Le Bro Gozh ma Zadoù pour saluer les Herminés

Ouest-France, 23 juillet 2011

Andrea ar Gouilh, Yann Choucq, Joseph Le Bihan et André Pochon ont reçu hier le collier de l’Hermine.

Paroles d’Herminés

Ni, Breizhiz a galon, karomp hor gwir Vro (Nous Bretons de coeur, nous aimons notre vrai pays.) C’est ainsi que débute l’hymne breton qui a clos la cérémonie de l’Hermine hier au Théâtre Max-Jacob. Mais, qu’ont-ils donc en commun ces quatre nouveaux Herminés ?

Depuis que le Celib a remis l’Hermine à l’honneur en 1972, elle distingue celles et ceuxqui, à leurs façons, ont œuvré pour la Bretagne. Andrea ar Gouilh, Yann Chouq, Joseph Le Bihan et André Pochon représentent la diversité bretonne, économique, politique ou culturelle. À leur façon.

Yann Choucq

Avocat, initiateur de Skoazell Vreizh, défenseur de militants bretons.

« Mon discours de ce jour n’a pas été différent des autres jours. Cette distinction ne remet pas en cause ma liberté de parole et ce que j’ai à dire sur l’avenir du peuple breton. L’important est de se rassembler pour rendre au peuple breton sa souveraineté. Si les Bretons acceptaient de ne pas s’isoler, si les Bretons échangeaient avec les autres peuples, en poussant tous ensemble nous irions plus vite. »

Andrea ar Gouilh

Pionnière du renouveau de la chanson bretonne.

« C’est beaucoup d’honneur. Les personnes qui étaient auprès de moi ont fait énormément pour la Bretagne, à travers l’économie, la politique. Moi, j’ai chanté deschants populaires, des gwerzioù, qui racontent l’histoire du peuple breton

André Pochon

Agriculteur, il a cherché des alternatives à l’agriculture productiviste.

« Quel est le lien entre l’Hermine et mon action ? Il réside sans doute dans la sauvegarde de la Bretagne et de l’identité bretonne. Il faut penser à notre terre, notre eau, notre air, nos plages. Mon moteur, ça a été d’essayer de travailler moins et gagner plus, grâce à l’agriculture durable. J’ai découvert que je faisais de l’écologie après coup. »

Joseph Le Bihan

Économiste, fondateur de l’institut de Locarn.

« Que sera la Bretagne en 2020 ? En tant que Breton de cœur, il faut que demain nous choisissions entre une Bretagne résidentielle et une Bretagne qui produit. »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s