, à la librairie Dialogues, rue de Siam à Brest, Mikael Baudu présentera son film sur l’hymne breton « Bro Gozh va Zadoù », « le Vieux Pays de mes Pères ».
On parlera des racines de ce chant au Pays de Galles ; de sa première traduction en breton par un pasteur gallois ; de sa forme présente proposée par le druide Taldir Jafrennou ; de ses vies nouvelles en Cornouailles et jusqu’aux marches de l’Himalaya…
Le film évoque aussi le rôle de l’hymne aux heures sombres de la Deuxième guerre mondiale ; le combat d’Alphonse Arzel et des maires léonards contre la société Amoco ; l’intervention d’Alan Stivell à l’issue de la rencontre de Coupe de France entre Rennes et Guingamp, au stade de France, en 2009.
E brezhoneg penn da benn evel boaz !